Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Palme d’or : le croco Abderrahmane Sissako remporte la part du lion !


A.O.S.A
Dimanche 18 Mai 2014 - 03:27


Palme d’or : le croco Abderrahmane Sissako remporte la part du lion !
Qui l’eût cru ?  Seul le festival de Cannes peut créer de pareil conte de fées où le légume devient carrosse ! De Bamako à Nouakchott on se dispute le métis ! Mais finalement quel formidable cadeau au Mali qu’un enfant pareil surtout qu’il paraît que la Mauritanie lui a coupé sa bourse jadis quand il était allé faire ses études en URSS. Un de ses amis raconte d’ailleurs que jusqu’en 2000, il avait tous les problèmes du monde pour avoir des papiers mauritaniens comme tous les métis de Mauritanie qui n’ont pas le bras long. 
 
Tout cela est du passé ! Quant à ceux, toujours cherchant la petite bête immonde, qui se plaignent que ce film n’a rien à voir avec la mauritanie, qu’ils sachent que c’est tourné en Mauritanie à Oualata, la petite sœur de Timbuktu comme dit le métis qui aurait échappé à la Mauritanie sans les chasseurs de tête de la présidence. Vive Aziz ! Vive El Mourabitoun Aberrahmane Croucoudil !
 
Machallah, il y a des gens qui naissent sous la bonne étoile et qui finissent sur la tapis rouge de leur art, là où aucun africain n’a jamais brillé avant eux et ne risquera pas de briller avant longtemps à ce rythme du génie car la générosité a des limites. On aura beau dire ce qu’on veut sur la qualité présumée de l’œuvre,  le timing, le paternalisme de Cannes face à un sujet où brille la victoire de la France face à l’islamisme dans un pays frère et ami, des ressortissants de la goutte d’or, quasiment condamné à l’islamisme barbare, reste que ce prix exceptionnel est un formidable cadeau pour l’éternité qui fait bondir de fierté toute l’Afrique, là où l'Europe est déjà blasée. 
 
La presse est unanime sauf, l’exception qui confirme la règle, Télérama, un peu aigri certainement car il faut bien des petites mauvaises langues comme de tout pour faire un monde, qui  parle d’un « Sissako emporté par sa thèse » :
 
« C'est un film à thèse. Dans un film à thèse, seule la thèse importe. Et celle d'Abderrahmane Sissako est irréprochable : fustiger l'extrémisme djihadiste... Le film à thèse nécessite une force de persuasion qui peut, parfois, aller jusqu'au simplisme : il faut abattre l'adversaire par tous les moyens, l'efficacité doit l'emporter sur la finesse. Du courage, oui, de la délicatesse, pas forcément... »
 
C’est acide presque perfide mais il  faut faire et laisser dire… 
 
Abderrahmane Sissako le crocodile de Nouakchott cloue le bec ainsi à tous les braillards qui lui reprochent son œil sec de conseiller, son affairisme présumé sans foi ni loi car on ne gagne pas la palme d’or par hasard et chaque scène somptueuse de ce film en or le démontre parfaitement. Le génie sournois surprend partout et éclate là où on l'attend le moins. Quelle claque ! La scène du poisson épouvantable, celle du ballon imaginaire quelle idée magnifique, et soudain la violence gratuite filmée avec pudeur mais sans concession. A part ça, il y a le reste. Ne partez pas ! 
 
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires