Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pour le linguiste Dr Mohamed Ould Cheikh : le poular, le soninké et le wolof sont des dialectes…


A.O.S.A
Dimanche 7 Septembre 2014 - 11:25


Pour le linguiste Dr Mohamed Ould Cheikh : le poular, le soninké et le wolof sont des dialectes…
Voilà une thèse de doctorat en linguistique du 15 janvier 2007  où ça balance pas mal, présentée par Mohamed Ould Cheikh à l’université Jean Moulin Lyon 3 avec pour titre : 
 
« La didactique des langues et le bilinguisme : l’exemple du système éducatif mauritanien »
 
C’est une thèse intéressante pour survoler le sujet mais qui, à mon humble avis, n’a pas l’honnêteté intellectuelle qu’on peut trouver dans les travaux de Ould Zein même si on ne peut pas comparer une thèse de doctorat et des «  éléments sociolinguistiques pour une réflexion didactique à propos de la situation en Mauritanie ».
 
 
C’est une thèse méchamment orientée malgré des effets spéciaux sans effets destinés à donner à ce travail un cachet impartial dans le constat avant même l’orientation normale que l’auteur veut donner à ses travaux car il s’agit d’une thèse.
 
Les amis du français y sont assez injustement maltraités et à lire l’auteur, on découvre qu’à ses yeux, il n’y a que deux camps : celui des arabisants résistants et celui francisants collabos. Pourquoi n’est-il pas allé présenter sa thèse au Yémen ? Les pires conservateurs de mauvaise foi en Mauritanie sont bilingues. Ils sont les premiers à vouloir garder pour eux le français pour mieux dominer ceux qu’ils cantonnent à un arabe littéral qu’ils ne parlent toujours pas des siècles après l’invasion arabe. 
 
Un exemple avant de voir des extraits. Au rayon «  français utilisé en Mauritanie », l’auteur publie deux lettres écrites au gouverneur par un négro-mauritanien et un maure. Datée de 1942, ceci expliquant cela, celle du maure est non seulement plus correcte en français mais plus digne quand celle du négro-mauritanien, datée de 1918, est pleine de fautes mais surtout présente le  négro-mauritanien en « esclave » du blanc près à quitter ses parents pour devenir le domestique du blanc.
 
C’est scandaleux !
 
L’auteur parle des différentes sortes de français parlé en Mauritanie et après avoir présenté le « français des commerçants » en citant Ould Zein, l’auteur écrit P106 : 
 
« C’est le cas du français de ces deux élèves : l’un issu de la communauté Négromauritanienne, l’autre issu de la communauté Maure :
 
1- En 1918 Hamadi Malik élève à l’école de Kaédi écrit au gouverneur général. Nous
présentons les lettres telles qu’elles sont : 
 
Kaédi 4 12 18
Hamady Malik à Monsieur le Gouverneur général de L’A.O.F
Monsieur
En vous écrivan Monsieur le Gouverneur Pour savoir J ai abandonné les travaux
de mes parents pour continuer de l’etude a l’ecole Kaédi Mais seulement Monsieur
Je n en ai aucun parent a Kaédi et aussi Jaime le plus profond de mon coeur de
continuer mes etudes et je nen ai pas de parents comme c’est vous qui ètes mes
parents. Je vous prie de bien vouloir Monsieur le Gouverneur de m’aider dans la
nourriture pour que Je pourrais arriver quelque chose et en même temps que Je
pourrais vous en servir jusqu a la mort. A part de ça Monsieur le gouverneur Jai mes
parents mabandonnant pourtant seulement que Jetudie le Français. Mais pour moi Je
suis seulement votre fils cest a dire le fils f de la republique Jusqu a ma dernière vie.
Enfin je vous prie monsieur le gouverneur de me mettre dans un endrois la ou Je
vous en serve et que Je ne voie plus mes parents
Dans lespoir que vous voudriez faire a Ma demande un accueil favorable
dedaignez agréer Monseiur le gouverneur l hommage de mon plus respectueux
devouement
Mamadou Malik élève de l ecole de Kaédi Mauritanie. cf (A.O.M 14 MI 1884
Aix En Provence)
 
------------------------
2- A Boghé on peut citer l’exemple de Mohamdi Ould Tajdine élève maure de la fraction
Ehl Maham du Tagant
 
Aleg 25 Avril 1942
Mohamdi Ould Tijdine de la fraction de Ehl maham du Tagant.
A Monsieur le gouverneur de la mauritanie
S /c de monsieur l’ Administrateur commandant le cercle du Brankna
Monsieur le gouverneur
Ancien élève du cours moyen 1 e année de Boghé ou je suis sorti par raison
de santé. agé de 15 ans possédant une instruction assez solide en arabe.
J’ai l’honneur de recourir à votre haute bienveillance pour solliciter un emploi d’interprête ou d’écrivain dans dans le cas échéant me faire admettre comme élève boursier à l’école de la medersa de Boutilimit pour me permettre de poursuivre et d’améloirer ma culture générale du français.
Dans l’éspoir que vous voudrez prendre considération de ma demande veuillez
agréer avec mes remerciements anticipés l’hommage de mon plus profond repect.
Mohamdy ould Tajdine »
 
 
-----------------------
 
 
Voici quelques courts extraits qui j’espère donneront envie de lire le reste :
 
1-« En dépit de la pauvreté soulignée par les explorateurs, la Mauritanie sera colonisée par les Français car elle constitue un pont important entre africanité et arabité. Dans son rapport sur les circonstances de cette pénétration, le commandant français GILLIER affirmait : « La conquête du Soudan était achevée, la totalité de nos troupes d’Afrique occidentale n’étant plus occupée de ce côté, l’occasion paraît favorable pour faire un effort sérieux en pays maure et prendre pied d’une façon définitive sur la rive Nord du Sénégal afin d’y établir la paix et la liberté du négoce ».
 
Et il ajoute : « On comptait pour faciliter cette entreprise sur l’appui moral que devait nous prêter l’amitié acquise et intéressée de deux grands marabouts : Cheikh Sidiya et Cheikh Saad Bouh qui avaient le plus grand intérêt à rester en bons termes avec nous » » P19
 
-----------------------
 
Pour l’auteur : le poular, le soninké et le wolof ne sont pas des langues mais des dialectes négro-africains voilà de quoi pouvoir mettre le hassania dans la constitution :
 
2-« Une composante noire, Négro-africaine constituée de trois ethnies : les Halpoulars, les Soninkés, et les Wolofs qui parlent des dialectes négro africains : le Pulaar pour les Halpoulars, le Soninké pour les Sarakollés et le Wolof pour les Wolofs. » P23
 
Pour l’auteur dans la société maure, les forgerons sont mieux placés dans la hiérarchie sociale que les Hratines avant-derniers de la liste juste avant les esclaves : 

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires