Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Réduction de la mortalité maternelle : Encourager les accouchements en milieu sanitaire


Société
Lundi 2 Juillet 2012 - 12:27

Pour la troisième année consécutive, le Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) appuie l’Etat mauritanien dans sa lutte pour la réduction de la mortalité maternelle. Le programme CERF (Réponse d’urgence aux besoins prioritaires des femmes enceintes et allaitantes) intervient dans ce cadre pour encourager les femmes, notamment en milieu semi-urbain et rural, à accoucher en milieu sanitaire.


Réduction de la mortalité maternelle : Encourager les accouchements en milieu sanitaire
Ce programme offre en effet, pour chaque femme qui accepte d’accoucher dans un centre de santé, des services gratuits comme un suivi de grossesse, des intrants en Vitamine A, et juste après la délivrance, un voile ou un boubou plus un kit complet pour bébé et une moustiquaire. D’où l’affluence massive constatée dans plusieurs services de santé à l’intérieur du pays. Une mission média conduite par le chargé de communication de l’UNFPA, Bouh Ould Ahmed Salem, vient dans ce cadre d’effectuer, du 15 au 22 juin dernier, une tournée dans plusieurs régions du pays, notamment le Brakna, l’Assaba, le Guidimagha et le Gorgol. Partout, le personnel de santé comme les bénéficiaires ont loué les bienfaits du programme CERF qui a permis de quintupler les consultations pré et post-natales, ainsi que les accouchements médicalement assistés dans les régions à risque.

Ainsi, le Guidimagha et ses 41 postes de santé ont vu leurs consultations prénatales (CPN) passer de 740 au mois de janvier à 1045 au mois de mars dernier, alors qu’auparavant, elles ne dépassaient pas 250 en moyenne. Selon les responsables sanitaires au niveau local, le partenariat Etat-UNFPA dans le domaine de la santé maternelle a permis une nette évolution au niveau des principaux indicateurs des CPN et des accouchements assistés, entre décembre 2011 et mai 2012. A Sélibaby, un bond significatif a été relevé par le directeur régional de la santé, qui souligne que rien qu’au mois de mai 2012, 3295 CPN et 779 accouchements assistés ont été répertoriés au niveau des structures sanitaires.

A Ould Yengé, les données du mois de décembre 2011 évoquent 277 CPN et 100 accouchements assistés, contre 1620 CPN et 401 accouchements assistés en mai 2012. Cette affluence des femmes dans les milieux sanitaires qui brisent une longue tradition de délivrance à domicile, source de complications et de mortalité maternelle, est le fruit également de campagnes intensives de sensibilisation dans les localités rurales les plus reculées. Ces campagnes portent sur l’importance de l’encadrement médical et la vaccination des enfants. Des équipes mobiles sillonnent également les zones les plus enclavées, ciblant femmes enceintes et allaitantes mais aussi les enfants, dont le fort taux de mortalité reste préoccupant.

En effet la Mauritanie, avec ses 550 décès maternels pour chaque 100.000 naissance vivante et ses 65, 55 décès infantiles pour chaque 1.000 naissance vivante, reste un pays à forts taux de décès maternels et infantiles. De l’avis du personnel médical, le programme CERF a beaucoup contribué à l’évolution actuelle, les femmes démunies étant surtout attirées par les dons qu’elles obtiennent juste après leur accouchement, notamment le voile et les layettes contenues dans le kit pour bébé, ainsi que la moustiquaire et la vitamine A.

Le même constat a été fait dans les autres régions visitées, à Aleg et à Maghta-Lahjar notamment au Brakna, à El Ghaïra, Kiffa et Kankossa en Assaba, mais aussi à Sélibaby,Arr, Ajar et Djeigui au Guidimagha, comme à Mbout, Monguel, Lexeïba et Kaédi au Gorgol, entre autres.

Certes, beaucoup de difficultés d’ordre structurel subsistent encore et freinent l’atteignabilité des résultats liés à la réduction des deux tiers du taux de mortalité maternel et infantile fixés d’ici 2015 par les OMD. Parmi ces obstacles, l’absence de personnels qualifié dans les hôpitaux régionaux, manque d’ambulances, déficit en laboratoires d’analyses et de sages femmes, non disponibilité de moyen de communication (GFU), absence de plan de formation pour le personnel, faiblesse en matière de participation communautaire, déficit de sensibilisation. Il faut noter sur ce plan, l’apport considérable des radios locales qui jouent un rôle important dans la sensibilisation et l’éducation des citoyens notamment sur le plan sanitaire.

Les leaders d’opinion, en particulier les religieux constituent également des partenaires de taille que le programme CERF a intégrés dans ses dimensions. Dans ce cadre, un atelier de concertation, de sensibilisation et de plaidoyer a été organisé le 20 juin dernier à Sélibaby à l’intention des Ulémas locaux.

Le programme CERF se déroule au moment où le 7ème programme de coopération liant la Mauritanie et l’UNFPA pour la période 2012-2016 a été récemment lancé par le nouveau représentant, M.Koudaogo Ouedraogo. Ce 7ème programme se base sur une nouvelle vision axée sur la critique des revues à mi parcours des plans stratégiques et la gestion axée sur le résultat. Il portera sur l’appui de l’UNFPA au 3ème recensement général de la population et de l’habitat prévu en novembre 2012, sans compter les interventions d’urgence dans les régions du Brakna, du Gorgol, de l’Assaba et du Guidimagha, en particulier dans le domaine de la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, l’assistance humanitaire au profit des réfugiés maliens à M’Bera. L’UNFPA a également octroyé des ambulances, des plateaux techniques pour la chirurgie obstétricale, des kits de santé à plusieurs régions du pays,.

Cheikh Aïdara
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter