Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Remaniement ministériel : Ces va-et-vient qui ne finissent point


Actu Mauritanie
Vendredi 8 Avril 2016 - 08:45

Ce 1er avril, le président de la République ne faisait pas de poisson d’avril lorsqu’il annonçait le remaniement ministériel du jour. Un nième du genre ! Deux ans après l’entame de son second mandat, le président de la République semble encore être à la recherche de son équipe. C’est ce qui expliquerait une telle instabilité du gouvernement !


Remaniement ministériel : Ces va-et-vient qui ne finissent point
Moins de deux mois après le remaniement ministériel du 11 février 2016, un autre mini-séisme a secoué de nouveau le gouvernement de Yahya Ould Hademine, le 1er avril dernier. Personne n’osait imaginer que pour trouver un remplaçant au ministre de l’Equipement décédé il y a une semaine, un chamboulement allait secouer cinq autres départements.
 
Finalement, en un peu plus d’une année, le gouvernement a connu quatre mini-remaniements. Finalement, tous les départements ont connu au moins un changement de ministres, le ministère des Affaires étrangères enregistrant à lui seul 3 ministres en moins d’une année. Dans cet intervalle de temps, douze ministres ont été remerciés, et douze nouveaux ministres nommés, soit un ministre chaque mois. A l’inverse, neuf ministères ont connu des permutations.
 
Si la ministre de la Culture Hindou Mint Aïnina et son homologue de l’Assainissement Brahim Ould Mbareck ont été éjectés du gouvernement, deux permutations ont été opérées, Mohamed Lemine Cheikh qui quitte les Relations avec le Parlement pour prendre le ministère de la Culture tout en conservant sa fonction de porte-parole du gouvernement, et Hawa Tandia qui quitte le Secrétariat général du gouvernement pour lui succéder au ministère des Relations avec le Parlement.
 
Trois nouvelles entrées dans le gouvernement, Amal Mint Maouloud au ministère de l’Habitat, Ahmed Salem Ould Abdel Raouv au ministère de l’Équipement et Mohamed Abdallahi Ouadaa au ministère de l’Hydraulique, après avoir été débarqué de son poste d’ADG de la SNIM.
 
Deux autres nominations ont couronné ce remaniement, Zeinebou Mint Ely Salem comme Secrétaire général du gouvernement et Ali Ould Sidi Ould Jeilany à la Cour des Comptes.
 
Déjà le 11 février 2016, le remaniement avait touché le ministère des Affaires étrangères, département le plus instable en Mauritanie, avec le départ de Ould Meimou et l’arrivée de Isselkhou Ould Izidbih, les deux départements des Affaires économiques et des Finances avaient été réunis et confiés à Mokhtar Ould Diay, sonnant ainsi le départ de Ould Raïss. Dans la foulée un ministère délégué au Budget sera créé et confié à Mohamed Ould Kembou.
 
L’Education changeait par la même occasion de main, avec le départ de Bâ Ousmane et l’arrivée de Isselmou Ould Sid’El Moctar. Ould Jelvoune cédait par la même occasion le ministère de la Santé au Dr.Kane Boubacar et Seydina Ali Ould Sidi Ould Jeïlany prenait l’Habitat des mains de Ould Sidi Ould Zeine.
 
Cinq mois plus tôt, le 2 septembre 2015, c’était le ministère de l’Intérieur qui était touché par un mini-remaniement qui signait le départ de Ould Rara et la nomination d’Ahmedou Ould Abdella. Hamadi Ould Meimou qui allait être remercié cinq mois plus tard, pris en main la diplomatie mauritanienne à la place de Vatma Vall Mint Soueina, qui sera nommée au ministère de l’Elevage tout nouvellement créé.
 
Mohamed Lemine Ould Cheikh fit son entrée dans le gouvernement par le ministère des Relations avec le Parlement en lieux et places de Izidbih Ould Mohamed Mahmoud. Ce remue-ménage avait également connu plusieurs permutations, Lemine Mint Ghotob à l’Agriculture, le défunt Mohamed khouna à l’Equipement, Brahim Mbareck à l’Hydraulique et Fatma Habib aux Affaires sociales.
 
Déjà en janvier 2015, un remaniement avait touché sept postes du gouvernement avec le départ de quatre ministres, dont Ould Teguedi des Affaires étrangères et Thiam Diombar des Finances. Dia Moctar Malal, quitte son poste de ministre Secrétaire général de la présidence de la République pour prendre en main le ministère de l’Emploi, et Mokhtar Diay fait son entrée dans le gouvernement comme ministre des Finances après avoir dirigé la direction des Impôts.
 
C’est au cours de ce mini-remaniement que la femme renouera avec la diplomatie, avec l’arrivée de Mint Soueina à la tête du ministère des Affaires étrangères. Après Naha Mint Mouknass, elle est la deuxième femme à avoir dirigé ce département.
 
L’économie de ces quatre mini-remaniements intervenus en l’espace de quatorze mois, montre le degré d’instabilité du gouvernement du président de la République, qui semble toujours se rechercher.
 
N’est-ce pas dans la perspective de trouver « l’équipe qui vaille pour la situation du pays » qu’il aurait décidé cette fois de miser sur les femmes. Peut-être bien… A voir la composition finale du gouvernement, qui comprend le chiffre record de neuf femmes ministres, on peut bien croire que le chef de l’État pense que le remède de la Mauritanie passerait par elles !
 
C.A
 
 
L’expérience ferait défaut
 
- Née en 1983, Amal Mint Maouloud, est la plus jeune ministre du gouvernement. Elle vient d’être nommée à la tête du département de l’Habitat et de l’Urbanisme, un département parmi les plus techniques et les plus difficiles, selon les connaisseurs.
 
Une autre « fille à papa », que l’on hisse aux plus hautes fonctions qui assurait jusque-là la fonction de directrice à la direction des énergies renouvelables au sein de la Société d’électricité. Originaire de la ville de Tintane, au Hodh Gharbi, son père est un ancien diplomate et sa mère est actuellement membre du Sénat.
 
 Le remplaçant du défunt Mohamed Ould Khouna, décédé il y a une semaine, à la tête du ministère de l’Equipement et des Transports, est l’ingénieur Ahmed Salem Ould Abderaouv. Ce sortant des universités algériennes, est ingénieur hydraulique, ayant travaillé dans le projet Aftout-Essahili et à la Société nationale de l’Eau.
 
Il fera ainsi ses humanités dans le domaine des transports et de l’équipement, un département réputé être parmi les plus importants, tant sur le plan de son budget, l’un des plus costauds, que de la place qu’il occupe dans les priorités du président Aziz.
 
Honneur aux femmes

Avec neuf femmes ministres, le président Ould Abdel Aziz pourrait bien avoir décroché un record dans la représentativité de celle-ci à un gouvernement ! Dans l’histoire, jamais en effet, autant de femmes n’auraient été appelées simultanément à gérer les affaires de la cité. 35% de représentativité et dans des Départements qui ne sont pas des moindres sur l’organigramme du gouvernement ! Le président Ould Abdel Aziz l’a bien fait !
 
Ci-après les 9 dames de fer du nouveau gouvernement formé :
 
1. Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme : Naha Mint Hamdi Ould Mouknasse
 
2. Ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire : Emal Mint Maouloud
 
3. Ministre de l’Agriculture : Lemina Mint Ghotob Ould Momma
 
4. Ministre de l’Elevage : Vatma Fall Mint Soueina
 
5. Ministre de la Jeunesse et des Sports : Coumba Ba
 
6. ministre des Relations avec le Parlement et de la Société civile : Hawa Tandia
 
7. Ministre des Affaires sociales de l’Enfance et de la Famille : Fatma Habib
 
8. Ministre Secrétaire Générale du Gouvernement : Zeinebou Mint Ely Salem
 
9. Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération, Chargée des Affaires Maghrébines, Africaines et des Mauritaniens de l’Etranger : Khadijetou Mint M’Bareck
 
Lauthentic.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires