Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Presque dix ans qu’Aziz a pris le pouvoir…


A.O.S.A
Vendredi 11 Octobre 2013 - 03:53


Presque dix ans qu’Aziz a pris le pouvoir…
On a l’impression qu’Aziz est arrivé il y a moins de 5 ans au pouvoir, on a l’impression qu’il en est à son premier mandat mais la réalité est tout autre vu que le bonhomme a pris le pouvoir en 2005, lui et quelques amis. Ils ont réveillé Ely Ould Mohamed Vall en pleine nuit pour lui donner un choix de grand seigneur « président ou la prison ». On connaît la suite : le premier wogave fit la transition de 19 mois sans pouvoir la prolonger comme il le voulait, preuve qu’il n’avait pas le pouvoir car celui qui a le pouvoir décide et ce monsieur c’était déjà Aziz. La transition fut le premier mandat de plein pouvoir d’Aziz. Ensuite il y eut le deuxième wogave, pris comme le second mais pas en pleine nuit dans sa chambre mais en plein jour dans son salon : « monsieur sidioca, ça vous dit d’être le premier président élu au suffrage universel de la république militaire de Mauritanie ? », en un mot « la fortune, le confort, les voyages, les privilèges comme au loto sans même avoir joué car là, le jeu commence après le tirage ». Ce fut-là, le deuxième mandat d’Aziz : 15 mois. Le troisième mandat fut à la tête du HCE après son deuxième coup.
 
Puis, comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, Aziz se fit élire comme il fit président les deux autres wogaves, la légitimité en plus car, 2005-2009, cela faisait déjà 4 ans qu’il avait le pouvoir. C’est là que commence son 4eme mandat qui se termine en 2014. 2005-2014, neuf ans de pouvoir, presque 10 ans ! Avec près de 10 ans de pouvoir, les opposants parlent encore aujourd’hui d’accords de Dakar ! Quelle légitimité voulez-vous discuter avec quelqu’un qui tient le pouvoir depuis presque 10 ans ?
 
Quel bilan après bientôt 10 ans car 2014 c’est dans 2 mois et demi ? A part les moustiques et les vaguelettes sur les mares du pays inondé, plus rien ne bouge dans ce pays ; tout est anesthésié comme si Aziz était le chikungunya en chef. « Aziz la piquouze » devrait être son slogan pour son 5ème mandat car il a le génie de donner la fièvre à ses partisans, la dépression à ses opposants, la langue sèche à la presse. Ce monsieur a dompté tout le monde, plus rien ne bouge, plus rien ne gémit sauf quelquefois des soubresauts pour telle et telle affaires comme la gesticulation d’une élite hystérique qui finit ensuite par tomber dans la prostration la plus hermétique.
 
On n’entend plus parler de convention chinoise, ni de génocide biométrique, ni des enregistrements, ni de rien. A Paris ça bouge toujours, la lutte continue, LLC, autant en emporte le vent. Ici pays d’impunité, de misère, d’exploitation et de mille injustices, les islamistes ne font pas recette dans ce pays islamique. Le comble c’est qu’à défaut d’opposition vaillante à combattre, la majorité se divise et se chamaille pour des postes ici et là aux municipales. Pourquoi diable veulent-ils tous des postes ingrats s’il n’y a aucun trafic d’aucun genre et ce pour aider les populations misérables alors que le pouvoir ne lâche pas un sou ? Mystère vraiment.
 
Notre chikungunya en chef a fait quelque chose qu’aucun militaire n’a pu imaginer possible avant lui : tuer la liberté d’expression par la liberté d’expression… On devrait enseigner cela partout dans le monde ; c’est du jamais vu : laisser libre cours à la liberté d’expression mais rien ne se dit d’important, beaucoup de blablas, d’intox à telle enseigne que les faits divers font plus recette que l’actualité politique.
 
Notre chikungunya en chef a fait dégouliner le maquillage des opposants et mis à la diète ses partisans...

lire la suite...
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires