Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi tant d’aigreur ?


Vu de Mauritanie par MFO
Samedi 13 Avril 2013 - 13:55


Pourquoi tant d’aigreur ?
Les acteurs politiques de la scène mauritanienne sont aveuglés par l’aigreur et la haine. On dit ailleurs que l’aveuglement est plus dangereux que la cécité. Nous sommes aveuglés par les fantasmes qui remplacent l’analyse du réel, la culture de l’imaginaire qui annihile l’action, la rumeur qui décrédibilise le fait dans sa vérité, et le manque d’esprit critique qui pourrit l’intelligence.

Depuis quelques semaines, on essaye d’accaparer notre attention par de faux dossiers, de fausses enquêtes, de faux enregistrements, de faux échanges…, comme s’il fallait créer, imaginer pour trouver de quoi démystifier l’action du gouvernement ou encore jeter l’opprobre sur le Président de la République pour déstabiliser son régime et l’amener à renoncer gentiment à son pouvoir.

En fait d’enquête, où est le journaliste qui est parti interviewer les prétendus protagonistes de la prétendue «affaire d’Accra» ? On s’est contenté ici et là de prendre pour son compte un entretien réalisé par un sombre journal qui paraitrait en Côte d’Ivoire (L’Inter) avec un citoyen malien du nom de Hamed Oumar. Il est présenté comme un «patron de société de sécurité», «natif du Nord du Mali» et avec lequel on va parler de «la guerre au Mali». Pour ne parler que de la Mauritanie et de ses relations, supposées ou réelles avec le contre-espionnage mauritanien du temps où il poursuivait les Cavaliers du Changement.

L’intéressé avoue n’avoir jamais donné de renseignements sérieux sur les Cavaliers… avant d’être orienté par une question vers une relation avec le colonel Mohamed Ould Abdel Aziz, alors commandant du BASEP (sécurité présidentielle). Et comme s’il n’y avait pas assez d’aventuriers mauritaniens prêts à tout à l’époque pour aller cueillir quelques magots fictifs, c’est ce malien qui n’a jamais servi à grand-chose pour ses commanditaires (selon lui) qui est délégué par le colonel dans une affaire de blanchiment d’argent irakien.

Nous avons toujours écrit, et tous les Arabes doivent le retenir, que malgré tout ce que l’Occident a essayé de leur coller comme crimes, les responsables du parti Baath irakien n’ont jamais été accusés d’avoir détourné des fonds vers l’extérieur. Vous avez entendu parler des armes chimiques, du nucléaire, des assassinats, de la répression…, de tout sauf que l’un d’eux a détourné et/ou a mis dans un compte à l’extérieur des fonds. Quand on pense à la Tunisie, à l’Egypte, à la Libye, à la Syrie, à tous les pays arabes et au comportement en la matière de leurs dirigeants, il y a de quoi regretter Saddam et ses compagnons… Mais passons.
On s’est basé en Mauritanie sur une interview «accordée» - est-ce le mot ? peut-être que «publiée» est plus adéquat – à un journal ivoirien (peu connu) pour fonder toute une stratégie politique. D’où ça vient tout ça ? Peut importe.

Si l’objectif avait été d’occuper la classe politique par un nouveau sujet sans lendemain, il a été atteint. Avec la complicité de la presse qui n’a fait aucun effort pour disséquer ce qu’on lui servait comme fond de dossier : les enregistrements n’ont fait l’objet d’aucun effort d’authentification, aucune analyse pour savoir s’il s’agit d’un montage ou non, d’un vrai ou d’un faux…

Cela importait peu. Du moment que cela puisse servir à salir l’adversaire, «l’ennemi» du moment, Ould Abdel Aziz, aucune retenue, aucun sens critique, aucune prudence n’est de mise. On en oublie qu’en s’acharnant à salir la personne, on abîme sérieusement l’image du pays et de son peuple. On déprécie l’action publique et on décrédibilise le discours politique.

Peu importe encore une fois. La révolution qui n’a pas réussi par la mobilisation de la rue ni par les appels du pied à un soulèvement de l’Armée, on semble vouloir la provoquer par un sursaut moral… C’est bien beau. Parce que le grand problème de la Mauritanie est bien la déchéance morale, c’est bien le renversement de l’échelle des valeurs, la prostitution des préceptes…
Qui en est responsable si ce n’est cette élite dont les symboles continuent d’occuper notre espace visuel et médiatique depuis toujours ? Qui peut prétendre à restaurer une quelconque Morale parmi ceux qui sont les plus bruyants ?

Quand on a plus de quarante ans en Mauritanie et qu’on n’a pas bougé ou parlé quand il y a eu la guerre du Sahara, quand il y a eu 81 et ce qui s’en est suivi, 86 et ce qui s’en est suivi, 88 et ce qui s’en est suivi, 89 et ce qui s’en est suivi, 90 et ce qui s’en est suivi… on peut égrener les dates, toutes renvoyant à l’exercice aveugle de l’arbitraire, au sac moral et économique du pays, à la constitution de maffias ponctionnant sur les richesses destinées à améliorer les conditions des populations, à rendre plus productives les zones agro-pastorales, plus efficient le système éducatif, plus généralisé et plus efficace le système de santé, à avoir de l’eau potable partout, de l’énergie, des routes… On sait tous qu’est-ce qu’il est advenu de ces richesses privatisées par de hauts fonctionnaires, politiciens sans vergogne, qui ont fait de la démocratie un jeu perfide qui permet l’ascension des médiocres et des pourris. Avec tout ce qu’ils ont amassé trois décennies durant, ces hommes (tiens, il n’y a presque pas de femmes dans le groupe) essayent de maintenir leur diktat. En refusant à la Mauritanie d’avancer. En biaisant les rapports entre Mauritaniens par l’entretien d’une culture de la haine et de l’aigreur.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com


Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter