Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pourquoi Belmokhtar a pris le large


Actu Mauritanie
Lundi 3 Juin 2013 - 02:10

Selon un document révélé par la presse américaine puis par le journal Le Monde, Mokhtar Belmokhtar alias Bela’war aurait été vertement sermonné par la direction centrale d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) avant de rompre avec elle. La lettre, découverte dans les décombres de Tombouctou après la fuite des Jihadistes, renseigne sur les rapports plutôt mauvais entre AQMI et Bela’war.


Pourquoi Belmokhtar a pris le large
Il est reproché à Bela’war de ne pas entreprendre d’opérations «d’envergure». Et comme pour lever toute équivoque, l’organisation qu’il crée après avoir quitté AQMI, «Les signataires par le sang» réussit la plus grande prise d’otages qui finit par un massacre à In Amenas en Algérie. C’est aussi elle qui (co)revendique, avec le MUJAO (mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) les opérations du Niger (Arlit et Agadez).
 
Les 14 membres de la Shoura – conseil dirigeant de l’organisation – auraient qualifié la relation avec Bela’war de «blessure saignante». Lui qui a des fois refusé de les prendre au téléphone ou de rendre compte sur les activités administratives et financières qu’il menait au nom de l’organisation. Lui qui a jugé «inutile» l’une des réunions à Tombouctou, après l’occupation du Nord malien.
 
Selon la traduction faite de la lettre par le quotidien français, le conseil supérieur s’adressait à Bela’war en ces termes : «Pourquoi les différents émirs de la région n’ont des problèmes qu’avec toi ? Toi, en particulier, à chaque fois ? Ont-ils tous tort, et notre frère Khaled, raison ?»se demandent, un peu ironiquement, les leaders d’AQMI. «Abou El Abbas ne veut suivre personne. Il ne veut qu’être suivi et obéi.»
 
Selon toute vraisemblance, le différent ne relevait pas forcément de nuances dans la vision ou de l’idéologie, mais il était surtout question d’argent et de gestion du trésor de guerre. Dans le cas du rapt du canadien Robert Fowler, Bela’war aurait négocié pour 700.000 euros et sans attendre d’en référer à l’organisation-mère : «Plutôt que de marcher côte à côte avec nous avec le plan que nous avons imaginé, il a géré ce cas comme il l’a souhaité. Nous devons nous interroger, qui a mal géré cet important enlèvement ? Est-ce la conséquence d’une attitude unilatérale, comme celle de notre frère Abou El Abbas, qui a abouti à cette insuffisance : échanger un dossier de poids (diplomates canadiens !) contre une somme maigre (700 000 euros) !»
Autre reproche, le détournement de l’argent destiné à l’achat des armes : «Nous avons donné à Abou El Abbas un montant considérable d’argent pour acheter du matériel militaire, malgré notre grand besoin d’argent à ce moment-là. (…) Abou El Abbas n’a pas participé à l’effort d’achat d’armes. Donc, quel comportement doit être qualifié de médiocre dans ce cas, je me demande ?»
 
 

Pourquoi Belmokhtar a pris le large
La direction du mouvement lui reproche en plus de la mal-gouvernance, sa volonté de passer outre la hiérarchie pour entrer directement en contact avec «le leadership central». On se souvient qu’à plusieurs reprises, le chef Abdel Hamid Droudkal alias Abu Mus’ab Abdel Wedoud avait essayé d’imposer des Emirs à Bela’war. Dernier en date, Nabil Makhloufi qui a essayé d’unifier toutes les branches AQMI sous un même commandement. Il avait même mobilisé une armée composée d’éléments de toutes les Katibas pour attaquer la Mauritanie : ce fut la débâcle de Bassiknou au début de l’année 2011. Ce Nabil Makhloufi mourra dans un accident de voiture.
 
La mauvaise relation va aboutir à la nomination de Abul Hammam par Droudkal à la tête de l’Emirat du Sahara. La goutte qui fut déborder le vase. Mokhtar Belmokhtar alias Abul Abbass, alias Bela’war décide de créer son propre groupe «les signataires par le sang».
 
Sa mort fut annoncée par les autorités tchadiennes. Mais démentie par les observateurs et les connaisseurs de la région. On sait aujourd’hui que le chef jihadiste est bien vivant et qu’il continue d’organiser et de lancer ses troupes contre ceux qu’il considère être les ennemis de l’Islam et des Musulmans. On sait aussi que l’homme avait, dans sa dernière interview (2012) avec nos confrères de Nouakchott-info, donné l’impression du vieux guerrier, assagi par les épreuves, cherchant à négocier une trêve. Au moins avec la Mauritanie. Est-ce pour se faire entendre qu’il intensifie ses attaques contre son pays d’origine, l’Algérie et contre le Niger ?

Mohamed Fall Ould Oumere
oumeir.blogspot.com
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires