Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pouvoir d'achat : “ Emel "…jusqu’à quand ?


Société
Dimanche 21 Octobre 2012 - 10:50

Tout le monde a peur de poser cette question qui pourtant, doit bien l’être un jour : L’opération " Emel 2012 " peut-elle aller au-delà de la date fatidique fixée pour sa fin ? Le Gouvernement envisage-t-il de relancer ce programme, si la volatilité et le niveau élevé des prix alimentaires continuent de menacer les pauvres ?


une boutique Emel
une boutique Emel
Ce sont là deux questions auxquelles les réponses ne sont pas si évidentes. Déjà, l’Union pour la République (UPR), parti au pouvoir en Mauritanie, a placé cette question en bonne place dans les recommandations de la Quatrième Session Ordinaire de son Conseil national. Alors que la rumeur circule sur l’arrêt possible de l’Opération du fait même que les commerçants commencent à ruminer leur colère : pas suffisamment " intéressés " par une opération qui leur fait de la concurrence déloyale puisque les produits essentiels qu’ils vendent aux pauvres, pour le compte de l’Etat, sont ceux-là même qui leur permettaient les plus grandes marges bénéficiaires.

Il y a aussi que la conjoncture internationale ne donne pas des signes de flexibilité, dans le sens d’un abaissement des prix des denrées alimentaires.

Selon la Banque mondiale, qui a publié un rapport dans ce sens le 14 avril dernier, cette situation de prix qui persistent dans leur hausse vertigineuse, s’explique en partie en raison de " la hausse du coût des combustibles liée aux événements du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ". Ainsi, les prix mondiaux des produits alimentaires ont augmenté de 36 % par rapport à leurs niveaux d’il y a un an et demeurent instables - une tendance qui pousse une partie de l’humanité dans une pauvreté plus grande.

" La volatilité et le niveau élevé des prix des denrées alimentaires aggravent les souffrances des populations pauvres et pourraient pousser davantage de personnes dans la pauvreté ", avait déclaré, il y a quelques mois, le président du Groupe de la Banque mondiale, Robert B. Zoellick. " Nous devons donner la priorité aux problèmes alimentaires et protéger les populations pauvres et vulnérables qui consacrent la majeure partie de leurs revenus à l’alimentation ".

Selon la dernière édition du Food Price Watch de la Banque mondiale, une hausse de 10 % des prix mondiaux risquerait de précipiter 10 millions de personnes supplémentaires sous le seuil d’extrême pauvreté (1,25 dollar par jour). Une poussée des prix de 30 % pourrait entraîner une augmentation de 34 millions du nombre d’êtres humains vivant dans la pauvreté. Ceux-ci s’ajouteraient aux 44 millions de personnes qui sont tombées dans la misère depuis juin dernier sous le coup de la flambée des prix. Selon les estimations de la Banque mondiale, environ 1,2 milliard d’individus vivent en dessous du seuil de pauvreté de 1,25 dollar par jour.

L’indice des prix alimentaires de la Banque mondiale, qui mesure les prix mondiaux, est supérieur de 36 % au niveau qui était le sien il y a un an et reste proche de son record de 2008. Dans de nombreux pays, les prix des légumes, de la viande, des fruits et de l’huile de cuisson ont poursuivi une hausse qui pourrait nuire à l’alimentation des pauvres. De quoi inquiéter le gouvernement du Premier ministre Moulay Ould Mohamed Laghdaf si une telle tendance devrait durer encore quelques mois de plus.

Sneiba
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter