Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

SENAF: Panorama sur le cinéma mauritanien et la situation des malentendants


Culture
Dimanche 30 Octobre 2011 - 16:27

La cinquième soirée de la semaine du cinéma a été marquée par la projection de deux films mettant en scène d’une part, l’état du cinéma mauritanien, à travers le regard de la réalisatrice française Lauren Hutter, et la condition de vie des malentendants d’autre part, avec le réalisateur/directeur de la SENAF, Mohamed Idoumou.


Autres articles
Un des derniers cinémas de Nouakchott: Galaxy à Tevragh Zeina
Un des derniers cinémas de Nouakchott: Galaxy à Tevragh Zeina
Les cinémas Saada, Ksar, Nouakchott, El mouna, ou encore Oasis, ont été des lieux de vie du cinéma national. Un témoin de l’âge d’or du cinéma raconte que «les salles de films projetaient 15 à 20 films par semaine dans les années 1980. Les films hindous, de karaté et les westerns étaient les plus appréciés du public».
C'est ce que rappelle dans «les écrans oubliés» la française Lauren Hutter. Réalisé en 2010, le documentaire relate la grandeur et la décadence du cinéma national, à travers l’éclairage d’un sociologue, d’un Imam, de techniciens de salles et d’amateurs du septième art.

Mais ce succès aurait été terni par les préjugés qui ont laissé entendre que le cinéma était une perte de temps, «haram» même, selon l'imam interrogé par la réalisatrice dans le film. Pour lui, la religion musulmane observe en particulier le contenu des productions cinématographiques. Il ressort de ses propos, par exemple, que la représentation de la nudité à l’écran ne serait pas admise dans l'Islam.

En plus du fait religieux, la réalité comptable est venue se greffer aux causes de la perte des lettres de noblesse du cinéma en Mauritanie. «Malgré le nombre important de salles, elles étaient peu rentables, et l'arrivée de la gravure sur dvd, la parabole, et du téléchargement ont terminé d'achever ce cinéma. Les salles sont vite devenues de véritables magasins et des foires d'empoignades» s'émeut, nostalgique un témoin du film. Le cinéma national serait toujours malade de ces maux, selon l'auteure du film, même si la création en 2005 de la maison des cinéastes, a donné un nouveau souffle au cinéma. Une évolution qui marque la renaissance du cinéma mauritanien nous laisse-t-on entendre en conclusion du documentaire.

«Ahmédou», ou le portrait d’un artiste et enseignant malentendant

Dans «Ahmedou», le directeur du SENAF, Mohamed Iddoumou, se lance dans l’apprentissage du langage des sourds afin de mieux communiquer avec son personnage Ahmedou, le personnage principal de ce documentaire de 26 minutes. Son objectif est de faire admettre que les sourds sont des gens normaux «dans tous les sens du terme», et que ces derniers ont une «capacité d’écoute et de communication».

Ce film hors-compétition produit par la maison des cinéastes en partenariat avec le forum national des sourds, a demandé deux ans de travail. Ahmedou est malentendant, professeur d’art plastique et membre du forum national des sourds. C'est aussi un chef de famille qui par une incroyable volonté dynamique, relie et équilibre ses vies, privée et professionnelle; une débauche d'énergie comme pour démontrer que son handicap n'en est pas réellement un.

Le réalisateur nous présente un personnage partagé entre sa vie d'artistes, avec ses élèves en peinture, et sa vie intime. Comme ce moment où Iddoumou nous introduit dans la cérémonie de mariage d'Ahmedou, ou un moment de simplicité, lors d'un déjeuner avec sa femme Fatou. «J'ai été séduit par le courage et la force de la volonté de communiquer d'Ahmedou. Il m'a démontré qu'aucun handicap ne peut réellement stopper la charge d'une vie» estime le réalisateur.

Awa Seydou Traoré
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires