Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Prise d'otages dans un hôtel malien: 12 morts dont 5 soldats


Guerre au Mali
Samedi 8 Août 2015 - 17:42

Les forces spéciales maliennes ont donné l'assaut samedi contre l'hôtel de Sévaré, au centre du Mali, libérant quatre contractants de l'ONU pris au piège depuis la veille par l'attaque d'islamistes présumés. Douze personnes ont été tuées, dont cinq soldats.


Prise d'otages dans un hôtel malien: 12 morts dont 5 soldats
Trois otages, un Sud-Africain, un Russe et un Ukrainien, ont été retrouvés morts à l'intérieur de l'établissement, a indiqué un porte-parole de l'armée malienne. Au total, on compte douze morts, dont cinq soldats maliens et quatre membres du commando tués depuis les premières heures de la crise, vendredi matin.

Au moins un employé contractuel de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a été tué dans l'attaque, selon la Minusma et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Ce dernier a réaffirmé le soutien des Nations unies au processus de paix dans le pays, dans un communiqué diffusé samedi.

Des sources militaires maliennes mentionnaient vendredi la possible présence de clients français dans l'hôtel. L'état-major des forces armées françaises a par ailleurs précisé que le contingent français présent au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane n'était pas intervenu directement sur le terrain, contrairement à ce qu'a laissé entendre Bamako.

Menace permanente des islamistes

Les auteurs de l'attaque avaient fait irruption vendredi matin dans l'hôtel Byblos, fréquenté par le personnel de la Minusma. Ils s'y étaient retranchés avec plusieurs otages. Un témoin a rapporté que l'assaut lancé par les forces spéciales maliennes avait été mené entre 04h00 et 05h00 samedi.

Située non loin de Mopti, dans le centre du Mali, Sévaré se trouve à quelque 600 km au nord-est de la capitale, Bamako. L'attaque du Byblos, bien plus au sud des zones où opèrent traditionnellement les islamistes, illustre la menace que ceux-ci continuent de représenter plus de deux ans après l'intervention des soldats français de l'opération Serval et de soldats africains.

Le mois dernier, le groupe Ansar Dine, lié à Al Qaïda, a revendiqué une série d'attaques contre des casques bleus de l'ONU et des soldats maliens à Bamako et dans des secteurs proches des frontières avec la Côte d'Ivoire et la Mauritanie.

Le groupe djihadiste n'a pas pris part aux discussions qui ont abouti en juin à la conclusion d'un accord de paix et de réconciliation entre les principaux groupes rebelles touaregs et le gouvernement malien.

romandie.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Guerre au Mali





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires