Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Patrice Neveu – Sélectionneur national : « Avec ou sans moi, l’avenir du football Mauritanien est garanti »


Sport
Dimanche 12 Mai 2013 - 11:00

Dans deux mois, l’équipe nationale locale de Mauritanie a rendez-vous avec l’histoire. Face aux Lions du Sénégal, les Mourabitounes ont une opportunité en or de se qualifier pour la première fois à une phase finale d’une compétition continentale.


Patrice Neveu – Sélectionneur national : « Avec ou sans moi, l’avenir du football Mauritanien est garanti »
Cependant, la route pour le CHAN 2014 passe par une préparation optimale. Voilà pourquoi Patrice Neveu et ses joueurs se sont tournés vers des sparring-partners de choix, qui ne sont autre que la Libye et l’Algérie, pour se tester. Dans une interview accordée à Maurifoot.net, le technicien Français est revenu sur les détails de ses préparatifs, tout en levant le voile sur les rumeurs qui entouraient la sélection, et en livrant quelques secrets sur l’avenir du football Mauritanien. Entretien exclusif…

Maurifoot : Bonjour coach. Un intervalle de deux mois s’est écoulé depuis le dernier stage des Mourabitounes en Gambie et aujourd’hui. Pourquoi une aussi longue période sans préparation ?

Patrice Neveu : Tout d’abord, en aucun cas cette période n’aura d’incidence sur le résultat des matches contre le Sénégal. De plus, il était très difficile de faire différemment, car le championnat doit se dérouler de façon harmonieuse. Fédération et Ligue nationale l’avaient programmé avant le début de saison ; tout est fait pour le respecter au mieux. Je veux dire par là que de reporter des matches pour certaines équipes, cela ne peut se faire qu’exceptionnellement. La préparation ou plus précisément l’entrainement, mes joueurs l’effectuent régulièrement dans leurs clubs et en compétitions officielles chaque semaine. De ce fait, mon travail de supervision des joueurs a continué ; cela fait partie aussi de la préparation de l’équipe nationale. Aussi, je préfère avoir les joueurs sur une durée minimum de cinq jours afin de répéter mes fondamentaux au niveau du jeu et d’aiguiser les joueurs physiquement.

Maurifoot : La Mauritanie doit affronter en amical, la Libye et l’Algérie. Comment aborderez-vous ces deux rencontres amicales et quel sera votre objectif principal ?

P. N : Mon seul objectif est de préparer mon collectif de joueurs en prévision des deux matches que nous disputerons contre le Sénégal. Je dis bien "deux", car cette donnée est pour moi à prendre en considération pour un tas de raisons. Contre ces styles d’adversaires, mes joueurs seront confrontés à une gestion technique, tactique et mentale de haute qualité. Le feedback ne peut être que positif pour eux. Plus de physique, plus de technique, plus d’engagement. Gagné ou perdu, mes joueurs enrichiront leur potentiel et leur fera prendre conscience. Chaque joueur doit aussi avoir la volonté d’être performant pour prétendre faire partie de l’équipe qui aura la belle opportunité de jouer contre le Sénégal. Vouloir faire partie du collectif Mauritanie contre Sénégal doit mobiliser chaque joueur. L'envie de faire partie de l’aventure doit décupler leur investissement sur ces deux matches et celui à venir.


Patrice Neveu – Sélectionneur national : « Avec ou sans moi, l’avenir du football Mauritanien est garanti »
Maurifoot : Ces adversaires vous conviennent-ils, ou auriez-vous préféré d’autres oppositions ?
 
P. N : La réalité est que nous devons jouer absolument pour nous préparer. Alors je ne vais quand même pas faire la fine bouche. Dés mon arrivée, j’ai accepté de jouer l’Égypte et l’Iran ; je prévoyais d'avance les retours et commentaires. Ce que je peux affirmer est que ces deux  rencontres m’ont énormément servi pour faire mes choix d’orientation, de stratégie de jeu et m’ont permis de constater quel était le niveau de mes joueurs et où je pouvais les amener en une année de coaching. En match de préparation, lorsque l’adversaire est plus fort, il y’a aussi de très bons enseignements à tirer. C’est ce que j’ai fait. J’ai défini ma feuille de route, ai expliqué aux joueurs ce que je voulais en expression individuelle au poste et du collectif. Les joueurs sélectionnés se sont mis à exprimer le même langage de terrain et l’équipe en tira bénéfice, d’où la  bonne spirale sur ces cinq derniers matches internationaux.
 
Ces deux adversaires sont des équipes très valeureuses. En Libye, nous jouerons contre l’équipe "A" ; celle qui joue les éliminatoires pour participer à la Coupe du Monde au Brésil. La Libye est deuxième de son groupe à un point du Cameroun. Contre l’Algérie à Alger ce sera également du  lourd. Rencontrer des grosses cylindrées a inévitablement des avantages et des inconvénients. Je préfère activer le mental de mes joueurs sur la chance qu’ils ont d’affronter des équipes de haut niveau. Représenter leur pays, la Mauritanie, en Libye et Algérie doit être aussi une motivation supplémentaire pour eux. Ces deux matches estampillés FIFA, peuvent nous permettent de grignoter des places au classement mondial. Les désavantages je les gérerai en temps voulu.

Maurifoot : Dernièrement, la Confédération africaine de football (CAF) a changé les dates des matches contre le Sénégal. Cela modifie t-il votre plan de travail ?

P. N : Oui. Mais en sport de haut niveau, il ne faut pas subir les évènements pour prétendre réussir alors, j’ai dû très vite modifier ma programmation des matches amicaux et des stages. Je dois de suite prendre en considération que le match retour contre le Sénégal sera dans la période sacrée du Ramadan. Je vais adapter mes séances en fonction du rituel religieux de mes joueurs et leur organisme. Après échange avec ma fédération, Mr le président et Mr le secrétaire général vont tout mettre en œuvre afin que la rencontre se joue en nocturne.

Maurifoot : Quel sera précisément votre programme pour ces deux matches amicaux et au-delà, jusqu’au mois de  juillet ?

P. N
 : Sur ces deux matches, je vous le réaffirme, rôder l’équipe et confronter les joueurs à d’autres situations de jeu ; peaufiner ce qui a bien fonctionné, améliorer nos lacunes et faire que mes joueurs gagnent en expérience. Probablement nous rejouerons une rencontre internationale FIFA vers la mi-juin. Puis dés la fin du championnat, l’équipe rentrera en stage pour une préparation spécifique en prévision des matchs du 6 et 26 Juillet contre le Sénégal.

Maurifoot : Avant que les matches contre l’Algérie et la Libye ne soient décidés, le Niger, le Togo, le Bénin et même la Guinée Bissau étaient des options envisageables. Pourquoi ces rencontres ne se sont-elles pas jouées ?

P. N : Je pourrai vous dire « joker » ou « broder » sur mes réponses et comme on dit noyer le poisson. Ma franchise et mon souhait font que tous les amoureux de la Mauritanie assimilent les efforts et le fonctionnement de ma fédération et de l’État. Le Niger n’a pas pu confirmer sa disponibilité pour ces deux dates, mais ce n’est que partie remise ; très prochainement sans doute, les deux pays concluront une rencontre internationale. Le Togo n’est plus dans la course pour le CHAN de ce fait, ne peut plus à ce jour mettre en place une équipe nationale locale. Ce fut leur réponse. Le Bénin, nous attendons leur retour de proposition. Espérons qu’en Juin ils seront disponibles car pour Mai ce n’était pas le cas. Pour La Guinée Bissau, de leur coté il y’avait une impossibilité de finaliser une rencontre FIFA. Il est bien vrai que désir ne rime pas avec réalité. Il faut s’adapter et avancer.

Maurifoot : L’Irak s’était engagé à prendre totalement en charge la Mauritanie pour un match amical le 7 mai dernier à Bagdad. Pourquoi vos dirigeants y ont-ils renoncé ?

P. N : Ma fédération m’a suggéré le match. Après réflexion, j’ai échangé avec mon président de fédération et le comité. D’un commun accord nous avons décidé de ne pas jouer en Irak. Pour moi il n’est pas du tout opportun à cette période de jouer en Irak ; lisez l’actualité. De plus, contenu de la programmation du voyage proposé par le promoteur, le déplacement était très long, allait entraîner une grosse fatigue chez mes joueurs (deux à trois jours de voyage) et les aurait desservi au moment du match. Vous conviendrez qu’il leur faut un minimum de conditions et repos pour jouer.

Maurifoot : Vous avez choisi Pascal Braconnier comme nouvel adjoint. Que pouvez-vous nous dire à son sujet ; quel sera son rôle et pour combien de temps ?

P. N : Il assume le rôle de Santucci Nicolas, à savoir préparer les gardiens de buts de l’équipe nationale et fera office d’adjoint avec Mr Pape Seck. Il s’est engagé pour trois mois et possède tous les diplômes FIFA pour assumer sa tâche. Je connais ses qualités d’homme, travailleur, passionné, droit. Par ailleurs, il mesure mon fonctionnement et mes règles de conduite dans l’exercice de mon métier. Depuis très longtemps il me sollicite ; il est motivé par un challenge à l’étranger, alors à lui de saisir l’opportunité.

Maurifoot : Vous avez sélectionné 24 joueurs pour les deux prochains matches amicaux. Trois joueurs (Abdel Kader, Ethmane et Gueye) n’ont pas été retenus par rapport à la dernière liste et un nouveau (Azmane) a fait son apparition. Pourquoi de telles décisions ?

P. N : Décisions qu’un sélectionneur doit assumer. Ce sont des choix de terrain. La porte ne leur est pas fermée ; à eux de redoubler de travail.

Maurifoot : D’ici le mois de juillet, il y-a-t-il une forte probabilité que de nouveaux joueurs intègrent votre groupe ?

P. N : Mon groupe n’est jamais fermé. Ma dernière sélection inscrit mes choix de joueurs pour un travail dans la continuité. La majorité des joueurs fait parti du groupe de la sélection locale de Mauritanie depuis un certain temps. Ils connaissent mes volontés et exigences au poste et du collectif sur le terrain et hors du terrain. Malheureusement, il peut y avoir des blessés, donc des obligations de remplacement. Ainsi, j’ai quelques noms sur ma liste au cas où il y aurait besoin de suppléer.

Maurifoot : Si vous aviez un message à adresser aux joueurs du championnat Mauritanien de football, quel serait-il ?

P. N : Sélectionné ou pas, soyez ambitieux et prenez du plaisir collectivement, aux entraînements et en matches.

Maurifoot : Le match contre le Sénégal s’approche à grands pas. Ressentez-vous de la nervosité avant cette rencontre d’autant que nos supporters ne se satisferont sans doute que d’une victoire ?

P. N : Nervosité ? Non du tout ; de l’envie oui, celle de tout donner ; c’est l’essence de mon job. Non mes supporters ne se satisferont pas d’une victoire, ils aspirent à la qualification ! Il nous reste deux mois pour nous préparer, donc allons y crescendo. Les supporters seront, je l’espère, derrière les Mourabitounes jusqu'à la dernière minute du deuxième match. Leur soutien inconditionnel est important. Nous avons besoin d’eux à l’extérieur et chez nous.

Maurifoot : En cas de non qualification pour le CHAN, comment envisagez-vous la suite de votre carrière à la tête des Mourabitounes ?
 
P. N : L’essentiel pour moi est de tout donner. Je l’ai fait depuis mon arrivée et vais continuer pendant la préparation et les deux jours J. Parti de là, je suis serein et déterminé et prêt à tout. Puis, dois-je vous avouer qu’en cas de qualification ou pas, la Mauritanie doit continuer à avancer. Une équipe professionnelle de qualité est en gestation. Je suis persuadé que les joueurs Mauritaniens de qualité évoluant en Europe et en Afrique, associés à quelques joueurs locaux feront éclore une équipe Mauritanienne "A" compétitive. Avec moi ou sans moi, l’avenir du football Mauritanien est garanti. De plus en plus, les joueurs Mauritaniens évoluant à l’étranger envoient des signaux positifs pour prétendre jouer en équipe nationale. Le Gabon sous la conduite d’Alain Giresse, la Guinée avec Michel Dussuyer doivent faire germer des idées aux hauts responsables du Football. Donner le temps au temps, se projeter.
 

Patrice Neveu – Sélectionneur national : « Avec ou sans moi, l’avenir du football Mauritanien est garanti »
Maurifoot : Aujourd’hui, Les conditions sont-elles réunies afin de réussir une bonne préparation pour battre le Sénégal ?

P. N : Oui ! Bien sûr que l’on peut et veut toujours avoir mieux. Plus de temps avec les joueurs, plus de moyens dans divers domaines. Mais le technicien que je suis a le recul pour comprendre, accepter des réalités et transmettre à mes joueurs les bons messages qui doivent les rendre ambitieux. Ma fédération fait son maximum, mon président et les membres du comité ne ménagent pas leurs efforts pour tirer l’équipe vers la réussite. L’État soutient activement la fédération et dégage ce qu’il peut en moyens financiers pour faciliter la préparation. Les deux matches, mes joueurs doivent les jouer le jour J ; ni avant ni après, nourris de regrets. Conscients que le Sénégal est le grand favori, endossons au départ la bonne et vraie casquette d’outsider ; cela permettra une meilleure expression de mon collectif. Les obligations on va se les mettre, mais croyez-moi je ne donnerai que les bons arguments à mes joueurs. Prétendre sans prendre conscience, c’est aller droit à l’échec.

Maurifoot : Les joueurs Mauritaniens qui évoluent à l’étranger se font de plus en plus attendre par le public sportif. Quand comptez-vous exactement  faire appel à eux ?

P. N : Ils vont arriver et avec bonheur croyez-moi. Ils ont soif de défendre les couleurs du pays. À cet effet, je pense pouvoir vous dire que la date du 14 août 2013 sera surement celle du premier rassemblement en Europe, conclu par un match international. Ma Fédération a l’aval du Chef de l’État pour préparer cette équipe à participer aux éliminatoires de la CAN 2015 qui se déroulera au Maroc.

Maurifoot : Vous étiez en France très récemment. Avez-vous pu contacter de nouveaux joueurs et les convaincre de porter le Maillot Vert et Jaune ?

P. N : J’en ai contacté et certains m’ont sollicité, et pas des moindres. Là je me dis que les résultats des locaux sont des beaux messages reçus par leurs frères à l’Étranger.

Maurifoot : Un dernier mot ?
 
P. N : Le sérieux mis en place par ma fédération, le soutien réel de l’État, l’osmose et la volonté des deux entités font que le temps devient l’allié de la Mauritanie. Dans deux mois… un an… deux ans, la Mauritanie se sera fait une place très proche des grandes équipes nationales africaines ; j’en suis convaincu. Travail, sérieux, plaisir et unité ; voilà le cocktail pour l’avenir du football Mauritanien.
 
Propos recueillis par Brahim Sow Deïna
MAURIFOOT.NET

Noorinfo


              


1.Posté par footballfan le 15/11/2013 08:10
Ellos deben usar más hermosas camisa, mirando hacia adelante a las camisas del próximo año, sólo quiero uno http://www.mfpascher.com/

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire