Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Scolarité des filles haratines : La lutte par l'émancipation des mères


Société
Vendredi 6 Mars 2015 - 15:21

Plus que personne, les femmes issues de milieux socio-économiques défavorables, ont tendance une fois la tête hors de l’eau, à investir dans l’éducation de leurs enfants. Les résultats sont de plus en plus probants, pour permettre d’affirmer aujourd’hui en Mauritanie, qu’investir dans la résilience socio-économique des femmes permettrait de commencer à inverser certains fléaux sociaux et sanitaires tels que les mariages précoces, ou les MGF. Perspective, avec le cas de figure de Vatimetou Mint El Naji, à Arafat.


Une classe de terminale, au lycée de Sélibaby. Crédit : MLK
Une classe de terminale, au lycée de Sélibaby. Crédit : MLK

Des états généraux de l’éducation qui n’ont jamais réellement eu la volonté de porter un œil neuf sur la problématique de l’éducation mauritanienne, des écoles privées, intellectuellement cancérigènes pour l’écrasante majorité d’entre elles, des franges entières de communautés laissées en marge du système éducatif, et qui augurent d’une explosion socialement atomique si on n’y prend pas garde… Autant d’étapes de l’évolution de l’éducation nationale qui dessine la catastrophe dans laquelle elle se trouve depuis des décennies.

Pourtant, dans ce chaos, des niches d’espoir passent par cette éducation intellectuelle qui n’en est pas une en réalité. Et pour un pan de la société mauritanienne, notamment les femmes Haratines partant quasiment du néant, ce «rien est déjà quelque chose» comme le dit sereinement un ancien instituteur. Il œuvre sur cette question de l’éducation des « générations d’après ».

Vatimetou Mint El Naji, 51 ans, fait partie de cette frange d’exclus. L’association pour le développement, le suivi et le bien-être de l’enfant et de la femme (ADEF), à Arafat, lui a donné une chance "unique" de fonder son activité génératrice de revenus, liée à la vente de poissons. Une amélioration de sa condition socio-économique qui impacte celle de ses enfants, notamment au niveau de leur éducation.

«Tous mes enfants sont insérés scolairement, grâce à ADEF. J’insiste beaucoup sur l’éducation de mes enfants. J’ai conscience de par mon expérience, de ce à quoi on ne peut pas aspirer sans, dans le monde d’aujourd’hui. Et après ce que j’ai vécu, je ne peux pas imaginer ma fille se marier avant d’avoir fait des pas importants dans l’expérience de la vie, vers son indépendance» murmure-t-elle comme pour elle-même, dans la boutique qu’elle loue à Arafat, où elle vend des légumes également.

Lire la Suite
Mozaikrim

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter