Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi la gendarmerie ne respecte-t-elle pas la jurisprudence Azizienne en matière de liberté de presse ?


A.O.S.A
Lundi 25 Mars 2013 - 02:04


Pourquoi la gendarmerie ne respecte-t-elle pas la jurisprudence Azizienne en matière de liberté de presse ?
Voilà quelques jours que la gendarmerie arrête à tour de bras des journalistes ou des citoyens pour des affaires mineures pour un résultat souvent contre-productif. Que ce soit pour l’affaire de la photo de l’avion militaire ou celle des fonds militaires dilapidés, on assiste là à de sérieux dérapages parfaitement inutiles qui ternissent l’aura de la liberté de presse en Mauritanie sous Aziz comme si finalement la gendarmerie n’en faisait qu’à sa tête en la matière. 
 
Sinon comment expliquer qu’on arrête un journaleux parce qu’il a mis en ligne une banale photo d’un crash aérien pour lequel l’armée aurait dû faire preuve de moins  de mystère car il s’agit pas d’un terrain d’opération en pleine guerre, il s’agit pas d’une photo délicate qui donnerait des informations stratégiques, il ne s’agit pas d’une image montrant un mort calciné, il ne s’agit que d’un vague reste de carlingue.
 
Faut-il pour cela interpeller un journaleux fut-il journaliste présumé ? Faut-il ensuite déclarer que ce journaliste a livré sa source comme s’il l’eût fait sans menace alors que le secret des sources est garanti par la loi ? Faut-il arrêter un gendarme comme s’il était responsable de quelque chose de grave ? Si la gendarmerie a eu besoin de garder aux arrêts le journaleux pour savoir sa source c’est que personne dans ce corps n’a trahi le « coupable », ce qui est tout de même admirable même si on peut s’inquiéter de la force des renseignements dans leurs murs si pour savoir quelque chose d’aussi simple il faille interpeller un journaleux pour lui extorquer contre la loi l’identité présumée de sa source.
 
En vérité, s’il y a eu panique à la gendarmerie c’est qu’Al-Akhbar est la fenêtre journalistique des islamistes de Tawassoul.  De quoi imaginer le feu en la demeure si ces gens-là ont leurs hommes qui les informent de l’intérieur ; c’est la seule explication à l’hystérie de la gendarmerie.
 
Mais comment expliquer le cafouillage de la gendarmerie à propos de l’autre affaire des aveux présumés faits sous la torture pour lesquels la gendarmerie aurait demandé à la famille de démentir lors d’une séance à l’air libre avant de retourner au trou ?
 
Tout fait tache. On s’étonne que personne parmi les braillards habituels ne s’offusque de voir un journaleux gardé aux arrêts le temps de livrer sa source ni qu’un gendarme soit arrêté pour une affaire qui relève de l’opinion publique.
 
Pourquoi tant de secret autour de ce crash ? Quand le chef de l’état a reçu une balle, le tireur s’est exprimé, on nous a raconté une histoire, pourquoi ne pas faire de même pour un mécanicien mort à son poste car il s’agit de mécanique, il y a forcément une responsabilité quelque part : soit le siège éjectable du mécanicien était défectueux, soit l’appareil était entièrement fatigué, soit le siège a fonctionné mais l’appareil était déjà en perdition suite à l’éjection in extremis du pilote ; de toute façon, il y a une responsabilité quelque part.

lire la suite...

 
chezvlane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires