Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pauvreté endémique dans les PMA : Horizon toujours bouché


Economie
Samedi 6 Avril 2013 - 00:00

Les défis auxquels les Pays les Moins Avancés (PMA) sont confrontés n'ont fait que s'accentuer, ces dernières années. Une nouvelle crise financière mondiale, suivie de récession, une flambée, sans précédent, des prix des denrées alimentaires et des combustibles et une incidence, croissante, des catastrophes naturelles ont provoqué une vive recrudescence des souffrances subies par les populations.


Pauvreté endémique dans les PMA : Horizon toujours bouché
 Selon le rapport 2010 sur le développement humain du PNUD, trentecinq PMA, sur les quarante-deux (dont 33 en Afrique subsaharienne) définis comme tels, stagnent dans la dernière catégorie de l'Indice de Développement Humain (IDH), mesuré à partir de l'espérance de vie, du niveau d'alphabétisation, du niveau de vie et du PIB par tête d'habitant.

Les participants à l'atelier sur " les politiques sur la pauvreté et le développement dans les pays les moins avancés ", tenu, le vendredi 29 mars, lors du Forum social mondial de Tunis, ont estimé que les PMA ont déjà trop souffert de la réduction de l'Aide Publique au Développement (APD), de la flambée des prix des produits alimentaires et des combustibles, ainsi que de la baisse des transferts de fonds, si essentiels à leurs économies fragiles. " L'encours de la dette extérieure, qui s'élève à 160 milliards de dollars", ont-ils relevé, " et les paiements du service annuel de la dette, dépassant les 6 milliards de dollars, se présentent comme des handicaps majeurs dans la lutte des PMA contre la pauvreté. Le service de la dette amène les Etats à geler les dépenses prévues pour les services sociaux de base et les infrastructures publiques. "

Arjun Karki, président est porte parole du forum de la société civile à la 4ème conférence sur les PMA, a déploré le "deux poids, deux mesures" dans la mise en oeuvre de la libéralisation et du "libre échange". Selon lui, les gouvernements du Nord protègent leurs propres marchés, par le biais de subventions et de diverses barrières non tarifaires.

" L'ouverture de ces marchés aux pays du Sud est urgente et impérative, ainsi que la réduction de toutes les contraintes sur l'import-export et la libéralisation de leurs économies nationales ".

Demba Moussa Dembélé, coordinateur du Forum africain "Alternatives " renchérit. " Il est tout aussi inacceptable que les produits des pays pauvres se voient refuser l'accès aux marchés du Nord que l'APD soit utilisée en levier à la disposition des pays riches pour obliger les pays pauvres à ouvrir leurs marchés à leurs produits. Au fil des ans", fulmine-t-il, "les économies des PMA se détériorent, engendrant une pauvreté grandissante. Celle-ci résulte de politiques économiques délibérées, issues d'un système mondial dominé par les grandes puissances".

Évoquant l'objectif de réduire de moitié le nombre de PMA en 2020, Dembélé, pessimiste, préconise un changement radical des politiques néolibérales imposées aux PMA et un renforcement de la solidarité entre les pays du Sud.

Dans son ensemble, la Communauté internationale n'est pas parvenue à apporter des solutions aux problèmes graves dont souffrent surtout les populations des PMA. Les inégalités au sein et entre les nations se sont accentuées. Un bémol, tout de même : les experts notent que des progrès limités ont été réalisés, au cours des dernières décennies, dans le sens du développement durable et de l'éradication de l'extrême pauvreté, dans les PMA.

Source:[Lecalame]urlblank:Lecalame.info
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires