Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Passeport Daddah et Incident diplomatique : l’Etat mauritanien n’a pas le droit de le confisquer …


A.O.S.A
Dimanche 22 Décembre 2013 - 01:48


Passeport Daddah et Incident diplomatique : l’Etat mauritanien n’a pas le droit de le confisquer …
Comme partout, le passeport français étant la propriété de l’Etat français, l’Etat mauritanien n’a pas le droit de le confisquer à un ressortissant franco-mauritanien. Au lieu de lui confisquer son passeport français par abus de pouvoir diplomatique, tout ce que l’Etat mauritanien pouvait faire contre la bonne foi d’Azeddine Daddah en lui évitant la prison car nul n’est censé ignorer la Loi,  c’est le priver de son passeport mauritanien et l’expulser vers la France en le désenrôlant au passage car la loi mauritanienne bancale ne reconnaît pas la double nationalité à moins d’y être autorisé par décret ; ce qui ne s’est jamais fait depuis que la Mauritanie existe. 
 
Au lieu de ça, en laissant partir libre monsieur Daddah avec son seul passeport mauritanien, l’Etat mauritanien permet désormais à tous ceux qui ont la double nationalité de ne plus craindre la loi car ils peuvent désormais brandir la jurisprudence Daddah. De la même manière que monsieur Daddah s’est scandalisé de voir que d’autres dans la même situation que lui ont pu prendre l’avion avec leurs deux passeports sans visa, tout celui qui a deux nationalités n’a plus rien à craindre de l’Etat mauritanien sinon il s’agirait d’un cas flagrant de passe-droit. Une pensée à la négro-mauritanienne qui a perdu 4 billets d’avion pour elle et ses enfants pendant que d’autres ont pu prendre l’avion au bénéficie d’un coup de fil haut placé.
 
 
Ainsi, selon cette loi tieb-tiebisée par le général civilisé, quiconque prend une autre nationalité perd d’office la nationalité mauritanienne qu’il peut récupérer par décret même si là encore c’est une bêtise car ce même code de la nationalité prévoit que c’est impossible de la sorte : voir notre article sur le sujet :
« l’article 28 qui n’a pas été modifié stipule :
«  Ne peut être réintégré l’individu qui a été déchu de sa nationalité mauritanienne à moins que, dans le cas où la déchéance a été motivée par une condamnation, il n’est obtenu la réhabilitation judiciaire ».
 
 
Le cas de monsieur Daddah comme celui de tous les métis n’est pas prévu par cette loi bancale car un métis d’un parent français et de l’autre mauritanien naît automatiquement et simultanément français et mauritanien car l’article premier du code de notre nationalité stipule :
« Article 8 : Est mauritanien :
-          L’enfant né de père mauritanien
-          L’enfant né de mère mauritanienne, d’un père sans nationalité ou de nationalité inconnue
-          L’enfant né en Mauritanie d’une mère mauritanienne et d’un père de nationalité étrangère sauf la faculté de répudier cette faculté dans l’année précédant sa majorité ».
 
 

Passeport Daddah et Incident diplomatique : l’Etat mauritanien n’a pas le droit de le confisquer …
Monsieur Daddah étant le fils du père de la Nation, il est fils mauritanien en toute fraternité avec  la nation entière. Alors au nom de quelle loi lui retirer un passeport vu qu’il n’a pas choisi de prendre une autre nationalité, il est né comme tous les métis de droit du sang franco-mauritanien ?
 
 
Dans un long article, nous avions dénoncé toutes les bêtises de notre code de la nationalité mais personne ne veut en tenir compte, nous ne remercierons jamais assez  Azeddine Daddah qui malgré-lui rappelle les insuffisances de la loi et les carences de l’état mauritanien qui ignore qu’il n’a pas diplomatiquement le droit de déposséder un  franco-mauritanien de son passeport français car ce dernier est la propriété de la France.
 
L’affaire étant désormais publique : Halte à l’hypocrisie. Il faut créer d’urgence un collectif pour le droit à la double nationalité des métis et entre-temps obliger l’état mauritanien à combler ce criminel vide juridique en permettant à tous les métis de droit du sang à avoir sur-le-champ droit à la double nationalité par décret en attendant de modifier la loi. Assez des faveurs ! vive le droit !
 
L’affaire Daddah ne s’arrête pas là, l’épouse du père de la Nation qui dispose d’un passeport mauritanien est aussi française car elle n’a jamais été déchue de sa nationalité alors si on doit expulser son fils ou le mettre aux arrêts, on devrait aussi s’en prendre à elle et à tous ceux qui disposent par droit du sang d’une autre nationalité.
 
Certains courageux ne se sont pas fait prier pour dire haut et fort qu’ils ont deux passeports, ainsi, toujours chez les Daddah suite à mon premier article sur cette affaire, Amel sur Facebook annonce publiquement qu’elle possède deux passeports : « mon très cher AZeddine Ould Daddah, si c'est vrai, j'annonce que je détiens deux passeports, mon mauritanien de cœur (à me demander pourquoi du haut d'un maigre aujourd'hui national) et l'autre, auquel j'ai découvert à la fin de la part française de mes études que j'avais accès sans demande (ça les faisaient tant chier, les deux frenchies de comptoir de mairie parisienne, un vrai plaisir.. "vous fournissez deux photos et votre extrait d'acte de naissance..." - j'ai fini par le faire pour obtenir le passe-frontière, deux ans après, ma citoyenneté elle demeurait fidèle à la RIM de rien, l'est resté à ce jour aphone...) ...oui, si c'est vrai Az je jette le mien au feu. A vrai dire ça tomberait presque bien, pays de très grave merde. J'ai donné mon immense et beau cœur, toute sa force inébranlable, toute sa foi triple ninja, et toi Mauritanie, toi.... »
 
On ne saurait que se féliciter d’un tel courage mais nous n’invitons personne à faire ce genre de magnifique suicide potentiel face à un pouvoir féroce qui saura prendre les mesures nécessaires pour l’exemple.
 
Nous demandons aussi à toutes les chancelleries qui reconnaissent la double nationalité de faciliter la vie aux malheureux métis persécutés en leur délivrant des visas de circulation très longs afin qu’ils voyagent sans souci le temps que l’Etat mauritanien mette en place sa mesure digne de la Gestapo pour chasser ceux qui sont enrôlés alors qu’ils disposent d’une autre nationalité or c’est un crime là encore car si ces gens ont été enrôlés c’est qu’ils en ont  le droit, les désenrôler ensuite est un acte tyrannique qui prouve une haine raciste contre les métis et jalouse de celles et ceux qui vivent à l'étranger en disposant d'une double nationalité...

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires