Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Proposition de Messaoud Ould Boulkheïr : Dernières retouches pour une sortie de crise


Actu Mauritanie
Mercredi 10 Octobre 2012 - 09:56

Messaoud Ould Boulkheïr tient réellement à sa proposition de sortie de crise. La classe politique et l’opinion nationale aussi. Ce serait, pour beaucoup d’observateurs, l’une des dernières lueurs d’espoir pour décanter une situation politique où les guerres de tranchées semblent avoir atteint un point de non retour. Un blocage réel qui augure d’un processus démocratique sous la menace et d’échéances électorales sérieusement compromises. D’où les dernières retouches que le leader charismatique est en train de donner à son document pour le rendre acceptable par les deux pôles de la scène politique.


Proposition de Messaoud Ould Boulkheïr : Dernières retouches pour une sortie de crise

Durant des mois, le président de l’Assemblée Nationale et du parti Alliance Populaire Progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheïr, avait promené son bâton de pèlerin pour convaincre la classe politique mais aussi la société civile de souscrire à une proposition de sortie de crise dont les lignes générales ont été différemment appréciées. Si du côté de l’opposition démocratique, l’alibi avancé par les leaders était qu’ils attendaient les détails du plan suggéré par Ould Boulkheïr, au sein de la majorité, les yeux restent rivés sur le Palais présidentiel ou la réponse doit fuser. D’un côté comme de l’autre, nul rejet systématique encore moins d’acceptation explicite ne sont venus conforter Messaoud. Ce serait certainement cette expectative dans les positions exprimées, qui n’entérinent ni n’enterrent sa proposition, qui aurait sans doute encouragé le président Messaoud Ould Boulkheïr à poursuivre sa mission de bons offices, fort de l’aura qu’il continue d’avoir auprès du pouvoir. Ne leur a-t-il pas permis d’obtenir enfin ce "dialogue inclusif" que leur impose l’Accord de Dakar, même d’une manière biaisée ?

Tenus encore secrète, les détails du "Plan Messaoud " pour une sortie de crise politique en Mauritanie en est au point des fantasmes. D’où des fuites réelles ou avérées qui filtrent ça et là dans la presse locale. Selon certaines sources faisant l’écho de quelques unes de ses supposées fuites, le plan concocté par Messaoud Ould Boulkheïr et dont les grandes lignes devraient être exposées les jours qui viennent, comporteraient des suggestions destinées à satisfaire aussi bien l’opposition dite radicale que le pouvoir en place.

Ainsi, la proposition de Messaoud voudrait que toute la période allant du 8 août 2008, date du coup d’état militaire mené par Mohamed Ould Abdel Aziz contre Sidi Ould Cheikh Abdallahi, jusqu’à l’échéance présidentielle de 2014, soit considérée comme une transition politique non constitutionnelle. Ce qui sera de nature à permettre au président Mohamed Ould Abdel Aziz de se présenter aux deux prochaines échéances présidentielles à venir, c’est-à-dire en 2014 et en 2019.

Deuxième proposition, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale où le Premier ministre restera du côté de la majorité et cela jusqu’à la tenue des élections législatives et municipales, le reste des portefeuilles ministériels devant être répartis à part égale entre la majorité et l’opposition.

Selon les mêmes sources, Messaoud Ould Boulkheïr devra s’entretenir incessamment avec le président Mohamed Ould Abdel Aziz autour de sa feuille de route, après une série de rencontres qu’il aurait menées auprès des leaders de la majorité et de l’opposition.
 
 

L’objectif recherché par le leader haratine est de mettre fin à ce climat délétère qui empoisonne la vie politique nationale, entre une majorité qui continue à gouverner seul sans partage et une opposition maximaliste qui refuse le dialogue et réclame le départ du président Mohamed Ould Abdel Aziz.

Pour beaucoup d’observateurs cependant, la proposition de Messaoud Ould Boulkheïr a peu de chances de réussir, tellement l’intransigeance des deux camps à s’entredéchirer est vivace. Ni le président Mohamed Ould Abdel Aziz n’est prêt à gouverner avec une opposition qu’il compare à "un conglomérat de personnes qui gravitent depuis cinquante ans autour du pouvoir", autant l’opposition dite radicale s’est déclarée non disposée à "participer à un gouvernement chapeauté par un général qui a échoué dans la conduite des affaires du pays".

Avec la fin programmée du Plan Messaoud, la Mauritanie pourrait bien connaître une instabilité politique dont l’issue reste encore incertaine. Et cette guerre dans le Nord Mali qui n’arrange rien !

Cheikh Aïdara.
Pour L'Authentic.info

 

Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires

Le bain turc de la SNIM

18/08/2016 - Noorinfo