Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Scène politique:Trêve des hostilités ?


Actu Mauritanie
Vendredi 25 Mai 2012 - 12:03


Scène politique:Trêve des hostilités ?
Après une période de violents affrontements  verbaux entre la majorité et  la Coordination de l’Opposition Démocratique  (C.O.D) ; affrontements physiques entre les militants de cette dernière et la police, le calme est revenu, dans la capitale, Nouakchott. Repos du guerrier ? Lassitudes ? Ou défaites tous azimuts? Tout a commencé le 02 mai. Le premier sit-in de l’opposition, qui a rassemblé tous les déçus de la rectification ‘’azizienne’’ et autres mécontents de tous bords, marqué par le leitmotiv, ‘’ Aziz Dégage’’, scandé depuis quelque temps, a connu une grande affluence.

Ses initiateurs ont dépensé, sans penser, et mis en place une logistique quelque peu lourde. On était parti pour une occupation de lieux au moins pour 24 heures, sinon, la totale, pour le départ de Mohamed Ould Abdel Aziz. Visiblement, l’opposition n’avait pas les moyens de son ambition. Le départ, ou ‘’le dégagement’’,  si on ose dire, s’était fait du côté du ‘’ dégageur’’. Un peu avant l’aube, la place Ibn Abbass, où se tenait le fameux sit-in, depuis les premières heures de la soirée, ne dégageait que la fumée des gaz Lacrymogènes et les traces fraîches d’une bataille qui n’a, pourtant, pas eu lieu. Des dizaines de policiers, devenus, l’instant d’un assaut, les seuls maîtres des lieux, s’arrachaient, non sans délectation, le butin, copieusement, coloré, d’une intendance abandonnée faite de canettes à boissons, de carcasses bien grasses de moutons, de nattes, de tentes et de bien d’autres coupes.


Pour laver l’affront, la C.O.D décide d’appeler à un autre rendez-vous, à la même place, le mercredi suivant. Même affluence et plus. Discours, toujours musclé. La même ambition. De son côté le pouvoir déploie le même dispositif répressif. Et, attendait le moment opportun pour engager un assaut. Cette fois-ci, les dirigeants ont trouvé la parade. Ils continuèrent l’occupation des lieux, jusqu’à trois heures du matin, pour décider, volontairement, de vaquer les lieux. Officiellement, on expliquait au peu de militants, encore mobilisés, à cette heure, que l’objectif était, justement, de maintenir la mobilisation jusqu’à pareille heure. Réellement, une commission de supervision de la C.O.D aurait opéré un décompte de l’effectif présent sur place, et elle a jugé que le nombre n’était pas suffisant pour affronter la police.

Ainsi la C.O.D devait s’employer, par la suite, à convaincre l’opinion  de sa victoire, au moment, où les forces de l’ordre se réchauffaient, à quelques encablures de là, en prélude à un assaut final. Le président de la C.O.D allait donc monter sur la tribune pour annoncer la fin du sit-in. Quelques escarmouches entre forces de l’ordre et milieux de la jeunesse estudiantine suivront, la semaine d’après. Quelques arrestations au rang de l’opposition.


La lutte de la C.O.D allait se suspendre à Nouakchott. Pour s’ouvrir au Tagant, à partir de la semaine prochaine. Un rendez-vous où la C.O.D envisage annoncer sa nouvelle feuille de route pour l’avenir. Un avenir marqué par d’autres rendez-vous, pas forcément favorables pour  la mobilisation : Les grandes vacances scolaires, le Ramadan, l’hivernage ou pas…


Maintenir Aziz…

 


Pour sa part, le pouvoir a pris très au sérieux la menace hissée ‘’au plafond’’ de la C.O.D. Il a rameuté ses troupes, ministres, hauts dignitaires, notabilités ; et s’est préparé à une bataille ardue pour défendre et  maintenir, pour ne pas dire ‘’fixer’’,  dans son fauteuil, un Chef, désormais, appelé à dégager par les foules de l’opposition. Des missions à l’intérieur, question de prêcher la bonne parole. Des émissions sur commande. Une majorité, en somme, mobilisée pour magnifier les réalisations du président à mi-mandat. Même ‘’l’opposition sympathique’’ a apporté, à sa manière, ‘’sa quote-part’’ de contribution.

La majorité est allée même jusqu’à se faire dans la clandestinité. Une clandestinité qui se lit, curieusement, sur les murs de la capitale. Où peut lire désormais des slogans qui appellent le président à rester, pour prendre le contre-pied du mot d’ordre de la C.O.D. Des étudiants, soutiens Mohamed Ould Abdel Aziz, ont manifesté dans l’enceinte de l’université pour revendiquer moins de manifestation.
Match nul. Quitte. Trêve, dans tous les cas. Les deux camps n’ont pas réussi, jusqu’ici,  à s’annihiler. Ils n’ont, non plus, pas parvenu, à se (con) vaincre, l’un, l’autre. Une bataille irrésolue, en somme. Ou paix générale. ‘’ Une autre fois.’’


Abdelvetah Ould Mohamed

rimbiladi.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires