Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Saadi Kadhafi, extradé du Niger, serait dans le coma après avoir été torturé


International
Dimanche 23 Mars 2014 - 17:55

Extradé par le Niger, le fils de l'ancien chef d'Etat libyen, Saadi Kadhafi, qui a été photographié par les autorités de Tripoli le 6 mars à son arrivée en prison, aurait été sauvagement torturé par le nouveau régime de Tripoli. Il serait aujourd'hui mourant ou du moins, dans le coma.


Autres articles
Saadi Kadhafi, extradé du Niger, serait dans le coma après avoir été torturé
C'est du moins ce qu'ont affirmé au site Mondafrique des sources proches de l'ancien régime libyen et dignes de foi. Un des fils de feu le guide libyen, Saadi, avait été extradé par les autorités nigériennes, voici une dizaine de jours, dans des conditions mal éclaircies. Le journal "Jeune Afrique" avait annoncé qu'une rançon de vingt millions d'euros avait été versée, une information démentie par le ministre des Affaires Etrangères nigérien Mohamed Bazoum. Comment ne pas lui faire confiance? D'origine libyenne, Bazoum a été à la belle époque très proche du régime de Kadhafi et connait les possibilités financières de la Libye assise sur une montagne d'or noir. Effectivement, la somme de vingt millions d'euros est nettement en dessous de la réalité. Ce sont, d'après les sources de Mondafrique, plusieurs centaines de millions d'euros qui ont été versées pour l'extradition de d'une dizaine de dignitaires libyens présents à Niamey, dont Saadi. Interrogé voici quatre jours par email, Mohamed Bazoum ne nous a pas fourni de réponde.

En fait, le fils Kadhafi qui à la belle époque, était en charge des contacts avec les entreprises étrangères désireuses de commercer avec la Libye pétrolière, pèse à lui seul encore aujourd'hui quelques milliards de dollars. La Banque Mondiale a évalué, voici un an, à près de 150 milliards de dollars les biens des kadhafistes dans une cinquantaine de pays à l'extérieur de la Libye. A l'évidence, Saadi disposait d'une partie de ce pactole. Autrefois au mieux avec Kadhafi et parfaitement au courant de ces flux d'argent, les autorités nigériennes ponctionnaient régulièrement pour la location de la demeure de Saadi à Niamey ainsi que pour sécurité que lui assurait l'armée nigérienne. Les factures étaient calculées au prix fort. Pour convaincre le président Issoufou et son fidèle Bazoum de tuer la poule aux oeufs d'or et d'extrader un tel otage avec ses fidèles, il fallait y mettre un sacré prix. C'est à quoi se sont employé les autorités de Tripoli, qui auraient mis sur la table, d'après nos informations, deux milliards de dollars (dont une partie, nous dit-on,pour des intermédiaires amis au Nigeria). Dans quel dessein?

Et bien, les autorités de Tripoli cherchent à mobiliser l'occident face au péril que ferait courir à la nouvelle Libye les plans de conquète du pouvoir par d'anciens kadhafistes, ceux là même qui étaient combattus à l'époque par la France et l'Angleterre. Une conversation, le 22 mars à Paris, avec deux hauts fonctionnaires libyens nous a éclairés sur les objectifs poursuivis aujourd'hui par le gouvernement libyen. Bulletin de victoire Le samedi 22 mars, deux hauts cadres du ministère des Affaires Etrangères libyen rencontrés à Paris lors d'un congrès de l'OCDE sur la corruption, dont le directeur de la coopération internationale à Tripoli, annonçaient déja victorieux: "Saadi a été interrogé par un journaliste libyen en prison. Il a tout reconnu, tout ce qu'on suspectait, notamment un vaste plan pour prendre le pouvoir en Libye. Le Procureur général a refusé que cette vidéo soit divulguée. Mais une partie a été divulguée déja sur youtube". Ce bulletin de victoire, quelques jours après l'extradition de Saadi, paraissait déja étrange. Les informations qui arrivent aujourd'hui dimanche sur les mauvais traitements qu'il aurait subi font mieux comprendre comment Tripoli a pu obtenir les aveux de Saadi. Les zélés fonctionnaires du ministère libyen des Affaires etrangères reconnaissaient qu'en échange de Saadi, les autorités de Tripoli avaient promis au Niger de financer des vastes travaux d'infrastructure. Mais aucune rançon, selon eux, n'aurait été versée. Juste des avances sur travaux?

Source:Elhourriya
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire