Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Restructuration des quartiers précaires de Nouakchott : Attributions et chevauchements douteux


Société
Mercredi 9 Janvier 2013 - 18:30

Il se passe des choses pas du tout orthodoxes, dans l’attribution des terrains aux populations déplacées des gazras vers des zones loties. C’est du moins ce que nous a affirmé un groupe de femmes venues, en compagnie d’un topographe, exposer leur situation au Calame, le jeudi 3 janvier. Elles accusent les commissions de recensement des populations à déplacer et les responsables de l’Agence de Développement Urbain (ADU) dans la moughataa de Toujounine, de mille subterfuges pour arracher, aux bénéficiaires, des lots «bien positionnés».


Restructuration des quartiers précaires de Nouakchott : Attributions et chevauchements douteux
Autres articles
Ils useraient de « chevauchements et d’erreurs, pour entrer en possession de ces lots qu’ils revendent après », explique Mohamed Yahya, alias Hmettou, topographe et défenseur des «spoliés».

Parmi les nombreuses victimes des rapaces du foncier nouakchottois, figure Mariem Mint Saleck. « Au lieu de m’attribuer les lots 724 et 722, conformément au recensement N° C11010, à Arafat secteur 11B, l’ADU m’a octroyé les lots 724 et 726, avec un chevauchement du premier de 3 à 4 mètres entre le 722 et le 726 » raconte la femme. Hmettou explique : « L’objectif de cette action est de contraindre cette femme ayant vécu dans la gazra depuis 1989 à céder ces lots bien placés».

Face à cette situation, Mariem Mint Saleck, assistée du topographe, réclame des explications auprès de l’ADU, par lettre n° 1989/12, en date du 30/07/2012. Peine perdue ! « On m’envoie, comme un ballon, entre les différentes structures où personne ne veut m’écouter », s’indigne Mint Saleck. « Partout, c’est le mensonge », ajoute le topographe. « Au ministère de l’Urbanisme et de l’habitat, à la wilaya et à l’ADU, c’est le même refrain pour se débarrasser de nous et, si nous nous adressons, aujourd’hui, à la presse, c’est pour que le président de la République nous entende et nous aide à recouvrer nos droits », reprend la femme dépitée.

Les chevauchements et les erreurs d’attribution seraient, de l’avis de ces femmes et du topographe, l’œuvre d’une mafia de fonctionnaires de l’ADU qui menacent et déplacent les gens sans moyens, pour arracher leurs lots en « bonne position ». Zeïnabou Mint Brahim, qui espérait en finir, comme l’a promis le président de la République, avec la gazra dans laquelle elle vit depuis 1995, se heurte au même problème que Mint Saleck. Elle occupe un terrain très convoité et la « mafia » de Toujounine refuse de la recenser, lui promettant, chaque fois, de revenir le lendemain. « Jusqu’à ce jour, je cours derrière la commission, la cellule de l’ADU, le ministère et la wilaya, on m’a même menacé de me jeter en prison, si je n’obtempère pas », explique-t-elle. La « mafia » de Toujounine serait dirigée par un certain Jiddou de l’ADU.

Selon diverses sources, la restructuration des quartiers précaires aurait été détournée par des fonctionnaires véreux qui ont profité de ce déplacement des populations pour s’attribuer de nombreux lots. Nos interlocuteurs citent une certaine Mint Touhami, secrétaire de l’ADU, qui aurait, par ces pratiques de détournement, acquis tout un bloc composé des terrains suivants : 032, 033, 034, 035, 036, 037, O38 et 039, avec des noms d’oiseaux, d’ânes, de chiens, d’eau…, affirment nos visiteurs. Ces blocs, distribués à des individus qui sont en train de les revendre entre 500 000, 800 000 et plus, dans les différents secteurs de Tarhil. Pourtant, fait observer le topographe, « les terrains mis à la disposition des populations sont strictement destinés à ceux qui vivaient en gazra et ne devaient pas être revendus. C’est loin d’être le cas aujourd’hui. Il n’est pas exagérer d’affirmer que plus du tiers est tombé dans l’escarcelle des rapaces du foncier de Nouakchott ». Au vu et au su de la tutelle, accusée de « laxisme » par de nombreux citoyens.

« Nous en appelons au président de la République pour que cessent de telles pratiques et que les fauteurs en eaux troubles soient démasqués et sanctionnés. Par la même occasion, nous lui souhaitons prompt rétablissement », ont tenu à noter les femmes.

Ben Abdella
Pour le Calame
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter