Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pour le Pr Abdel Wedoud Ould Cheikh l’origine juive des forgerons est soupçonnable…


A.O.S.A
Mardi 20 Janvier 2015 - 16:48


Pour le Pr Abdel Wedoud Ould Cheikh l’origine juive des forgerons est soupçonnable…

« Pour les lettrés Bidân, il n’existe pas d’accord sur les origines juives des m’allemîn. Certains contestent cette possibilité de manière énergique. Tel est le cas, par exemple, du savant bidâni al-Shaykh Bây b. Sîd A’mar al-Kuntî (XIXème siècle), dont les propos sont rapportés par Ould Cheikh (1985 : 404-405, 451) :


“Ce qui se dit les concernant (leur origine juive) est manifestement sans fondement. Car il est bien connu qu’ils ne descendent pas d’un même père et que leur unité provient de l’exercice d’une même profession. Il en est qui sont d’origine chérifienne, il en est qui sont des purs arabes, et les apparences de la plupart d’entre eux indique une origine noire (sudan). Il y a parmi eux de très grands savants (a’imma) et des hommes de qualité. En ce qui concerne leur masse, elle est comme toutes les masses, qu’elle surpasse même en qualité dans bien des cas. Quiconque prétend qu’ils sont d’origine servile ou qu’ils portent malheur, quiconque prétend récuser le témoignage de ceux parmi eux qui sont dignes de foi ou leur refuser la direction de la prière, s’exclut du droit chemin et est un imposteur qui parle de ce qu’il ignore…” (Cité par Mokhtar Ould Hamidoun, Jugrâfyâ, texte arabe inédit, p. 77).

Mokhtar Ould Hamidoun (cité par Norris 1968 : 23-24) refusait lui aussi l’idée que les m’allemîn aient des origines juives, et considérait qu’ils étaient issus d’un mélange entre Soudanais (notamment Wolof), Arabes et Berbères. Néanmoins, l’auteur de Al-Wasît —célèbre ouvrage écrit par un lettré bidâni et publié au Caire en 1911—, Ahmed Lemine ech-Chinguiti, ne se prononce pas clairement sur la question et considère :


“On prétend qu’ils sont d’origine juive; ils se signalent par leur manque de piété, le mensonge et la gourmandise, et ne se marient qu’entre eux.” (Cité par M. Teffahi 1953 : 118). Parmi les auteurs qui ont abordé la question, l’anthropologue espagnol Julio Caro Baroja (1955 : 46) rapporte des traditions des Bidân du Sahara occidental selon lesquelles les m’allemîn sont d’origine juive et noire. Mais il signale aussi l’existence de traditions qui font état des origines nobles, cherifiennes, de certaines familles m’allemîn.


D’autre part, dans un ouvrage consacré à la présentation de Al-Wasît, Ahmed Baba Miské (1970 : 112) considère : “L’origine des m’allmîn (caste d’artisans) est, elle aussi, un mystère. Sont-ils simplement des noirs métissés ou, comme le disent certains, des juifs convertis?”. Jean Gabus (1976 : 19) évoque également le point de vue de Ahmed Lemine ech-Chinguiti et écrit :


“Quant à leurs origines, elles sont diverses et difficilement contrôlables; selon les cas, ils seraient des berbères vassalisés par la conquête arabe, des séquelles des anciennes populations noires du Sahara, des captifs qui apportèrent leurs techniques et en même temps leur sagesse dans les phénomènes de nigritisation des conquérants Berbères, voire des Juifs. Ahmed Lamine écrit dans sa chronique “El Wasît” : “On prétend qu’ils sont d’origine juive et ils se signalent par le manque de piété, le mensonge et la gourmandise, ils ne se marient qu’entre eux.” Pratiquement, c’est un problème de généalogie et nous nous sommes adressé à l’un des meilleurs historiens de la Mauritanie : Mokhtar ould Hamidoun. Or, en reprenant la filiation des principales familles de forgerons, nous n’aboutissons à rien qui permettrait de les rattacher à quelque origine des Juifs marocains du Touat, du Souss, du Drâ ou de l’Atlas où certains sont en effet bijoutiers.”

 


De son côté, le sociologue mauritanien Abdel Wedoud Ould Cheikh (1985 : 404) fait aussi référence à la possibilité de rattachement des m’allemîn aux Juifs marocains et écrit :


“Une idée répandue parmi les bidân, et manipulée souvent dans une intention moqueuse ou agressive, veut qu’ils soient de provenance “juive”. Simple ragot populaire? C’est fort probable. On sait cependant que le judaïsme a des racines anciennes en Afrique du Nord où il semble avoir entretenu des liens privilégiés avec l’artisanat. On peut ainsi soupçonner les persécutions antijuives qui ont agité le Tuwwât, à la fin du XVè s., à l’appel de Muhammad b. ‘Abd Al-Karîm alMâgilî (m. 1532), d’avoir entraîné une dispersion des juifs des confins méridionaux de l’Afrique du Nord dont une partie aurait pu trouver refuge parmi les populations nomades du Sahara occidental… Tout cela ne prouve évidemment rien quant à la “judaïté” des m’allemîn que rien — mis à part leur profession et leur plus haut degré de fermeture endogamique— ne distingue des autres bidân.”


Enfin, l’anthropologue français Pierre Bonte (1998 : 857) considère :


“Il leur est parfois attribué une origine commune, juive en l’occurrence, qui s’explique plus par leur position statutaire (et leur position dans l’échelle des valeurs sociales) qu’elles ne les détermine, car les auteurs s’accordent pour souligner la multiplicité de leurs origines.” »


Extrait d’une intéressante publication de Mariella Villasante Cervello, désormais célèbre anthropologue en Mauritanie que le plus grand nombre a découverte via ses « chroniques sur la Mauritanie » parues dans nos sites francophones d’information. On lui doit aussi d’avoir été la première universitaire à écrire le déroulé exact de l’affaire Ould Mkeitir car elle fut la première chercheuse à parler du deuxième texte de Ould Mkheitir. Grâce à elle, qui a alerté ses collègues chercheurs, et grâce à d’autres notamment notre célèbre écrivain Karim Miské, la pétition des ONG mauritaniennes des droits de l’homme est passée de 300 à plus de 3000  signatures. Une première dans l’histoire du pays.



------------------------------------


 


Pour avoir suivi pendant quelques années ce qui se passe dans le milieu des anthropologues en Mauritanie et dans certains pays de l’Europe du Sud, je ne suis pas surpris, depuis que je la lis, de ne pas avoir entendu parler de cette anthropologue dans le milieu mauritanien où me dit un ami «  elle est unanimement détestée car elle n’est pas une anthropologue mais elle raconte des histoires ». Terrible trait d’un ami qui depuis a certainement changé d’avis face à l’engagement de la dame là où tous les anthropologues mauritaniens ont fui, ces beaux esprits inutiles chez eux et si brillants dans les salons et surtout à l’étranger.


Pour avoir connu de l’intérieur ce milieu des chercheurs qui est le même partout surtout là où les recherches manquent cruellement de crédit, je sais qu’on y trouve ses Papes, ses cardinaux et même ses pages. Derrière le comptoir majestueux du désintéressement scientifique pour les choses matérielles au bénéficie de la hauteur des vues de l’esprit sublime qui se nourrit exclusivement de recherches phénoménales avec l’unique religion de la vérité, se cache un petit monde mesquin, fauché et cruel où la guerre psychologique ne fait pas de quartier. 

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires