Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

"Preuves" françaises d'armes chimiques en Syrie : La bombe qui fait "pschiitt..."


International
Mardi 3 Septembre 2013 - 12:46

Juste après que Jean-Marc Ayrault ait affirmé qu’il n’y aurait pas de vote du Parlement sur une éventuelle intervention militaire en Syrie, le site du gouvernement publie un document « déclassifié » des services de renseignements français sur l’attaque chimique du 21 août dans la banlieue de Damas. Finalement un ramassis d'hypothèses "professionnelles". Et aucune preuve matérielle et factuelle.


"Preuves" françaises d'armes chimiques en Syrie : La bombe qui fait "pschiitt..."
La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et la Direction du renseignement militaire (DRM), qui ont rédigé cette note, sont formelles : l’attaque du 21 août a été perpétrée par le régime de Bachar el-Assad et son clan, « seuls habilités à donner l’ordre d’utiliser des armes chimiques ». Selon le document, il s’agissait en effet d’une « attaque massive et coordonnée dont les rebelles syriens n’ont pas les moyens ». Les forces de Bachar el-Assad auraient de surcroit cherché à détruire les preuves :
 
« Le régime a ensuite conduit des frappes terrestres et aériennes importantes sur les zones des attaques. Il s’est attaché à retarder l’arrivée des inspecteurs pendant plusieurs jours. Ces éléments confirment une claire volonté de destruction des preuves a posteriori. De plus, des militaires ont déclenché des incendies, qui visaient vraisemblablement à purifier l’atmosphère grâce au mouvement d’air généré. »

-------- Lire également sur le sujet :  Des rebelles syriens ont admis à un journaliste de l'Associated Press qu'ils étaient responsables de l'attaque chimique du 21 août -----------
 
 
Des hypothèses, oui, mais des preuves...
 
Les renseignements français estiment, « sur la base d’une analyse technique méthodique de 47 vidéos originales des événements » (certaines sont mises en ligne sur le site du ministère de la Défense), que l’attaque a fait au moins 281 morts. Selon eux, il s’agit d’un « cas majeur de sécurité nationale française et mondiale », pointant du doigt les risques de prolifération des armes de destruction massive.
La lecture du document apporte des hypothèses plausibles, mais de preuves, point, et un vrai mélange des genres :
 
« Nous estimons enfin que l’opposition syrienne n’a pas les capacités de conduire une opération d’une telle ampleur avec des agents chimiques. Aucun groupe appartenant à l’insurrection syrienne ne détient, à ce stade, la capacité de stocker et d’utiliser ces agents, a fortiori dans une proportion similaire à celle employée dans la nuit du 21 août 2013 à Damas. Ces groupes n’ont ni l’expérience ni le savoir-faire pour les mettre en œuvre, en particulier par des vecteurs tels que ceux utilisés lors de l’attaque du 21 août. »

Lire le rapport déclassifié 

Source : rue89
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire