Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Réseaux sociaux: Comment les services secrets américains espionnent sur Facebook et Twitter


Lu sur le web
Lundi 2 Janvier 2012 - 13:00

Aux Etats-Unis, le Département de la sécurité intérieure (DHS) est autorisé à créer des faux comptes sur les réseaux sociaux afin de surveiller certaines personnes suspectes rapporte ABC News. Le Centre d’informations numériques privées (EPIC), un institut de recherche d’intérêt public, a d’ailleurs décidé de poursuivre en justice l’agence gouvernementale après que cette dernière a refusé de révéler ces techniques d’investigation.


Réseaux sociaux: Comment les services secrets américains espionnent sur Facebook et Twitter
Selon un communiqué du DHS disponible sur leur site, le département ne créer des comptes que dans le but d’enregistrer certains types d’informations. L’agence n’intervient pas elle-même, est-il écrit, n’entre pas en contact avec des personnes et n’accepte aucune invitation.

ABC News note par ailleurs que le DHS ne scrute les réseaux sociaux qu’à partir d’une liste de mots clés bien établie, incluant notamment: «bombe radiologique», «otage», «explosion», «émeute», «menace nucléaire», «caïn et abel», «force brute», «labo de meth» et «chute de tension».

Pour le blog Gawker, la liste comprend aussi les termes: «infection», «immigrés illégaux», «déclencher» et «s’écrouler». Le site ajoute que si vous être pris d’une envie masochiste de vous faire traquer par les services de renseignements américains il suffit donc d’écrire la phrase suivante sur Twitter:

«Ma vache s’est écroulée, et maintenant une infection d’origine animale qui se transmet aux humains s’est déclenchée parmi les immigrés illégaux.»

En Avril 2011, EPIC a demandé à l’agence fédérale d’analyser certains enregistrements tirés des réseaux sociaux. Ce qu'elle a le droit de faire au nom du Freedom of Information Act, le DHS étant ainsi obligé de révéler la nature de ses informations à quiconque le souhaite. Pourtant, Marc Rotenberg, directeur de l’EPIC, a annoncé à ABC News, que personne n’a jamais répondu à leur demande, ce qui l'a poussé le 20 décembre 2011 à engager des poursuites à l’encontre de l’agence. Comme il le précise au site:

«Nous voulons savoir comment ils collectent les informations sur le net, ce qu’ils collectent et s’ils ont le droit de le faire. Nous essayons de comprendre à quoi ressemble la situation quand le DHS traque les réseaux sociaux.»

Le DHS a refusé de commenter, fait savoir ABC News. Pour Brad Garrett, ancien agent du FBI et actuellement consultant pour le site d’information, il n’y a rien de particulièrement nouveau dans les initiatives du service de renseignement:

«L’un des enjeux les plus importants pour le gouvernement quand il s’agit de crime et de terrorisme, c’est de chercher avec zèle des sources publiques d’information.»

Pendant la Guerre Froide, la CIA avait mis au point un système mondial d’interception des communications téléphoniques, plus connu sous le nom de réseau Echelon et ignoré du grand public pendant près de 40 ans avant d’être révélé en 1988.

Plus récemment le Guardian a montré en mars 2011 que l’armée américaine avait créé de faux profils sur Facebook et Twitter, et même de faux blogueurs dans le but de manipuler l’opinion publique dans certains pays étrangers…

Source: slate.fr
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires