Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pharmacies : 20 à 30% de médicaments périmés ou de moindre qualité sur le marché mauritanien


Société
Samedi 29 Décembre 2012 - 13:00

Chaque année, des tonnes de médicaments périmés sont saisies et brulées par le ministère de la santé. Normal quand on sait que le marché de la pharmacie est anarchique et inondé d'amateurs, de commerçants et de gens avides de profit. La qualité déjà mauvaise des médicaments est doublée d'une mauvaise conservation de ceux-ci.


Pharmacies : 20 à 30% de médicaments périmés ou de moindre qualité sur le marché mauritanien
25 tonnes de médicaments et de produits périmés trouvées dans des dépôts de vente à Nouakchott et dont l’invalidité a été certifiée par les services sanitaires français compétents, ont été détruites il y a un mois à quelques kilomètres au sud de Nouakchott. Plus largement, revient avec acuité le problème de la qualité propre des médicaments dans le circuit de la conservation, qui est un problème majeur en Mauritanie, où le marché de la pharmacie est libre. C'est ce qui ouvrirait la voie aux trafiquants qui de temps en temps inondent le marché de produits pharmaceutiques et cosmétiques nocifs à la santé des populations.
«Ces établissements sont plus du domaine de la vente que de la santé. Les médicaments vendus proviennent parfois d’aides humanitaires, ils peuvent aussi provenir de contre-façons ou sont parfois périmés» confirme Lemina Mint Bechir, pharmacienne, près de l'hôpital Cheikh Zayed, à dar-Naïm.

«Le pharmacien se trouve en première ligne de l'action sanitaire, et on ne peut donc décemment pas laisser l'anarchie miner ce secteur vital. Chacun doit faire son travail, les autorités sanitaires en premier, qui doivent veiller davantage à l'organisation du secteur des pharmacies» exhorte le docteur Mohamed Mahmoud Ould Jeilany, président de la section des pharmaciens dans l'ordre national des médecins et pharmaciens. Le docteur Chérif Souleymane, président de l'association des pharmaciens de Mauritanie révèle quant à lui que le marché parallèle des médicaments «parasite le circuit légal». «Ainsi, certains opérateurs autorisés, en réalité des commerçants, procèdent à un recyclage de produits illicites dans le marché normal», explique-t-il. De 20 à 30% du marché national seraient constitués de médicaments contrefaits ou dont la durée de validité a expiré, selon les statistiques de 2008 du ministère de la santé.

La plupart des pharmacies présentent leurs médicaments dans un environnement à la température inadéquate, ce qui nuit à la bonne conservation des médicaments
La plupart des pharmacies présentent leurs médicaments dans un environnement à la température inadéquate, ce qui nuit à la bonne conservation des médicaments
Un problème de conservation aussi

«Les pharmacies ont eu droit à un contrôle de laboratoire très récemment. Cela avait été suivi par la fermeture de plusieurs pharmacies irrégulières. Mais d'autres ont poussé aussitôt, ou les mêmes sous un autre nom. Et là demeure la grosse épine du système: il y a des actions éclairs de temps à autres, sans qu'il n'y ait un réel suivi de ces actions publiques surtout médiatiques. En ce sens, on peut dire qu'il y a un réel effort des autorités, mais il y a beaucoup de chemin à parcourir. D'autant que la législation demeure une abstraction pour les mauritaniens. L'intérêt d'avoir un laboratoire de contrôle est de pouvoir vérifier si ce qui est sur la notice correspond en qualité et quantité dans le médicament spécifié. Avec plus de moyens, un tel laboratoire peut être un bon début de solution.» avance pour sa part Sokhna Fall, jeune doctorante en pharmacie.

Ces «actions éclairs» entrent dans le cadre «d’une politique d’assainissement du secteur de la santé» entamée depuis plusieurs mois à travers notamment «des campagnes d’inspection générale contre l’exercice illégale de la médecine, de la pharmacie et de l’art dentaire», selon un communiqué du ministère de la Santé.

Les médicaments contrefaits, représentent une part importante du stock des pharmacies en Mauritanie. Mais il y a aussi les bons médicaments qui, par manque de bonne conservation, se dégradent, et parfois qu'on met maladroitement dans le lot des médicaments périmés. «Nous contrôlons régulièrement des médicaments, et on nous soumet aussi certains autres qui auraient des problèmes. Après analyses, -parfois avec les techniciens des grands laboratoires pharmaceutiques-, il apparaît que si il y a une part des médicaments dénoncés qui ont des problèmes de normes, de fabrication, voire de péremption, souvent en Mauritanie, les médicaments se gâtent du fait d'une mauvaise conservation. Pour certaines molécules, à cinq degrés près, elles deviennent potentiellement toxiques, voire cancéreuses.» explique le docteur Cheikh Boutar Ould Segane, directeur du laboratoire national de contrôle de la qualité des médicaments (LNCQM).
C'est en ce sens que «les pharmacies sont tenues depuis cinq ans maintenant, à l'obligation de recourir aux services d'un pharmacien et de disposer d'équipements nécessaires pour la bonne conservation des produits pharmaceutiques» dit le directeur pour la Pharmacie et les laboratoires au ministère de la santé, le docteur Hamoud Ould Mohamed Fadhel.

Mamoudou Lamine Kane
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter