Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Résistances : Anonymous ou l'émergence de l'individu-foule


Lu sur le web
Mercredi 17 Octobre 2012 - 10:05

Sans chef ni porte-parole, horizontal et anarchique, sans idéologie ni objectif clair, le réseau Anonymous résiste aux grilles d'analyse classiques. Et montre qu'une foule peut être composée d'individus libres.


Résistances : Anonymous ou l'émergence de l'individu-foule
Anonymous est aujourd'hui incompris par les médias traditionnels et décideurs des sphères économiques et politiques. Au sein des médias, cela se traduit principalement par une relative absence d'analyse concrète du phénomène, au profit de compte-rendus d’actions menées par Anon (terme qualifiant autant le groupe qu'un individu).

En d’autres termes, le citoyen peut être informé des actions entreprises et réussies par celui-ci, mais n'a quasiment aucune ressource pour saisir la façon dont ces dernières ont pu être pensées, organisées et menées. Reflet de cette incompréhension, aucun homme politique ne semble capable de saisir correctement ce qu'est Anonymous, tandis que les entreprises qui doivent leur faire face se trouvent prises au dépourvu.

Ni pirates du Web, ni organisation hiérarchisée, ni même groupe politique, il s'agit principalement d'un collectif dont les membres partagent de rares points communs, au premier rang desquels l'anonymat. Passer en revue les erreurs d'analyse les plus courantes au sujet d'Anonymous permet de définir plus clairement ce dont il s'agit.

Anonymous n'est pas un repaire de pirates

Lorsqu'Anonymous est mentionné par les médias, c'est le plus souvent pour signaler l'une de ses dernières actions. Majoritairement, les évènements rapportés tiennent de l'attaque par déni de service. L'opération consiste à rendre indisponible un service informatique ou un site web de diverses manières.

Ces attaques sont généralement peu sophistiquées et très médiatisées, permettant d'attirer l'attention du public sur une cause défendue par des Anonymous, de mettre en difficulté une entreprise ou une organisation gouvernementale, ou simplement de manifester un mécontentement auprès du propriétaire du service.

Par exemple, les médias s’étaient fait l’écho d’une attaque d’Anonymous visant à paralyser le système de paiement en ligne Paypal, en décembre 2010, après que ce dernier ait décidé de bloquer les virements de ses membres destinés à soutenir financièrement WikiLeaks.

Le champ des actions menées reste cependant plus ouvert. Elles vont de l'aide à l'arrestation d'un pédophile en 2007 à la récente diffusion de numéros de cartes bancaires qui pourraient appartenir à des responsables gouvernementaux, en passant par la divulgation d'un million d'identifiants appartenant à des possesseurs de produits Apple ou celle de millions de mails internes à des entreprises.

Les médias traditionnels ne pouvant constater que les actions les plus visibles, ils définissent alors Anonymous par rapport à ces dernières. Il est donc souvent compris comme un groupe international de pirates informatiques incontrôlables, voire de terroristes en puissance. Pour autant, bien qu’il soit incontestable qu’Anonymous compte des spécialistes du piratage informatique de haut niveau et se fasse remarquer par ses actions dans ce domaine, l'écrasante majorité du collectif n'est pas composée de pirates.

Ce constat peut être expliqué de multiples façons. La plus courante, compréhensible et claire pourrait être celle-ci: les Anonymous sont liés par l'anonymat avant de l'être pour une cause. La majorité des utilisateurs des plateformes anonymisantes ne viennent pas pour mener des actions illégales ou politiques.

Anonymous compte également des individus créatifs fournissant à l'ensemble du World Wide Web une production graphique monumentale: pourtant, il n'est pas considéré comme un «repaire de graphistes». La différence entre le fait que les Anons ou des Anons soient des pirates est donc importante: la première affirmation est fausse, la seconde est vraie.

Anonymous n'a pas de chefs

Le fonctionnement d'Anonymous n'est que très peu abordé par les médias, et donc très peu exposé au grand public. Les grilles de lecture qui viennent d’univers plus traditionnels sont alors projetées sur les Anons. Sont imaginées des hiérarchies, des modes de coordination classiques, voire même une discipline collective. Mais tenter de comprendre Anon par ce biais revient au même contresens que d’imaginer le fonctionnement de la Wikipédia à partir de ce que l’on sait des méthodes de travail de l'Encyclopædia Britannica.

Anonymous est, au sens étymologique, an-archique, c’est-à-dire sans hiérarchie. Il s'agit d'un cas d'école d'organisation anarchique appliquée. Les Anons interagissent sur un pied d’égalité réelle quant à leurs capacités de discourir, d'échanger et de proposer des actions. Chacun s’investit dans la communauté dans la stricte proportion de ses envies. Il s’agit en réalité d’une vaste mise en réseau d’initiatives, d’idées et de partage de contenus divers, qu’ils soient politiques, techniques ou culturels, entre personnes couvertes par un strict anonymat. Essayer d’identifier un chef Anon, ou même un porte-parole, est donc un contresens.

Il est ainsi fondamental de comprendre qu'un Anon s'exprimant auprès du grand public via une vidéo, par exemple, ne le fait pas au nom de la communauté tout entière. Il le fait en son nom propre ou, plus exactement, en son anonymat propre, voire pour un groupe d'Anons.

Un autre Anon en désaccord avec ce qu’il exprime peut toujours décider d’exprimer à son tour un point de vue opposé. D'où l'étrange cacophonie et les messages contradictoires semblant parfois émerger des différentes sphères observées par les journalistes lorsqu'il s'agit de collectifs de ce type.

Cela étant, voir dans Anonymous un réseau d'anarchistes est un abus de langage, une structure anarchique n’équivalant pas à une idéologie anarchiste. Là encore, il y a une différence entre les Anons anarchistes et des Anons anarchistes: la première affirmation est fausse, la seconde est vraie.

Anonymous n'est pas un mouvement politique

Il a pu être écrit qu’Anonymous défendait telle ou telle cause, généralement autour des thèmes de la liberté d’expression. Cette perception est totalement abusive. Là encore, il y a une différence entre les Anons militant pour telle cause et des Anons militant pour telle cause.

La seule valeur qui pourrait rassembler les Anons est en fait le combat pour l’anonymat sur Internet, considéré comme seule garantie de la liberté individuelle sur la toile aux dimensions du monde… sans qu'une adhésion massive soit sûre. Ces luttes dépassent en effet largement la sphère Anonymous, et Anon peut parfaitement ignorer un appel à l'action. En ce sens, Anon peut militer ou non, proposer et lancer des actions ou rester inactif. Aucune directive n'est contraignante. Anonymous n’est donc pas un groupement politique au sens habituel du terme.

Les causes pour lesquelles Anon s'est engagé relèvent ainsi davantage de l'inventaire à la Prévert que d’un combat idéologique précis et structuré. Le concept de «cause» ne correspond d'ailleurs qu'à un ensemble minoritaire des actions du mouvement, lancées de façon totalement anarchique.

Si des explications idéologiques diverses peuvent se trouver derrière le «projet Chanology» de lutte contre l’Eglise de Scientologie ou la défense de Wikileaks, qu'en est-il du harcèlement de «Jessi Slaughter», jeune fille prise à partie par des Anons?

Chercher à comprendre Anonymous comme un organisme définissant clairement ses priorités et ses conceptions idéologiques est donc un autre contresens. Si le mouvement trouve son essence dans ses modes d'organisation, de communication, de prise de décision et d'action, les considérations idéologiques appartiennent aux individus, et non au groupe.

La révolution Anonymous est avant tout cognitive

La place de l'individu, le rapport à l'information, aux groupes, à l'identité et aux échanges définissent fondamentalement des modes d'exploitation d'Internet. En cela, Anonymous se trouve à contre-courant des tendances actuelles et des schémas les mieux compris par les médias traditionnels et décideurs, tels que le modèle mis en place par Facebook.

Facebook est l’archétype d’un univers Internet dans lequel chacun est identifié et identifiable, où les contenus culturels et technologiques sont soumis au droit de propriété, et où le partage gratuit de techniques —en particulier informatiques— et de culture est encadré de plus en plus strictement.

A cet égard, la communauté Anonymous est un contre-Facebook. Elle est l’archétype d’un univers Internet dans lequel chacun voit son anonymat garanti, où les contenus culturels et technologiques sont librement échangeables, et où le partage gratuit de techniques —en particulier informatiques— et de culture est la norme. Y voir davantage que cela relève au mieux de la généralisation abusive, au pire, du fantasme.

En d’autres termes, Anonymous est somme toute l’expérience à grande échelle d'une nouvelle façon de voir et de partager des idées, des initiatives et de la culture. Cognitivement, cela implique de considérer qu'un individu peut rester individu dans une foule, plutôt que de s’y fondre. Et qu'une foule peut être composée d'individus libres, réfléchissant individuellement, pouvant proposer à tout instant une autre direction.

Anonymous est uniquement cela: une foule immense, aux contours indéfinis, aux capacités non identifiées, aux projets chaotiques, mais au pouvoir certain. Du point de vue des citoyens, des médias et des décideurs, le premier défi que posent les Anonymous est donc de les comprendre, car jusqu'à présent, le changement était le monopole d’organisations claires, structurées et menées par des individus identifiés.

Thomas Guénolé et Arnaud Lavalade
Lu sur slate.fr
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires