Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi Emel 2012 a profité à la population la plus démunie et n’a pas eu d’impact ...


Tribunes
Dimanche 3 Juin 2012 - 17:47


Pourquoi Emel 2012 a profité à la population la plus démunie et n’a pas eu d’impact ...
...sur les prix des produits de premières nécessité (le blé, le sucre, l’huile,…) pour profiter à tout le monde? 

Cet essai vise à comprendre, du point de vue purement technique, le mécanisme de réaction du marché des produits de première nécessité vis-à-vis de l’opération Emel 2012.

Le marché se définit comme étant le lieu de rencontre de l’offre et de la demande. Tout marché devrait être régi par une politique de concurrence qui consiste à mettre en place un ensemble de règles qui encadrent les agents économiques (personnes physiques ou morales) en situation de concurrence.

Ces règles sont destinées à préserver l’efficacité économique en présence d’entreprises dotées de pouvoir de marché. Or le marché ne peut concourir à l’efficacité économique que si des règles de droit garantissent aux opérateurs la liberté de fixer leur prix, le libre accès au marché, mais aussi l’absence d’abus de position de puissance économique pour ceux qui la détiennent !

Les règles de la concurrence visent à réaliser plusieurs objectifs à savoir : Empêcher les abus de position dominante: Empêcher les entreprises qui détiennent un pouvoir économique d’influencer le marché à travers des comportements prédateurs ! Empêcher les comportements de collusion : Eviter l’entente tacite entre opérateurs qui détiennent un pouvoir économique, en vue, de préserver les prix d’une éventuelle influence ;

Contrôler les effets de concentration entre opérateurs : Eviter

- La fusion entre concurrents directs ;

- La réduction de la pression concurrentielle sur les prix ;

- La fusion entre entreprises verticalement liées.

Le programme Emel 2012 a été réalisé dans l’optique d’améliorer le pouvoir d’achat de la population dans son ensemble et de réduire la pression de prix sur l’usager. Normalement, ce programme devrait contribuer à la baisse des prix des produits de première nécessité dans le marché.

Qu’est ce qui s’est passé pour que des centaines de milliers de tonnes (de blé, de sucre, de riz, de l’huile et autres produits……) aient été vendues par la SONIMEX et le CSA sur le marché, à moitié prix, alors que les prix de ces mêmes produits sur le marché n’ont pas baissé ? Est-ce que ceci est dû aux comportements prédateurs ou à la spéculation de certains opérateurs économiques qui tirent profit de la précarité de la population la plus démunie travers le rachat des produits moyennant une petite marge bénéficiaire ?

Si l’on suppose que les personnes bénéficiaires de l’opération Emel 2012 achètent les produits de première nécessité pour leur propre consommation, la mise en œuvre de cette politique sociale devrait normalement aboutir à la diminution de la demande sur ces mêmes produits sur le marché, ce qui pourrait contribuer à la baisse de leur prix ; or le constat, sur le marché, c‘est plutôt l’inverse. Ceci laisse à croire qu’il y a des opérateurs qui perturbent le fonctionnent du marché à travers des comportements purement mercantiles !

Faut –il chercher un mécanisme de marché efficace permettant de garantir la bonne réussite de l’opération Emel 2012 ? Faut-il revenir sur la finalité qui a motivé le lancement de l’opération Emel 2012 ?

Taghi Ould Cheikhna
Consultant
Expert Economiste et Financier
tcheikhne@yahoo.fr


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter