Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi la vénération des Barameks ?


Vu de Mauritanie par MFO
Mercredi 18 Septembre 2013 - 23:26

«Al Baramek», «Al Baramika»… c’est le nom de cette famille ayant appartenu à la noblesse brahmanique avant de se convertir au Zoroastrisme, descendant donc des montagnes afghanes vers la Perse pour se retrouver à Bagdad en plein apogée de l’Empire Abbasside. Les origines de la famille ne l’empêchent pas de retrouver la place qui lui sied au sein de la communauté musulmane de l’époque, surtout qu’elle se convertit rapidement. La famille devient très vite une pièce centrale du dispositif dominant dans la Bagdad abbasside. C’est parmi eux que les Khalifes commencent à recruter des vizirs et des conseillers.


Pourquoi la vénération des Barameks ?
C’est le Khalife Al-Mançour qui est le premier à faire appel à Khalid Al-Barmaki en lui demandant son concours dans un complot visant à faire renoncer son oncle au droit de succession pour le faire remplacer par son fils Al-Mahdi qui le fit abdiquer une nouvelle fois au profit de ses fils Moussa Al-Hadi et Haroun Errachid, le plus célèbre de tous.

Le premier des Barmakides – on va les appeler comme on nous l’enseigne dans les manuels d’Hitoire -, Yahya Ibn Khalid devint le précepteur des fils du Khalife Al-Mahdi. Ses deux enfants, Al-Fadhl et Jaa’far se lièrent d’amitié avec Haroune Errachid (Al-Fadhl était d’ailleurs son frère de lait). C’est probablement cette proximité qui vaut à leur père d’être emprisonné par le Khalife Al-Hadi qui sera remplacé par Errachid.

Libéré par le nouveau Khalife, Haroune Errachid dont la notoriété peuplera l’imaginaire des peuples les plus lointains, Yahya Ibn Khalid Al-Barmaki reprend sa place au sein de l’échiquier. Et avec lui toute sa famille qui devient l’élément central de l’apogée culturelle de l’Empire Abbasside de l’époque. Le mécénat de la famille et son cosmopolitisme permettent d’attirer à Bagdad d’innombrables poètes, des scientifiques, des grammairiens, et de faire traduire une grande partie des héritages romain, grecque, perse et même indien. Bagdad rayonne de sa splendeur sur le monde.

Les combines du Palais provoquent une rupture brusque entre le Khalife et ses hommes de confiance, les Barmakides. On dit que Jaa’far épousa la sœur du Khalife, la très belle ‘Abbassa qui eut des enfants de lui. Le Khalife y voit une provocation et décide de les assassiner, de raser leurs propriétés, de spolier leurs biens, de les effacer…, sans arriver pourtant à les faire oublier.

Pourquoi la vénération des Barameks ?
On raconte que quelques années après avoir sauvagement massacrés les Barmakides, le Khalife Haroune Errachid s’en alla, seul se promener sur les vestiges de leurs palais. Il entendit alors les gémissements d’un homme dont il s’approcha. Il découvrit un vieil homme qui alternait déclamation de belles poésies à la gloire des Barmakides et les pleurs bruyants.

Le Khalife se retira rapidement et demanda à ses gardes d’aller sur les lieux lui ramener l’homme en question. Après avoir réuni sa cour, il demanda à l’homme les raisons de sa détresse croyant avoir affaire à un survivant de la famille. L’homme se contenta de raconter au Khalife comment il était venu pour la première fois à Bagdad où il cherchait de quoi nourrir sa famille qu’il avait abandonnée aux confins du désert d’Arabie. Il avait alors rencontré un homme richement habillé auquel il avait demandait un travail. L’homme s’enquit des raisons de la démarche. «J’ai abandonné les miens sans terre et sans pâturages, sans quoi se nourrir ou se vêtir. La majorité des gens que j’ai laissés là-bas sont des femmes qui n’ont d’autre ressource que celle que je pourrai apporter de mon voyage. Je ne peux me résoudre à la mendicité et même si je ne sais pas faire grand-chose, je suis prêt à faire ce qu’on me demandera pour pouvoir revenir là-bas avec de quoi les nourrir».

Les propos émurent beaucoup l’inconnu qui lui offrit immédiatement des pièces d’or et ordonna à l’un de ses accompagnateurs de lui montrer le troupeau de chamelles en période de traite qu’il avait décidé de lui donner. Des pièces de tissus lui furent offertes plus tard. Il voulut savoir qui était son bienfaiteur, mais celui-ci interdit à sa cour de lui dire qui c’était.
Reparti chez lui, l’homme vécut une décennie dans le bonheur. Jusqu’au jour où une terrible sécheresse frappa le pays, décimant bêtes et cultures. Il dut quitter de nouveau son pays en pensant à aller à Bagdad, là où se trouve le Khalife, peut-être qu’il trouvera âme charitable comme ce fut le cas avant.

En entrant dans la ville, il tomba sur un cortège. Il crut avoir affaire au Khalife et s’empressa de gagner le niveau du personnage central. Il entreprit de raconter sa détresse avant de savoir qu’il ne s’agissait pas du Khalife Haroune Errachid. Mais l’homme «important» entendit le cri de cœur et ordonna de lui verser or, argent, bétails, tissus… Il décida de ne pas repartir cette fois sans savoir qui était son bienfaiteur. Il le suivit donc après avoir confié la garde de ses nouveaux biens à l’extérieur de la ville. Il entra avec le cortège dans le quartier où l’homme descendit de cheval et alla à la rencontre d’un autre qu’il semblait affectionner fortement. Notre homme reconnut son premier bienfaiteur. C’était Al-Fadhl Ibn Yahya Ibn Khalid Al-Barmaki. Le deuxième bienfaiteur n’était autre que le frère du premier, Jaa’far.

En entendant l’histoire, le Khalife qui aimait bien au fond ses anciens collaborateurs et néanmoins victimes, pleura longuement avant d’ordonner qu’on donne à cet homme une quantité de biens considérables et variés. Alors, à la surprise générale, l’homme se tourna vers le Khalife et lui dit : «Ce que tu viens de m’offrir là est à mettre à l’actif des Barmakides. Qui peut rester aussi généreux aussi longtemps, même après avoir quitté notre monde ?»

Les paroles de l’homme n’offensèrent guère le Khalife qui apprécia plutôt le sens de la loyauté. Une valeur qui se perdait alors.
Malgré toute la mythologie dont ils furent l’objet, les Barmakides n’ont jamais été adoptés par les Arabes, encore moins par les Historiens de l’époque qui se sont employés à censurer une partie de leur gloire et de leur souvenir. Il n’y a que dans la société Bidhâne où la famille est associée aux nobles valeurs de la prodigalité, de la candeur, de l’équité…

Cela apparait dans la musique où chaque fois qu’un griot authentique est pris par le vertige de son jeu de la tidinit (luth) ou de l’ardîne (harpe féminine), chaque fois qu’il plonge dans la mélancolie, qu’il est au sommet de l’inspiration, il déclame quelques poésies à la gloire de la famille Barmakide. C’est ainsi que Yahya «Ibnou Khalidi», ses fils Al-Fadhl et Jaa’far sont célébrés dans tous les modes de la musique Bidhâne.

Dans le langage de tous les jours, quand on veut qualifier l’absolue générosité, on dit tout simplement : «untel est un Barmaki», «Ehl untel sont des Baramek»… si bien que cela est passé dans la poésie de grande classe.

La question est de savoir pourquoi les Bidhâne, cette peuplade du désert qui s’est approprié une Histoire exclusivement arabe, avec les aprioris, les préjugés qui marquent les relations avec l’Autre, avec cette aversion prononcée pour tout ce qui n’est pas Arabe à l’origine et tout ce qui n’est pas islamique à l’origine…, pourquoi cette société a-t-elle adopté les Barmakides au détriment du Khalife abbasside Haroune Errachid ? Pourquoi la glorification de ceux qui sont considérés ailleurs comme étant la cause première de la décadence de l’Empire Abbasside donc de l’Empire musulman ? Cela mérite réflexion.

Je me souviens des séances communes de pleurs : des femmes et des hommes qui se rassemblent pour écouter une partie de cette mythologie qui a fini par nourrir un imaginaire produisant des histoires tristes qui ont fini par donner le drame des Barmakides. Des histoires lues dans le livre «i’laam ennass» qui a été l’un des premiers ouvrages écrits qui ont atteint cette partie du monde. Mais ce fait n’explique pas à lui seul cette survivance magnifique du souvenir d’une famille à l’origine bouddhiste, puis zoroastrienne et enfin musulmane. Surtout pas dans une société qui se trouve à la périphérie du Monde islamique.

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter