Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi nos islamistes n’accusent-ils pas le pouvoir de complot à propos de la profanation du Coran ?


A.O.S.A
Dimanche 9 Mars 2014 - 12:15


crédit photo : Bocar Baila Bâ via Amel Daddah
crédit photo : Bocar Baila Bâ via Amel Daddah
Bien que le ministre de la communication les ait « implicitement » désignés pour avoir fomenté cette affaire, bien qu’en plus les ONG du chef spirituel aient été fermées jusqu’au centre de santé jusqu’aux écoles, ni le mollah Dedew ni la fenêtre politique du mouvement islamiste Tawassoul n’a osé rendre au pouvoir ses terribles accusations pourtant ils s’y connaissent en propagande et rien n’eût été plus simple que d’impliquer le pouvoir dans cette  affaire vu que pour l’instant le crime ne profite qu’au pouvoir apparemment vu que les islamistes font profil bas comme de parfaits coupables.
 
Le profil bas des islamistes semble être non seulement le ressac du coup de tonnerre administré par le décret royal saoudien mettant les frères musulmans sur liste terroriste, eux et leurs sympathisants, eux et ceux qui ont pour eux de la complaisance, mais ce profil bas semble être aussi un instinct de survie par rapport à la force de frappe du pouvoir face au développement de l’affaire du coran profané car à ce jour l’imam est toujours aux arrêts car sa version semble ne pas tenir la route et Tawassoul semble l’avoir lâché car ils n’en parlent pas comme s’il fallait désormais laisser cette barbe saisie à la nébuleuse Dedew et prendre eux, leur distance histoire de sauver les meubles.
 
Ce qui est sûr c’est que ce profil bas des islamistes semble être payant car le pouvoir semble ne pas aller plus loin dans la répression au-delà de la provocation manifeste que fut la fermeture des ONG à but caritatif comme si finalement les islamistes et le pouvoir ont compris que tous y perdraient s’ils commencent à se lancer directement l’accusation d’avoir fomenté l’affaire du coran profané. Le peuple qui n’est pas né de la dernière tempête de sable est le premier traumatisé dans cette affaire car il sait qu’il y a complot manifeste mais il n’ose imaginer que si crime il y a, il puisse y avoir un criminel surtout de chez nous surtout du pouvoir ou des islamistes car c’est trop à avaler que de savoir que l’un des deux camps ait pu déchirer un coran et l’éparpiller dans la salle des ablutions juste par soif de pouvoir car qui peut commettre un tel crime, de quoi n’est-il pas capable ?
 
Nous en sommes donc là. 
 
Depuis jeudi soir, il y a en Mauritanie, une sorte de malaise. D’une part une bonne partie de la population surtout éduquée est bien heureuse de voir que le pouvoir sonne la fin de la récréation pour les islamistes même si chacun reconnaît que le mobile de la fermeture des ONG reste ingrat car le pouvoir n’ose pas accuser nommément les islamistes d’avoir fomenté l’affaire du coran déchiré ; d’autre part, le camp des islamistes, modérés ou non et Dieu sait qu’il existe surtout à l’intérieur du pouvoir, reste comme hébété comme si toutes les cellules mises autour d’Aziz à petits pas avaient sauté et qu’Aziz était désormais prêt à tout, persuadé que les islamistes ont fomenté l’affaire et prémédité l’assaut contre la présidence avec une petite complicité à l’intérieur du pouvoir sachant qu’en Mauritanie aucun complot ne peut être fomenté de longue date contre la présidence sans être démasqué, tout au plus peut-on espérer provoquer une étincelle en sachant que sitôt déclenchée, la marche vers la présidence devient le seul chemin de salut en espérant sur place des dérapages sanglants des forces de l’ordre surtout passé minuit.
 
Quelle sera la suite de cette tempête dans un verre de thé ? Si les islamistes ne bougent pas en ne devenant manifestement pas hostiles au pouvoir sans chercher à faire bouger la rue et en restant dans des déclarations vaseuses comme les dernières de Tawassoul, alors le pouvoir ne leur fera rien de plus mais alors ils seront condamnés à rester tranquilles comme tous ceux qui sont en liberté provisoire. Mais s’ils cherchent à faire les beaux et jouer dans la guerre ouverte contre le pouvoir surtout en osant répondre à l’accusation par une autre accusation d’être lui le véritable auteur de cette affaire de profanation alors le pouvoir les réduira à néant par trois armes : 
 
-le discrédit fatal comme hypocrites et ennemis de l’islam capables de déchirer le coran pour créer la guerre civile comme leurs frères sont accusés de le faire partout dans le monde arabe jusqu’à être déclarés terroristes par l’Arabie Saoudite même si en matière de Fatwa sur un dossier pareil l’Arabie saoudite parle en politique pour sauver la monarchie plus qu’en oracle de l’islam.
 
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires