Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Premier bombardement russe en Syrie à la demande de Bachar al-Assad


International
Mercredi 30 Septembre 2015 - 20:45

Les forces russes stationnées en Syrie, en soutien au président Bachar al-Assad, ont procédé mercredi à leur premier bombardement aérien près de la ville de Homs, en partie tenue par des rebelles, selon un responsable américain. "Les Russes nous ont prévenus qu'ils allaient commencer leurs frappes", a indiqué ce responsable de la défense américain.


Selon un autre responsable américain, c'est l'ambassade russe à Bagdad qui a prévenu l'ambassade américaine que les Russes "commenceraient des missions aériennes contre l'EI mercredi".
 
L'ambassade russe a "également demandé que les avions américains évitent l'espace aérien syrien pendant ces missions". Cette démarche "ne semble pas indiquer" un "rôle très constructif" de la Russie en Syrie, mais cela "n'altérera en aucune manière nos opérations", selon ce responsable. Les deux responsables américains n'ont pu préciser quel avait été l'impact du bombardement russe, ni qui avait été visé précisément.
 
Les Etats-Unis sont à la tête d'une coalition qui depuis plus d'un an bombarde les positions du groupe Etat islamique en Syrie et en Irak. Vladimir Poutine a obtenu mercredi le feu vert de son Sénat pour des frappes aériennes demandées par son allié, le président syrien Bachar al-Assad.
 
La présidence syrienne a confirmé mercredi que Bachar al-Assad avait demandé à la Russie une aide militaire "dans le cadre de l'initiative du président Poutine pour lutter contre le terrorisme". Le chef de l'administration présidentielle russe Sergueï Ivanov a précisé que le dispositif ne concernait que des frappes aériennes, excluant ainsi l'engagement de troupes au sol, au moins pour le moment.
 
Cette accélération de l'engagement de Moscou dans le dossier syrien s'inscrit sur fond de bras de fer entre le président américain Barack Obama et son homologue russe sur le sort à réserver à Bachar al-Assad, "tyran" qui doit partir pour l'un et rempart contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) pour l'autre.
 
La Russie a mené des bombardements dans trois provinces

L'aviation russe, en coopération avec l'armée syrienne, a mené mercredi ses premiers bombardements contre "des positions terroristes" situées dans trois provinces de Syrie, a affirmé une source de sécurité syrienne.
 
"Les avions russes et syriens ont mené aujourd'hui plusieurs raids contre des positions terroristes à Hama, Homs et Lattaquié", dans le nord-ouest et le centre du pays, a précisé cette source.
 
Les régions visées sont tenues par le Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda et des rebelles islamistes et non pas par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).
 
Plus tôt dans la journée, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) avait annoncé la mort de 27 civils et de dizaines de blessés dans des raids contre les localités de Rastane, Talbissé et Zaafarani dans la province de Homs.
 
La source de sécurité a confirmé des raids russes sur Rastane et Talbissé.
 
Le régime syrien contrôle une partie de la province de Homs, notamment la capitale éponyme. D'autres parties de la province sont aux mains des rebelles et du Front Al-Nosra mais aussi de l'EI.
 
 Les frappes russes ne changeront rien aux missions anti-EI de la coalition

Les frappes russes en Syrie ne changeront rien aux missions aériennes menées par les Etats-Unis et la coalition internationale contre le groupe Etat islamique dans ce pays en guerre, a déclaré mercredi le département d'Etat américain.
 
En marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, monopolisée par le conflit syrien, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'est plaint mercredi auprès de son homologue russe Sergueï Lavrov des bombardements conduits par Moscou en Syrie, a également confié un haut responsable américain.
 
"Nous avons été clairs et le secrétaire d'Etat a été clair: cette démarche russe ne changera en aucune manière les missions des Etats-Unis ou de la coalition contre l'EI, les missions aériennes en particulier", a dit à deux journalistes le porte-parole de la diplomatie américaine John Kirby, dans un palace de New York.
 
"La coalition conduite par les Etats-Unis poursuivra ses missions aériennes au-dessus de l'Irak et de la Syrie, comme prévu et en appui à nos opérations internationales pour affaiblir et détruire l'EI", a ajouté par la suite M. Kirby, cité dans un communiqué de son ministère.
 
Il a précisé qu'"un responsable russe à Bagdad avait informé ce matin le personnel de l'ambassade des Etats-Unis qu'un aéronef militaire russe commencerait des missions aériennes contre l'EI, aujourd'hui au-dessus de la Syrie".
 
Moscou a par ailleurs demandé à Washington que les avions américains n'utilisent pas l'espace aérien syrien durant les missions russes, a encore confié M. Kirby.
 
Les ministres des Affaires étrangères américain et russe, MM. Kerry et Lavrov sont tous les deux à New York pour l'Assemblée générale des Nations unies.
 
Dans une conversation entre les deux hommes, l'Américain "a fait passer le message (...) que cette annonce des Russes allait à l'encontre de leurs efforts pour éviter (un incident militaire entre avions de différentes armées, Ndlr) et était contre-productive", a expliqué un cadre de l'administration américaine.
 
Les autorités américaines utilisent le mot anglais de "deconfliction", qui peut se traduire en français par le fait que les parties prenantes à un conflit communiquent et échangent des informations pour éviter des incidents entre leurs aéronefs qui interviennent sur un même théâtre d'opérations.
 
L'aviation russe a mené mercredi ses premiers bombardements en Syrie à la demande du président Bachar al-Assad, Vladimir Poutine estimant qu'il fallait prendre les "terroristes" de vitesse et les frapper avant qu'ils ne viennent "chez nous".

lalibre.be
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire