Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Pauvre forgeron : à New York, voilà comment j’ai raté mon rendez-vous avec Human Rights Watch…


A.O.S.A
Samedi 6 Décembre 2014 - 22:26


Pauvre forgeron : à New York, voilà comment j’ai raté mon rendez-vous avec Human Rights Watch…

Au cœur de l’Empire State Building, un rendez-vous avec Rona E. Peligal  du département Afrique pour parler du cas du jeune forgeron, c’était l’un des rendez-vous les plus importants. Hélas, c’était écrit que je n’y arriverai pas. Les voies du Ciel sont impénétrables. D’abord tous les  matins, je sors avec tous les documents du programme qui contiennent les rendez-vous, le nom des intervenants etc., ce jour-là c’était l’unique rendez-vous de l’après-midi, aussi suis-je sorti sans rien sinon un carnet de notes.


Puis, le bus qui devait nous mener sur place est arrivé en retard. Une première pendant ces 3 semaines mais à New York ce n’est pas étonnant avec les embouteillages. Ensuite, arrivé à l’angle de l’Empire State Building, il a fallu descendre vite car le bus n’avait pas le droit de s’arrêter là. Il l’a fait pour compenser le retard de sorte que nous arrivions à l’heure au rendez-vous. Tout le monde descend en vitesse et suit les interprètes mais au moment de me lever, toutes mes cartes de visite, mes papiers s’éparpillent dans le bus car j’avais mon manteau sur les genoux.


Le temps que je ramasse le tout, tout le monde était descendu. Le temps que je descende, tout le monde avait traversé la rue. Comme j’étais sorti sans document,  je ne savais pas l’adresse du rendez-vous. Je me retrouve à un carrefour avec mille personnes qui courent dans tous les sens. C’est New York. Impossible de distinguer mes amis dans le flot. Tout d’un coup, de l’autre côté de la rue, un ami me fait signe pour me dire de traverser. Le temps que je regarde le feu pour savoir si je  peux traverser, j’arrive de l’autre côté, il n’était plus là…


Me voilà de nouveau seul au carrefour. Normalement quelqu’un devait venir me chercher mais personne ne pouvait imaginer que j’étais sorti sans document et donc sans adresse, on m’attendait à l’entrée de l’Empire State Building pendant que j’étais au carrefour à 100m de là. J’y suis resté 45 minutes à attendre qu’on vienne me chercher de peur de faire un pas et se rater. Finalement ayant compris que personne ne viendrait et le rendez-vous était fini, je suis allé à AT and T, j’ai pris une carte Sim pour Google map et je suis rentré à l’hôtel.


Voilà comment j’ai raté l’un des rendez-vous les plus importants pour parler du cas de jeune forgeron militant qui n’a brûlé aucun livre sacré pour certains, qui n’a profané aucun coran comme d’autres l’ont fait dans une affaire classée sans suite mais qui a écrit un texte disant aux forgerons qu’il n’y a pas de classe sociale dans l’islam mais que les zwayas manipulent l’islam pour défendre leurs intérêts de classe au détriment des intérêts des castés. 


Son texte maladroit fut qualifié par certains  de sacrilège, il fut renié par sa famille, sa femme l’a quitté, son nom est sali à jamais dans le pays, certains ont voulu le mettre à mort, l’ordre des avocats a fui tout entier sauf un avocat qui a dû aussi faire machine arrière car sa famille a été ciblée, même le chef de l’Etat est sorti enturbanné dire à la foule surexcitée qu’elle a fait sa part et que la justice ferait la sienne, qu’ils n’en doutent pas…


Le texte en arabe a été effacé des grands sites arabophones  au nom de la propagande. Sans le monde francophone nous n’aurions jamais su ce que le jeune militant a dit exactement.

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires