Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Raison d’un clash : pour Birame, le coordinateur de l’anthologie fait de la politique…


A.O.S.A
Vendredi 3 Juin 2016 - 03:54


En faisant tout à l’heure quelques recherches sur le fameux coordinateur de l’anthologie de la littérature francophone de Mauritanie qui fait actuellement polémique, j’ai été surpris de découvrir que je le connaissais. Son nom m’avait échappé car ce n’est pas un acteur majeur de la scène politique et je dois avouer que si je savais que c’était lui, je n’aurais rien dit à propos de cette anthologie car sitôt qu’on sait à qui on a affaire, l’orientation de l’anthologie se justifie sans mystère. 

 

A sa décharge, je dois dire que je le trouve sincère dans son combat discutable et je comprends qu’il donne à l’univers sous sa responsabilité la tournure qui arrange son combat pour lequel il estime  « que l’alliance entre négro-mauritaniens et hratines est stratégique pour renverser vite le système » ;  le système dont il est question, c’est le système «  du racisme d'état, de l'esclavage et de l'exclusion » toujours selon ses termes qui sont ceux d’un militant du F.L.E.R.E ayant fait un bout de chemin avec Birame avant de s’en éloigner face au mépris du prix ONU pour l’action réfléchie et son  impulsivité méprisante à l'égard des troupes engagées sur le terrain pour une cause commune au prix des coups des forces de l'ordre et parfois de la prison...

 

Dans un document interne très intéressant passé inaperçu jusque-là pour le plus grand nombre malgré une diffusion sur le net, dont on trouve plusieurs versions que j’ai enregistrées, on voit et entend le coordinateur de l’anthologie expliquer pourquoi le flere «  Front de Lutte contre l’Esclavage, le Racisme et l’Exclusion en Mauritanie »  a finalement disparu...

 

Il explique donc la genèse du mouvement éphémère et surtout ses rapports à l’IRA. Il explique comment «  ses troupes » ont permis à Birame de ne pas être oublié à l’intérieur du pays quand il a été mis en prison (nous sommes en 2011). On y entend un coordinateur qui a une vision claire et une méthode.

 


Mamadou Kalidou Ba

C’est la première fois qu’on entend de l’intérieur comment ces organisations s’articulent ainsi que leurs divisions. Le coordinateur explique qu'il avait pour Birame une véritable considération car il ne pensait pas rencontrer d’ici les 20 ou 40 prochaines années un hartani aussi éclairé que lui (voir la minute 17, 40)  mais que Birame serait une sorte de dictateur impulsif qui agit sans prendre le temps de réfléchir pour faire le bilan de ses actions. Il faut écouter toute la histoire telle qu’il la raconte au-delà de la synthèse que voici.

 

Ainsi à sa sortie de prison, le coordinateur explique qu’il a rencontré Birame pour organiser une réunion et discuter avec les troupes du coordinateur de ce qui n’a pas marché dans la dernière opération avec à la clé un échec vu que certains sont allés en prison. Là Birame lui rétorque que ces réunions et ces bilans sont des choses de politique et que lui Birame est un militant des droits de l’homme (à partir de 27 min 30. )  Ainsi si on l’appelle à l’instant pour lui dire qu’on a mis la main sur un cas d’esclavage, il y va c’est tout.

 

 

Ensuite il a quitté le coordinateur en le laissant planté là  avec ses amis dans une pièce de son salon et Birame est allé dans une autre.

 

Le coordinateur a alors expliqué qu’il n’a pas quitté AJD/Mr pour encore subir ce genre de traitement avec des décisions unilatérales sans appel et que si Birame continue ainsi à ne jamais vouloir tirer les leçons avec les équipes engagées sur le terrain, il n’arrivera jamais à rien.

 

Dans une autre vidéo, on voit le coordinateur expliquer pourquoi il pense que c’est une évidence que les hratines constituent une communauté à part entière qui devrait être mentionnée dans la constitution et pour bien montrer combien les hratines sont plus proches des négro-mauritaniens que des maures, il parle de traits de caractères négro-mauritaniens latents  qui n’attendent que l’occasion pour s’exprimer prouvant que les hratines sont des négro-mauritaniens beïdanisés mais qui ont gardé des caractères culturels de leur origine négro-mauritanienne. Ainsi à Sélibaby, les hratines sont parfois polygames et dansent quand le maure ne danse pas et les femmes tendent la main aux hommes.

 

 

Ainsi selon le coordinateur, chercheur d’obédience scientifique, ce qui vaut à Sélibaby n’a rien à voir avec des pratiques dues à un mimétisme de cohabitation comme les maures ont adopté l’organisation féodale des noirs avec leurs griots et leurs instruments mais qu’il s’agit d’une preuve de l’identité des hratines quelle que soit la région.

 

Tout ça pour dire que le coordinateur de l’anthologie de la littérature francophone de Mauritanie est un militant très engagé dans une lutte contre le système et qui pense que l’union entre les négro-mauritaniens et les hratines est l’objectif stratégique pour renverser le système beïdane ( à partir de la minute 43 ). On ne s’étonne plus du reste.

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires