Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Réponse à Monsieur Ben Abdallah. « Atlantic Dawn : Le monstre est de retour »


Actu Mauritanie
Vendredi 26 Juillet 2013 - 22:43

J’ai lu, jusqu’au bout, l’article de Monsieur Ben Abdallah publié par le Calame et repris par Cridem, intitulé « Atlantic Dawn : Le monstre est de retour » par lequel il réplique à un article que j’ai publié il ya quelques jours, intitulé « Atlantic Dawn : Ce qu’il en est réellement ».


Réponse à Monsieur Ben Abdallah. « Atlantic Dawn : Le monstre est de retour »

Sans vouloir verser dans une polémique qui ne ferait qu’ajouter à la confusion entretenue en cette affaire, et en l’absence d’éléments nouveaux objectifs, je voudrais commencer par exposer ce qui suit :
 
Mr Ben Abdallah est libre de politiser, aux fins qu’il entend,  la question de l’Accord de Pêche RIM-UE ou de Annelies Ilena, ex-Atlantic Dawn. Pour ma part, je n’ai appartenu et n’appartiens à aucun minaret.  Ni avant (PRDS et autres UFD), ni maintenant (Majorité ou Oppositions).
 
J’écris sans ambages et signe de mon (vrai) nom ce qui me parait, en toute âme et conscience, être dans l’intérêt de la Mauritanie, dans ce secteur de la pêche que j’ai un peu connu. Même si cela va à rebrousse-poil du « politiquement correct » tel que veulent l’imposer certains milieux politiques, ou viole  la vérité ambiante (mais réversible) telle que la voudraient certains cercles d’affaires ou contrevient, enfin, à  la ligne éditoriale (du moment) de certains médias.
 
Ceci dit, et pour en revenir à la réplique de Mr Ben Abdallah, je regrette de n’avoir pu  y trouver un quelconque argument objectif, qui éclairerait le débat ou qui me ferait reconsidérer ce que j’ai écrit.
 
En conséquence, et au risque de me répéter, je rappelle les éléments essentiels de ma contribution, à savoir que :

 
Ceci dit, et pour en revenir à la réplique de Mr Ben Abdallah, je regrette de n’avoir pu  y trouver un quelconque argument objectif, qui éclairerait le débat ou qui me ferait reconsidérer ce que j’ai écrit.
 
En conséquence, et au risque de me répéter, je rappelle les éléments essentiels de ma contribution, à savoir que :
 
1. C’est bien le Président de la République actuel, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz qui, en 2005, a fait exclure de nos eaux l’Atlantic Dawn. Et que ce faisant, il a mis fin à 5 ans de prédation de nos eaux. Tout comme chacun le sait, depuis qu’il s’est clairement exprimé en direct à la télévision à ce sujet, il suit de très près les négociations des Accords de Pêche. Il s’agit là de faits avérés,  immuables et univoques.
 
2. Le régime des licences qui était en vigueur au moment de l’exclusion de l’Atlantic Dawn en 2005, par lequel le navire étranger payait un montant forfaitaire et pêchait autant qu’il pouvait, a été aboli par la nouvelle politique des pêches, qui est venue combler les failles et corriger les faiblesses des anciennes dispositions, ainsi que suit: 

a. Le nouveau zonage a renvoyé les chalutiers pélagiques à 20 miles, au lieu de 12, ce qui met hors de leur portée les frêles esquifs de nos pêcheurs artisanaux, ainsi les espèces sensibles que nous voulons protéger (sardinelles côtières, céphalopodes, etc.). Les 13 miles dont parle Mr Ben Abdallah ne sont pas encore entrés en application, n’ayant pas encore été validés par la Commission Mixte, dont on dit qu’elle ne se tiendrait pas avant  Octobre prochain. Et quand bien même ce serait le cas, ce ne sera pas significatif, à moins de chercher la petite bête. En effet, cette nouvelle ligne des 13 miles (15 miles actuellement) ne concernera - toujours sous réserve d'être validée en Octobre prochain - qu’un petit segment (un 7e de notre côte) très au Sud vers la frontière avec le Sénégal, où nous ne protégeons ni Banc d’Arguin, ni poulpes, ni sardinelle côtière, et où les fonds varient entre 70 et 100 mètres.
 
b. Le système des quotas fixe un tonnage à pêcher pour chaque pêcherie. Cela veut dire qu’à la fin de chaque marée, le navire se présente en rade de Nouadhibou, où sa cargaison est inspectée, et sur cette base il paie son droit de pêche. Les tonnages de la pêcherie sont comptabilisés, et cette dernière s’arrête à l’atteinte du quota négocié. En d’autres termes, nous ne vendons plus du temps de pêche mais des tonnages de poissons concrets et précis, car le régime antérieur des licences périodiques favorisait, à notre détriment, les navires extrêmement performants tels que l’Atlantic Dawn. C'est évident.A présent, sous le nouveau régime du quota, que l’Annelies Ilena ex-Atlantic Dawn, capture sa part de quota en quelques semaines ou en quelques mois n’est plus, à peu de choses près, notre problème. Ce qui nous importe, c’est qu’à l’épuisement du quota d’une pêcherie, tous les navires y opérant cesseront leurs activités et quitteront nos eaux. A moins que l’UE ne négocie une rallonge du quota car, en matière de pélagiques par exemple, nous n’avons encore concédé à l’UE que 300.000 Tonnes, sur le potentiel de 1 Millions de Tonnes dont nous disposons.

Le système des quotas s’est avéré être le meilleur, tant pour la régulation de l’effort de pêche, que pour l’adéquation des recettes aux captures réelles, et l’UE l’appliquera d’ailleurs dans ses propres eaux dès l’an prochain (2014).
 
3. La Mauritanie a arraché des avantages considérables aux Européens mais, comme dans toute négociation, la Mauritanie fait des concessions, lorsque ce qu’elle va obtenir est important et que ce qu’elle concède n’est pas essentiel. Par important il faut entendre tout ce qui va maximiser la rente, et par essentiel il faut entendre tout ce qui touche substantiellement à la pérennité de la ressource, ou à la protection de la pêche artisanale et industrielle nationales. En toutes ces matières, la position de la Mauritanie demeure ferme, cohérente et constante. 

4. L’Accord de Pêche  RIM-UE est en exécution provisoire depuis sa signature en juillet 2012 et  la Mauritanie a déjà perçu, au titre de la première année, 67 Millions d’Euros de compensation et 15 autres Millions d’Euros sont en cours  d’encaissement.En Août prochain Bruxelles devrait également payer la compensation financière de 67 millions d'Euros au titre de la deuxième (et dernière) année du Protocole.

A ce jour, 53 navires Européens (dont 3 nouveaux depuis la semaine dernière) couvrant toutes les pêcheries (sauf la crevette) opèrent dans nos eaux, dont une trentaine battant pavillon Espagnol. Sur cette flotte, 606 marins mauritaniens sont embarqués, et 2% des captures ont été, à chaque marée, systématiquement débarquées au profit de 10 Wilayas de l’Intérieur.
Tout cela dans le cadre du nouveau zonage, hors poulpes, hors sardinelle côtière et hors crevettes. Allez donc comparer avec les accords antérieurs.
 
Pour conclure, j’estime que cet Accord de Pêche est de la plus haute importance, tant pour le développement du secteur que pour le développement du pays en général.  Il constitue une avancée majeure par rapport à tout ce qui a été fait jusqu’à présent. Tant en matière de rente, qu’en termes de pérennisation de la ressource. Ses incidences et retombées économiques et sociales sont sans commune mesure avec ce qui a prévalu, et cela est vérifiable.
 
Aussi, vouloir s'en priver pour des raisons purement politiciennes, est  à mon avis totalement  insensé.
 
 Samouri Ould Ahmed Yehdhih.
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires