Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pressions et dépressions


Vu de Mauritanie par MFO
Vendredi 3 Août 2012 - 00:02


Pressions et dépressions
Je ne sais pas qui a fait circuler mon nom parmi les journalistes qui doivent interviewer le Président de la République le 5 août prochain à Atar. Avant même que la liste officielle ne soit fixée. Toujours est-il que je suis, jour et nuit, approché, contacté par des gens, souvent inconnus tout en prétendant être «très proches de moi». Sans pouvoir déterminer le degré de cette proximité, je les écoute poliment quand même.
 
Cela commence toujours par : «Nous avons un grand problème derrière lequel nous courons depuis très longtemps. Nous avons tapé à toutes les portes sans jamais avoir de réponse. Nous avons entendu que tu fais partie de ceux qui vont interroger le Président et nous voudrions que ce problème lui soit posé…» Cela finit, sans attendre de réponse de ma part, par un résumé, souvent tendancieux, dudit problème.
 
Je n’ai plus aucun moment. Mon téléphone décharge deux fois par jour à cause des appels. J’en déduis deux choses.
La première est que nous sommes dans une situation où personne ne semble croire aux procédures normales, à la hiérarchie administrative, à la possibilité pour lui de régler ses problèmes au niveau qu’il faut… Une affaire de gazra concerne l’autorité administrative du département, à la rigueur l’ADU où le ministère de l’urbanisme. Si les citoyens se croient obligés de remonter jusqu’au Président pour être entendus, c’est qu’il y a problème. Que le Président lui-même doit envisager d’identifier. Toutes ces manifestations devant le portail de la Présidence, tous ces appels que nous recevons – mes confrères sont soumis à la même pression -, tout cela doit signifier que le chef de service concerné, le directeur concerné, le secrétaire général concerné, le conseiller ou le chargé de mission concernés, le ministre concerné, que tous ont failli à leur mission d’être à l’écoute des citoyens. Cette situation veut dire soit que les autorités concernées n’écoutent pas les citoyens, soit qu’elles sont incapables de trouver les solutions et/ou de convaincre ce citoyen qu’il n’est pas dans son droit. Dans tous les cas, c’est un dysfonctionnement qui dure depuis trop longtemps et qui fait croire que tout est centré entre les mains du Président. Cela arrange bien sûr les responsables défaillants, mais cela charge le Président qui doit s’occuper d’autres choses.
 
La deuxième déduction est qu’on attend trop des journalistes. Chacun de nous remplit ce qu’il croit être sa mission comme il peut. Quand on est en face du Président pour le faire parler, c’est surtout sur des sujets de politique, de gestion économique, de réalités sociales globales, de diplomatie, de sécurité, de méthode de gouvernance… que nous allons discuter. Pas des problèmes particuliers. On peut toujours au détour d’une problématique sur la restructuration de la Fonction Publique, évoquer la question du Personnel non permanent (PNP), ou quand on parle du schéma directeur de l’urbanisme rappeler la question des Blocs, celle de l’ilot V… C’est selon l’opportunité du sujet et l’occasion qui s’offre.
 
Nous sommes dans un pays où la résistance développée contre l’institutionnalisation des rapports est très forte et très soutenue. Du simple citoyen au cadre le mieux formé, l’occupation première est de contourner les voix normales. Il faut dire que la mauvaise gouvernance administrative y aide beaucoup. Et dire aussi que, pour y mettre fin, il faut un électrochoc qui prenne la forme d’une rupture brutale avec l’indulgence et l’absence d’obligation de résultats pour les responsables.

Mohamed Fall Oumere
oumeir.blogspot.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter