Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Rachat de Beats par Apple : Dr. Dre, « premier rappeur milliardaire »


Economie
Samedi 31 Mai 2014 - 01:00

En 1988, Dr. Dre faisait trembler l'Amérique avec Fuck The Police. Mercredi 28 mai 2014, il s'affiche tout sourire aux côtés du PDG d'Apple, Tim Cook, après le rachat par la marque à la pomme de son entreprise Beats Electronics, pour la somme de 3 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros).


Apple a pour l'occasion également confirmé l'embauche de Dr. Dre en tant que conseiller,  dessinant l'avenir  de la stratégie musicale du groupe, dont les fondamentaux, comme iTunes, s'essoufflent.


 

PRÈS DE 800 MILLIONS DE DOLLARS

Rachat de Beats par Apple : Dr. Dre, « premier rappeur milliardaire »

Toutes ces annonces sonnent comme une consécration dans la carrière déjà très riche d'Andre Youn, le vrai nom de l'artiste. Elles vont lui permettre  d'occuper  la tête du palmarès Forbes des rappeurs les plus fortunés.
 

Forbes a en effet indiqué mercredi que le rachat de Beats par Apple ferait passer la fortune de Dr. Dre à une somme estimée entre 700 et 800 millions de dollars. C'est moins que les 970 millions de dollars estimés pour l'autre fondateur de Beats, également ami de longue date de Dr. Dre : Jimmy Iovine, lui aussi embauché par Apple pour son expertise et son réseau dans l'industrie  musicale.
 

Mais c'est suffisant pour que Dr. Dre remplace Sean « Diddy » Combs (dont la fortune est estimée à 700 millions de dollars) comme rappeur le plus riche du monde, devant Jay Z (520 millions), Bryan « Birdman » Williams (160 millions) et 50 Cents (140 millions).
 

De quoi lui permettre  de continuer  à se vanter  d'être  « le premier milliardaire du hip-hop (...) sur la côte ouest » américaine, comme il le clamait dans une vidéo publiée alors que le rachat de Beats par Apple n'était pas encore confirmé.


« CALIFORNIA LOVE »

Pour en arriver  là, Dr. Dre s'est d'abord forgé une solide réputation dans le milieu du rap américain, qu'il a ensuite réussi à transformer  en machine à dollars avec les casques de Beats Electronics.
 

Tout a commencé dans des rues gangrénées par les gangs, à Compton, dans le sud de Los Angeles, où Andre Romell Young naît en février 1965. Après avoir  été DJ, il sort avec son groupe N.W.A. (pour « Niggaz Wit Attitudes », dont les rangs comptent également Ice Cube et Eazy-E) un premier album, Straight Outta Compton, en 1988.
 

Les morceaux sont remarqués, puis censurés, pour leur texte jugé très violent, mais redéfinissent également certains standards du hip-hop américain de l'époque.
 


Dr. Dre quitte N.W.A en 1991, mais participe avec plusieurs de ses  membres à la création du label Death Row Records, sur lequel il publie son premier album solo,The Chronic, en 1992.
 

L'album est son premier énorme succès commercial, et introduit sur le devant de la scène son acolyte Snoop Dogg, dont il produira DoggyStyle en 1993. En 1995, Death Row Records accueille Tupak Shakur (2Pac) parmi ses artistes, un autre emblème des sonorités « West Coast », au côté duquel Dr. Dre apparaît sur le tube imparable California Love.

 


Le rappeur fonde ensuite en 1996 son propre label, Aftermath Entertainment, dont les productions seront distribuées par Interscope Records – un label cofondé par un certain Jimmy Iovine, avec qui Dr. Dre va nouer  de solides relations et créera ensuite Beats Electronics.

 

DÉCOUVERTE D'EMINEM

Le meurtre de Tupak Shakur, qui traumatise la scène hip-hop californienne, et le succès plus mitigé de son album  Dr.Dre Presents The Aftermath calment temporairement le jeu pour Dr. Dre.
 

Il reviendra toutefois sur le devant de la scène en 1999, avec plusieurs albums qui laisseront une empreinte durable dans l'histoire du rap. Tout d'abord, son 2001, qui remportera six disques de platine.
 

L'opus consacre Dr. Dre comme un producteur hors-norme, capable de réunir autour de lui ce qui se fait de mieux dans le genre musical, et de graver  dans le marbre l'image du rappeur bling-bling californien, entouré dans ses clips de filles en maillot de bain, de grosses voitures  et de nuages de fumée.

 Auréolé du succès de 2001, Dr. Dre révèle également Eminem, repéré en 1998 par Jimmy Iovine. En quatre ans, les trois premiers albums de l'enfant terrible de Detroit (The Slim Shady LP en 1999, The Marshall Mathers LP en 2000 et The Eminem Show en 2002), en partie produits par Dr. Dre, sortent sur le label Aftermath puis font le tour des radios, des télévisions, et se vendent à des millions d'exemplaires.
 

Après l'avalanche de tournées et les nombreuses récompenses de la profession, marquées notamment par le sacre d'Eminem aux Grammy Awards de 2001, Dr. Dre enlève peu à peu son costume de rappeur, repoussant constamment la sortie d'un nouvel album pour se concentrer  sur les affaires, destinées d'abord à faire prospérer  son label Aftermath.

Il contribuera fortement à populariser  des nouveaux artistes comme 50 Cents et Kendrick Lamar, dont il produit certains albums ou morceaux, tout en continuant à œuvrer pour les productions de ses protégés, notamment pour les derniers albums d'Eminem.
 


MARKETING POUSSÉ

Rachat de Beats par Apple : Dr. Dre, « premier rappeur milliardaire »

Son sens du business le pousse toutefois à s'occuper  davantge de Beats Electronics à partir  de 2006. L'entreprise de Santa Monica fonde sa croissance sur la vente de caques audio aux couleurs vives portant son nom : « Beats by Dr. Dre ».
 

Le nom du rappeur contribuera largement à les populariser, en plus de savantes opérations marketings qui afficheront les écouteurs sur les oreilles de nombreuses stars du sport  ou de la musique, des milieux qu'il connaît bien (Lady Gaga, Justin Bieber, David Guetta, Sean Combs ou encore LeBron James figurent parmi les ambassadeurs).

 Malgré un prix élevé, et des critiques faisant état d'une reproduction des lignes basses beaucoup trop fortes (censées reproduire  la qualité avec laquelle Dr. Dre travaille en studio), le succès est au rendez-vous   : sur la période de Noël 2012, 40 % des écouteurs vendus aux Etats-Unis sont marqués d'un B de couleur rouge, rapporte The Financial Times .
 

Fort de ces chiffres, Dr. Dre s'implique fortement dans la diversification de la marque en dehors du matériel audio, en lançant notamment Beats Music, un service de streaming avec Trent Reznor, du groupe Nine Inch Nails, dont le but est de chasser  sur les terres de Spotify.
 

Autant de succès et d'initiatives qui ont poussé Apple à dépenser  la somme la plus importante de son histoire pour acheter  Beats Electronics. Et de s'assurer  au passage que la renommée de Dr. Dre, qui a réussi à construire  son propre empire musical, lui soit désormais profitable.

Michaël Szadkowski (avec AFP)
Source:Le Monde

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires