Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Référendum au Maroc : Constitution, nouvelle génération


International
Samedi 2 Juillet 2011 - 22:54

Il est onze heures du matin quand nous quittons l’hôtel Rive pour le ministère de l’intérieur. Un bref passage dans la salle de presse puis on s'en va faire le tour des bureaux de vote. Une manière de jauger l’affluence et l’ambiance.


Référendum au Maroc : Constitution, nouvelle génération
A cette heure, il fait exceptionnellement chaud pour une fin de printemps qu’on croyait clément. C’est aussi vendredi, jour de prière. Ici vendredi n’est pas jour de congé. Les travailleurs ont juste une heure qui correspond à l’heure de la prière. «Ils peuvent s’absenter exceptionnellement pour deux heures aujourd’hui, nous explique le chauffeur du bus qui nous amène. C’est jour de vote et ils doivent, comme tous les citoyens, s’acquitter de leur devoir».
Heureuse coïncidence (et signe des temps), nous allons d’abord dans un lycée qui porte le nom de feu Hassan II, qui plus est situé sur la rue des Mourabitoune. Tant de symboles pour nous mauritaniens.
Au bureau 73, l’ambiance est plutôt sereine. De temps en temps quelqu’un vient présenter sa carte d’électeur et sa pièce d’identité et s’en va voter. Jusque-là une centaine de personnes ont déjà exprimé leur choix. Devant eux deux bulletins, l’un bleu portant la mention «laa» (non), l’autre blanc pour le oui (na’am). Dans les bureaux 74 et 75 du même centre, le taux de participation est sensiblement le même, se situant entre 25 et 30%. Mais on nous promet une plus grande affluence après la prière. Au Lycée Yacoub Al Mansour du quartier Hassan, à celui dit Abdallah Mohamed Ibn Abdessalam Essayih de la vieille ville, c’est toujours le même niveau d’affluence (entre 25 et 30%). Et toujours le même optimisme pour la fin de la journée.
Il ne faut pas se tromper : le véritable enjeu du scrutin est le taux de participation. Les détracteurs du référendum avaient choisi de prôner le boycott comptant sur la désaffection des marocains pour le politique en général, pour les élections en particulier. On se souvient encore que les dernières élections locales avaient attiré moins de 35% de la population. Signe ailleurs d’une démocratie mature, cette désaffection est expliquée ici par les déceptions accumulées par les politiques de tout bord. Les vieux schémas et l’absence de nouvelles visions satisfaisant, au moins en partie, les attentes populaires, expliquent aussi ce désintérêt face à la chose publique.

Le Maroc à l'avant-garde du monde arabe

Aujourd’hui que le Maroc se dote d’un instrument qui le propulse à l’avant-garde des démocraties émergentes, qu’en sera-t-il ? La réponse ne sera connue qu’à la fin de la journée. Dès la mi-journée, vers 15 heures, juste après la prière, le ministre de l’intérieur annonce un taux qui dépasse légèrement 50%. En fin de journée, vers 19 heures, au moment des fermetures des bureaux de vote, ce taux se situe au-delà des 60%. Et à 11 heures du soir, il dépasse le cap des 72%.
On sait que ceux qui se sont déplacés ce jour, votent oui. C’est donc sans surprise que l’on apprend que 98,5% des voix exprimées votent pour la nouvelle Constitution. C’est d’un véritable plébiscite qu’il s’agit. Ce qui ajoute à la force de la nouvelle loi qui fonde un nouveau Maroc.
Ce qu’on appelle gentiment «Constitution nouvelle génération» fait du Maroc un modèle dans le monde arabe, comparativement notamment aux monarchies existantes et aux régimes assimilés. Incapables de faire leur mue à l’occasion des printemps chauds de cette année, ces régimes sont condamnés à disparaitre. La demande de refondation d’un Etat nouveau, fort d’une légitimité populaire, prenant en charge les soucis de ses citoyens et proposant un nouveau pacte avec ses populations, cette demande est aujourd’hui assez forte pour en reculer la satisfaction. C’est ce que le Roi du Maroc a compris. Il a alors proposé à son peuple cette révision de la loi fondamentale qui ouvre la voie à une démocratie parlementaire digne de ce nom. Ceux qui auront compris qu’il s’agit d’un pas de géant sur ce chemin-là ont voté massivement ce vendredi pour le oui.

Oumeïr Fall
Envoyé spécial à Rabat
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire