Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pèlerinage aux Lieux Saints : Des milliers de personnes s’entretuent à la mosquée Ibn Abass pour 750 places


Société
Jeudi 30 Août 2012 - 09:51

Pour 750 places, dont 580 déjà prises, des milliers de personnes font le pied de grue à la Mosquée Ibn Abass pour accomplir un des piliers de l’Islam, le pèlerinage aux Lieux Saints. Beaucoup d’entre eux risquent cependant de ne pas partir, car une fois les opérations bouclées, les quotas réservés aux agences de voyage risquent de coûter les yeux de la tête.


Pèlerinage aux Lieux Saints : Des milliers de personnes s’entretuent à la mosquée Ibn Abass pour 750 places
La gestion du pèlerinage en Mauritanie est un énorme scandale entre les mains parcimonieuses du ministère des Affaires Islamiques et de l’Enseignement Originel. Comme l’ensemble des pays musulmans, la Mauritanie n’a droit en effet chaque année qu’à un quota de 1/1.000 de sa population, soit pour cette année 3.200 pèlerins. De ce chiffre, 1.000 places ont été récupérées par l’Etat, parmi elles 250 places destinées aux membres de la délégation officielle, certains retraités et personnalités à honorer pour services rendus, ainsi que des érudits, notables…Ces privilégiés sont entièrement pris en charge.

Le reste, c’est-à-dire, 750 places est alors affecté aux pèlerins ordinaires, ceux qui doivent faire leurs formalités à la mosquée Ibn Abass. Ceux-ci sont soumis à une batterie de formalités et devront s’acquitter pour accomplir le Hajj, d’un montant d’un million cent vingt-quatre mille ouguiyas (1.124.000 UM) représentant le prix du billet d’avion et des autres frais, à charge pour les responsables du pèlerinage de leur restituer une fois aux Lieux Saints, l’équivalent de 150.000 UM en dollars comme argent de poche, les autres frais (logement, nourriture, déplacement) étant entièrement pris en charge.

Les 2.200 places restantes sont dispatchées entre les 54 agences de voyage accréditées sur les 260 agences que compte le pays. Ces agences auraient été sélectionnées selon des critères qui seraient pour les responsables du ministère des Affaires Islamiques conformes à leurs normes.

Et c’est là où le bât blesse. Non seulement, les critères choisis pour la sélection de ces agences restent méconnus, mais le quota réservé aux agences est jugé d’exagéré, par rapport aux places affectées aux malheureux de la mosquée Ibn Abass. D’autant plus que les billets au niveau de ces agences, fixés entre un million deux cent mille ouguiyas (1.200.000 UM) et un million quatre cent mille ouguiyas (1.400.000 UM) pendant la période d’enregistrement des pèlerins ordinaires, flambent aussitôt que les opérations au niveau de la mosquée sont bouclées, et atteignent parfois un million six cent mille ouguiyas (1.600.000 UM) ou plus. Or, les opérations de la mosquée Ibn Abassa vont bientôt s’achever car sur les 750 places disponibles, 580 ont déjà été prises en deux jours d’enregistrement, samedi et dimanche dernier.

Ainsi, ces jours-ci, l’intention (Niya) et les moyens financiers seuls ne suffisent plus pour accomplir un des devoir sacrés imposés à tout musulman, à savoir un pèlerinage aux Lieux Saints de l’Islam. Il faut encore autre chose. Aussi, parmi les milliers de personnes qui se bousculent actuellement à la mosquée Ibn Abass, seule une infime minorité trouvera place dans les prochains vols à destination de la Mecque. Conscients de cet état de fait, plusieurs pèlerins ont déjà décidé de s’adresser directement aux agences de voyage accrédités pendant que les billets sont abordables avant la surenchère qui va suivre l’arrêt des opérations officielles à la grande mosquée. Ahmed M. soutenant sa vieille mère s’indigne "pourquoi accorder toutes ces places aux agences au lieu de donner plus aux populations, d’autant que les agences sont connues pour leur laxisme ". Selon lui, les pèlerins convoyés par les agences de voyages sont souvent abandonnés à leur sort une fois sur place.

En plus, les agences reçoivent d’autres quotas qui leur viennent des ambassades et mécènes du Golf représentés en Mauritanie qui leur adressent directement leurs lots d’indigents mauritaniens, dont le nombre varie selon les années entre 100 et 200 personnes.

Dans ce registre, les escroqueries sont légions. Certaines agences, sachant d’avance l’existence au niveau de ces ambassades et fondations princières du Golf, d’une gratuité du pèlerinage pour démunis, avec billets et perdiums de 1.000 dollars, vont à la traque des indigents qu’ils photographient et dressent le dossier qu’ils déposent par la suite. Une fois sélectionnés pour un Hajj gratuit à leur insu, les pauvres bougres sont par la suite plumés. Les agenciers leur font comprendre qu’ils leur offrent un pèlerinage à prix réduit, souvent 500 ou 600.000 UM. Ils empochent non seulement ses subsides mais aussi le perdium de 1.000 dollars que leurs bienfaiteurs du Golfe leur offrent. Un cas de ce genre a été posé en 2011 auprès d’une organisation des droits de l’homme de la place qui a découvert le pot au rose d’un trafic qui continue d’enrichir plusieurs agenciers locaux.

Cheikh Aïdara
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter