Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

République monarchique : analyse des aménagements constitutionnels que propose l’UPR…


A.O.S.A
Dimanche 9 Octobre 2016 - 18:45


République monarchique : analyse des aménagements constitutionnels que propose l’UPR…

Avant de lire les propositions de l’UPR, il faut partir du principe qu’elles sont présentées par des soldats dont le seul souci est de rendre service aux intérêts du chef moment. Si l’intérêt du peuple y est pour quelque chose, il ne peut l’être que sous l’impulsion du chef en question mais jamais de ses soldats de formation civile que sont les membres de l’UPR comme l’étaient avant eux ceux du PRDS.

 

Ce n’est la faute de personne, c’est culturel : soutenir le pouvoir quel qu’il soit pour survivre, mieux vivre, bien vivre ou au-delà… Le chef lui-même n’y est presque pour rien car sitôt qu’il devient chef,  il est obligé d’avoir une armée pour tenir en respect les civils et une armée de civils pour ferrailler avec les opposants et ce au nom du peuple.

 

Le processus démocratique en Mauritanie est mal parti depuis le début à cause du suffrage universel direct qui permet au pouvoir qui tient l’état, l’institution religieuse et les médias de masse de faire démocratiquement ce qu’il veut du peuple comme si ce dernier pouvait, à la lecture d’une constitution, en connaître les ressorts et les attrape-nigauds. 

 

Mais il est trop tard pour faire machine arrière. Le suffrage universel direct est là et d’ailleurs s’il n’était pas là, c’eût été peut-être pire car alors les petites chefferies locales eussent certainement fait main basse sur le processus d’émancipation des masses.

 

La démocratie, la liberté individuelle de choisir ses dirigeants est un travail à plein temps de la conscience citoyenne qui doit toujours être en alerte, toujours engagée, toujours cherchant l’information, déjouant la désinformation. Qui a le temps pour cela surtout quand on est illettré, ignorant  ou juste occupé à joindre les deux bouts pour sauver sa famille ou sa peau ? En Europe ce devoir de la conscience citoyenne a créé des générations d’abstentionnistes dégoûtés de la politique et ayant laissé la place à une minorité souvent mal agissante ; que dire alors d’un peuple d’un  pays du tiers-monde comme le nôtre sous-éduqué, mal nourri, mal soigné, manipulé de partout par des intellectuels borgnes au royaume des aveugles, quelques-uns de bonne foi mais impuissants pendant que d’autres sans vertu et bouffis de complexes jouent avec les malheurs et les rêves du peuple manipulé même par les religieux ?

 

Le pouvoir militaire devenu civilisé a compris avec la génération Aziz qu’on pouvait diriger ce pays sans crimes physiques juste avec les armes politiques. Entre nous, je le dis comme je le pense, vu l’état de la scène civile, on peut être heureux que l’institution militaire ne soit pas dans le même état.

 

La liberté d’expression sans précédent en Mauritanie a permis à chacun de vider régulièrement son sac en paroles vite oubliées ne laissant rien à mettre à l’actif de l’action or seule l’action compte ; le verbe n’en est que le moteur. Les civils n’ont jamais pu faire reculer en rien le pouvoir sous l’autorité militaire civilisée. 

 


Un porte-parole du gouvernement peut mentir plus d’une fois et dire mille bêtises, il reste en place pendant qu’on envoie un gosse en prison pour 3 ans car il lui a jeté une chaussure. 3 ans ! Pire que tout, 3 de ses amis manifestent dans le tribunal leur mécontentement, ils écopent aussi de 3 ans de prison ferme et sont vite oubliés. Pourtant c’est la jeunesse qui est ainsi brisée car les vieux qui tiennent le pouvoir craignent la jeunesse comme le pouvoir craint la jeunesse dans un pays où 70% de la population a moins de 30 ans.

 

Passons.

 


Dans un pays pareil, avec une scène politique et une société civile pareilles, le pouvoir a compris que tout était permis. Il suffit de faire loi n’importe quoi et cette loi devra être respectée car loi !

 

Après avoir fait voter tout et n’importe quoi par une assemblée nationale à majorité présidentielle, l’heure est de toucher à la constitution pour en faire une constitution monarchique c’est-à-dire au service d’un président-roi en attendant la suite....

 

Ainsi quand on lit n’importe quoi venant de l’UPR, il faut savoir que c’est fait pour faire avaler des couleuvres à la démocratie quitte à en faire une caserne du chef du moment.

 

Que l’on soit d’accord : personnellement, j’ai toujours pensé que la Mauritanie ne pourrait avancer qu’avec un homme fort ayant les pleins pouvoirs pour faire passer la Mauritanie de la préhistoire à l’histoire encore faut-il que celui qui aura de tels pouvoirs en fasse quelque chose comme un Napoléon ou un Atatürk, toute proportion gardée, et pas seulement de quoi en faire un roitelet entouré de ministres automates terrorisés de perdre leur poste avec un clown comme porte-parole.

 

Examinons les propositions de l’UPR.

 


Nous avons déjà parlé des bandes rouges qu’on présente au peuple comme symboles du sang versé par les martyrs alors que c’est manifestement un signe de l’arabité qu’on veut faire avaler aux autres peuples de Mauritanie qui devraient refuser cela et n’accepter un changement de drapeau qu’à condition d’y mettre un symbole manifeste de l’unité nationale blanc et noir.

 

 


Au sujet des langues dans la constitution nouvelle : 

 

Encore une fois, on refuse de sortir de l’aberration actuelle à propos du français qui figure partout sur nos billets de banque, nos pièces d’identité, partout dans l’administration et même au milieu du dialogue en cours sur une banderole géante sans que personne ne veuille remettre dans la constitution le français comme deuxième langue de travail.

 

Cette hypocrisie collective est lâche...

 

Les nationalistes arabes ont réussi à complexer même les négro-mauritaniens en leur disant qu’ils devraient défendre leurs langues nationales et non la langue du colon. Ainsi on voit les négro-mauritaniens satisfaits de voir dans la constitution, la mention de leurs langues nationales même si cela n’engage en rien le pouvoir car il n’y a que deux langues dans l’administration l’arabe et le français.

 

D’ailleurs les autres langues nationales, n’ayant pas de graphie propre, doivent utiliser soit les lettres latines soit les lettres arabes mais il n’y a pas de quoi être complexé, la tradition orale n’a rien à envier à l’écriture. La musique arabe a eu son heure de gloire alors qu’elle ignorait le solfège. De là d’ailleurs qu’elle a périclité mais c’est un autre sujet. Les négro-mauritaniens comme tous les mauritaniens qui parlent hassania et français ne doivent pas tomber dans le piège d’abandonner le français et d’accepter cette dictature de l’arabe parlé par une minorité et pas des plus lumineuses.

 

Promouvoir l’arabe, langue du coran, bien sûr et peut-être demain langue pratiquée par toute la république mais pas de cette façon abusive et contreproductive sinon il faut que les ennemis du français cessent de l’employer en premier les gens de l’UPR et bannir le français de partout or c’est impossible… Alors il faut remettre le français comme deuxième langue de travail et en finir avec ce vide constitutionnel.

 

Voici 10 aménagements discutables

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires