Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Passeport : un sérieux bug généralisé au coeur des titres sécurisés...


A.O.S.A
Mardi 14 Juin 2016 - 04:52


Si j’étais un négro-mauritanien militant de TPMN, ou un membre actif de l’IRA ou un radical opposant, j’aurais tout de suite mis mes dernières aventures avec l’administration mauritanienne sur le compte d’un coup de vice du pouvoir histoire de me priver du renouvellement de mon passeport. Hélas, pour avoir milité longtemps pour l’homme du 18, les opposants m’ont définitivement classé comme un éternel azizien indigne de confiance malgré que je ne fasse aucun cadeau au régime quand il lui arrive de divaguer, ce qui, soit dit en passant, est de moins en moins rare si on en croit les sorties grotesques du porte-parole du gouvernement pour n’en citer qu’un…

 

Ainsi, notre ami AOC du Calame ne manque aucune occasion de me rappeler mon épisode azizien car tout ce que cela m’a rapporté c’est d’être le dindon de la farce.  Il se trouve que je ne suis pas de ceux qui tirent aveuglément sur ceux qu’ils ont supportés sous prétexte de n’en avoir rien obtenu. Aussi, bien qu’ayant pris mes distances avec le régime, je n’ai jamais rejoint l’opposition mais ça viendra peut-être.  Entre-temps, je reste un électron libre entre deux feux.

 

Aussi, je n’ai aucune raison de penser que le pouvoir ait une raison quelconque de me priver de mon passeport même si je sais que j’ai sur le dos au cœur du système une clique de fanatiques de l’arabité arrivage qui me créent à l’occasion des tracasseries administratives plus ou moins sérieuses. Chacun se souvient de l’épisode inhumain où ils m’ont refusé de pouvoir inviter en mon nom mon fils qui vit avec sa mère sous prétexte qu’il est né français. Ils voulaient que j’aille au ministère des affaires étrangères faire viser une lettre d’invitation à condition qu’elle émane d’une entreprise étrangère.

 

Le ministre des affaires étrangères de l’époque n’avait rien trouvé de mieux que de nous inviter à faire venir le petit  métis de 4 ans jadis sans visa puis faire des interventions sur place pour qu’il puisse entrer chez lui. Heureusement au cœur du pouvoir et à sa périphérie certains ont  le cœur encore en activité et finalement on m’autorisa à enrôler le petit métis et le sujet fut clos après des mois de galère.

 

Ainsi, dès qu’on me notifia le rejet du passeport, je me suis tout de suite dit « Daesseu ! les voilà encore à la manœuvre… »

 

Voici l’histoire : après avoir fait toutes les formalités d’usage pour le renouvellement du passeport, je suis passé une semaine après comme d’habitude pour le récupérer.

 

Première surprise, on m’explique qu’il n’est pas dans le tas et que je n’ai qu’à aller dans le bureau d’à côté faire scanner mon code-barre du reçu de demande. Sitôt dit sitôt fait. Un monsieur scanne la chose et je vois apparaître sur l'écran un commentaire de 50 mots en arabe écrits par l’opérateur à l’origine du rejet et au-dessus en français, je lis deux mots «  rejeté et impossible ».

 


L’opérateur sur place semble avoir l’habitude de ce genre de chose, il griffonne quelques mots sur un papier et me dit d’aller dans l’autre bureau faire les formalités pour régler ça. Ne comprenant pas plus ce qu’il a écrit en arabe que ce que j’ai vu sur l’écran, je lui demande ce qui se passe.  Surpris de voir que je ne comprends apparemment rien à l’arabe bien qu’étant un maure, il fronce les sourcils et me répète deux mots dont je n’ai compris qu’un à savoir « nom », l’autre mot je l’ai déchiffré ici et là en montrant le papier à des gens autour de moi pour qu’ils m’expliquent la chose en hassania et là je saisis qu’il y aurait un problème de concordance de nom entre mon père et moi.

 

Quand j’entends ça, je comprends tout de suite que soit il y a méprise et bug informatique soit quelqu’un a bricolé mon identité biométrique et celle de ma famille car c’est tout simplement impossible qu’il y ait un quelconque problème de concordance de nom pour plusieurs raisons.

 

Quand on s’enrôle on le fait avec les documents des deux parents déjà enrôlés or à ce moment je me souviens que ç’a été fait par une charmante femme très gentille qui a pris tout son temps en me demandant bien de vérifier que tout est écrit convenablement en français car en arabe, elle a repris exactement le  Soueid’ahmed  paternel qui ne s’écrit pas de mille façons en arabe car c’est un nom connu en Mauritanie pour être celui de la famille émirale du Tagant avec laquelle je n’ai de rapport que le nom dont je me serais bien passé car c’est assez fatigant de devoir expliquer à toute l’administration que je n’ai rien à voir avec ces gens-là.

 

De plus, s’il y avait le moindre problème de concordance, jamais je n’aurais pu obtenir mon premier passeport biométrique génération Aziz et jamais mon garçon n’aurait pu être enrôlé et obtenir lui-même son passeport mauritanien vu que les logiciels ne plaisantent pas même avec les virgules et tout est conçu pour tout recouper.

 

Alors comment est-ce possible qu’au renouvellement de mon passeport, on m’explique qu’il y aurait soudainement un problème de concordance de nom entre mon père et moi ?

 

Ce n’est possible que de 4 façons :

lire la suite...

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires