Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Ramadan: La Mauritanie aurait-elle commis un faux départ ?


Tribunes
Jeudi 16 Août 2012 - 12:51

Cette année, comme l'an passé, la commission nationale risque de demander aux mauritaniens de s'acquitter du jeun d'un jour de retard. l'occasion pour l'auteur de cette tribune de pointer du doigt le politique qui prend le pas sur le spirituel pour déterminer le début et/ou la fin du Ramadan.


Un homme attend l’apparition du croissant de lune à Taïf, en Arabie saoudite.
Un homme attend l’apparition du croissant de lune à Taïf, en Arabie saoudite.
Depuis quelques jours, des rumeurs courent sur le début du mois béni du Ramadan en Mauritanie. Enflant au fur et à mesure qu’on approche de son terme, elles affirment que le croissant lunaire aurait été aperçu dès le jeudi 19 juillet. Ces allégations, relayées par diverses familles religieuses, viennent contredire notre commission nationale d’observation du croissant lunaire qui dit avoir siégé la nuit du vendredi – la nuit précédant le jour, du point de vue islamique – sans recueillir aucune information crédible sur l’apparition du croissant. Elle avait, alors, déclaré premier jour du Ramadan, le samedi 21 juillet.

Pour rappel, nous avons connu la même situation, l’an dernier, ce qui avait obligé la commission à déclarer que nous avions commis un « faux-départ » et que nous devrions, par conséquent, « payer une journée ». Ainsi, le premier vendredi qui suivit la fête, les imams de toutes les mosquées avaient tenu à rappeler, aux fidèles, qu’ils devraient s’acquitter de la journée manquante. Une sortie qui jeta le trouble dans les esprits, dans la mesure où les informations sur lesquelles la commission s’était basée, pour fonder sa décision, étaient censées être divulguées le lendemain même du démarrage du jeûne. Pourquoi la commission avait-elle attendu la fin du mois béni pour dévoiler la « bonne date » ? Mystère.

2011 risque d’autant plus de se rééditer en 2012 que la commission nationale s’est murée dans un silence toujours aussi « troublant ». Pourquoi ne publie-t-elle pas un communiqué, pour couper court à de telles rumeurs ? Pourquoi attendre la fin du mois, pour annoncer la date de son début, alors que tous les moyens de communication sont disponibles pour le faire à temps ? Ces comportements discréditent la commission, non ? Ceux qui estiment que la Mauritanie et certains autres pays, voisins ou plus éloignés, du monde musulman, ont faussé le départ du Ramadan, font remarquer que le croissant aperçu, le vendredi soir, était « gros » et qu’il « rôdait », encore, aux alentours du dîner.

D’autres avancent que nous devrions, désormais, commencer le mois béni avec l’Arabie Saoudite, parce qu’entre nous et ce pays-frère de l’Oumma, il n’y a pas décalage horaire de 24 heures. Un argument spécieux, puisque il n’existe de tel décalage avec aucun pays musulman… De fait, si le croissant lunaire était vu au Japon, à l’extrême est de la planète, par deux témoins de bonne foi, tous les musulmans du monde pourraient, en suivant, entamer le Ramadan le jour suivant : l’Oumma est une communauté de croyants, pas de régimes politiques… Une querelle que les astronomes n’ont pas encore tranchée ? C’est justement là où le bât blesse. Il y a quelques années, notre pays ne se prononçait qu’en fonction de ses alliances politiques avec les pays du Golfe.

La majorité des populations de la vallée suivaient, quant à elles, les confréries du Sénégal. Hiatus fréquents qui se traduisirent, entre 1987 et 1992, pour des interventions de hakems et walis, contraignants des imams de la vallée à rompre leur jeûne et à conduire la prière de la fête, au jour décrété par le gouvernement.

Depuis lors, la détermination du mois de Ramadan met, sur la table, des divergences d’ordre politique et non d’ordre religieux – encore que les deux soient fort liés, par les temps qui courent – ce qui devrait pousser les pouvoirs publics à « dépolitiser » ces évènements, pour éviter des quiproquos préjudiciables à notre foi, comme cela se passe au Sénégal voisin, depuis bien longtemps. Enlisé dans des querelles de chapelles qui n’ont rien à avoir avec la religion, le Sénégal se permet de célébrer deux à trois jours de fête, parce qu’il ne veut mécontenter aucune puissante confrérie. Et dire qu’avec les moyens actuels de mesure et de calcul, on peut déterminer l’heure – exacte à quelques minutes près, une zone d’incertitudes dues à la diversité des reliefs et à certaines irrégularités de cycle – du lever de la lune, en tout point du globe, des années et des années à l’avance !

DL
Pour le Calame
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter