Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Oumar Ball et "L'autre Monde"


Culture
Dimanche 29 Avril 2012 - 13:10

Il les appelle aussi ses « voisins », ces animaux domestiques qui partagent son environnement depuis son enfance. Leur beauté l'a toujours fasciné et il a voulu la montrer à travers son travail en utilisant des techniques nombreuses : peinture acrylique, aquarelle, encre, fil de fer, terre, dans ses carnets de dessins et sur ses toiles. Découvrez à travers tout un ensemble de dessins le travail et la démarche d’un artiste dans la représentation et l’expression du monde animal.
A l’occasion du vernissage, rencontrez Oumar Ball et Patrick Froissart pour la présentation du livre Nouakchott la Belle (2012).


OUMAR BALL

Oumar Ball et "L'autre Monde"
Oumar Ball est né en 1985 à Bababé dans la région du fleuve Sénégal, au Sud de la Mauritanie. Il y a vécu jusqu'à l'âge de 12 ans, puis sa famille est partie s'installer dans la capitale, à Nouakchott. Très jeune, il a ressenti l'envie de peindre comme son père, photographe au village et peintre à ses heures. Il développe des talents pour les arts plastiques et s'essaye au figuratif, à l'abstrait en peinture mais aussi à la sculpture. Ses thèmes de prédilection sont et restent la vie au village, les scènes pastorales, la vie agricole, le travail des hommes et des femmes, la danse, et les animaux très présents dans le quotidien. «Je veux témoigner d'une vie simple qui tend à disparaître et de sa beauté, de la paix de ceux qui vivent modestement, mais dans l'harmonie de la nature. Je veux montrer aussi que l'Afrique, ce n'est pas que la misère, la destruction et la guerre. »

Ses techniques se diversifient : huile, aquarelle, encre, argile délayée, papier mâché. Il cherche toujours à exprimer «sa nouveauté». Oumar Ball a été remarqué au cours de plusieurs expositions au l’Institut français de Mauritanie, puis plusieurs fois invité en Europe : Blaye, Talence, Cesson en France mais aussi Ségovie en Espagne. Des moments importants, des rencontres et des échanges fructueux avec de jeunes artistes comme lui, la découverte de nouvelles techniques. Il regrette que dans son pays, l'art reste une préoccupation mineure «la peinture y est peu reconnue car mal connue», déplore-t-il, «il n'y a pas d'éducation artistique dans nos écoles. Les Mauritaniens sont souvent démunis face à un tableau».

Oumar quitte régulièrement Nouakchott pour aller dans son village natal. «J'y retrouve une partie de ma famille et mes racines, même si je sais que ma vie est à la ville maintenant. Je veux montrer ce que je capte dans la brousse, sa beauté simple, son humanité». Les femmes ont une place à part dans son travail. «Elles sont tellement présentes, le pilier de nos vies, on peut dire. Les hommes ne sont que des accompagnateurs».

OUMAR BALL OU UN PEUL EN LIBERTÉ

Oumar Ball et "L'autre Monde"
« La Mauritanie, ce ne sont pas seulement les dunes du Sahara, ce sont aussi les rives fertiles du fleuve Sénégal, où commence l’Afrique noire. C’est son mélange depuis des siècles avec les Berbères et les Arabes qui a donné naissance à ce pays métis, aux confins du Maghreb et de l’ancien Soudan. Et c’est de là que vient l’un des peintres les plus africains de Nouakchott, le peul Oumar Ball. Artiste surdoué, il est à 24 ans reconnu comme l’égal des peintres mauritaniens de la première génération, celle des années 1960. Dès l’enfance, comme il s’exprime difficilement par la parole, ses mains ont trouvé les matières qui parleraient pour lui, et à 9 ans, il commence à sculpter.

Encouragé et formé par son père Issa, peintre et photographe, il progresse rapidement, et à 15 ans aborde la peinture. Puis l’élève dépasse le maître, et se voit proposer des expositions dans la capitale. Il rencontre une clientèle, la plupart du temps étrangère, admirative d’un talent si jeune, et si mûr. D’une grande curiosité, il se livre à de constantes recherches entre figuration et abstraction, entre la tradition africaine et ce qu’il entrevoit de l’art occidental. Son travail le mène dans de multiples directions, mais tout en cherchant sa voie, il reste sûr de son trait et de ses couleurs. Au fil des années, émergent de cette profusion créative les contours d’un style, les obsessions d’une personnalité. On assiste au retour de personnages aux membres filiformes, aux doigts interminables et arachnéens, qui portent les couleurs pures et lumineuses de l’Afrique. Si les figures féminines dominent, évoquées sous le visage de la maternité, surgissent aussi de jeunes garçons solitaires, et abandonnés, qui évoquent les enfants de la rue à Nouakchott.

Au-delà des expériences stylistiques, son œuvre reste imprégnée de l’univers peul, avec ses costumes, ses parures, ses villages, ses pêcheurs et ses gardiens de troupeaux. Comme si, vivant dans un faubourg de Nouakchott à l’urbanisation de tôle et de béton, Oumar habitait en réalité une brousse intérieure, une Afrique pastorale aux symboles intemporels. Celle où tous les corps sont élancés et longilignes, et où la noblesse d’un peuple nomade s’exprime jusque dans le drapé d’un boubou, ou la fierté d’une poitrine au soleil. Dans la tendance figurative de son œuvre, le corps est très présent : sur ses toiles comme dans ses sculptures, il expose sa vérité, et sa beauté. Bien qu’il vive sur une terre musulmane très pudibonde, Oumar est profondément ancré dans l’esprit africain, et ne craint pas de représenter la nudité. Il suit les pas de son aîné, le peul sénégalais Ousmane Sow, qui n’hésite pas à sculpter le corps nu, faisant passer la statuaire africaine de la tradition animiste à la modernité. Et lorsqu’il transcrit son univers dans le langage de l’abstraction, il fait preuve d’une liberté plus grande encore: ses motifs habituels se fondent alors en teintes de terres, de sable et de soleil, emportés dans un tourbillon de couleur où les pigments semblent pris d’une nébuleuse folie. Plus que tout autre artiste mauritanien, il utilise les multiples supports qui lui tombent sous la main ; des fils de fer et du papier mâché font une sculpture, des bidons de plastiques deviennent des oiseaux et des mobiles, des vieux tee-shirts font office de toile.

Pour donner à ses tableaux un relief qui accroche la lumière, il mêle à l’acrylique des débris de coquillages, du sable de mer, ou de la terre des pistes où sont passés les troupeaux. Même ses carnets de croquis regorgent d’œuvres en puissance. Bien rangés dans ses cartons, ses dessins à l’encre présentent un condensé de son univers ; on y voit des villages à l’horizon habité par la silhouette d’un unique baobab, les rives du fleuve ponctuées d’élégantes pirogues, des musiciens en transe, des potières rêvant sur leurs vases. C’est également sur ce support que s’affine le regard d’Oumar sur les animaux familiers de la brousse, comme les grands zébus aux cornes en lyre, devenus fins et légers comme des danseurs, ou les chèvres maussades, tortueuses et sèches comme de vieux branchages. Ce monde pastoral, ces bergers peuls qui hantent sa mémoire, Oumar est désormais régulièrement invité à les emmener avec lui en Europe, où ses expositions et ses ateliers rencontrent toujours le succès.

Fort de cet univers qu’il transporte avec lui, Oumar n’est nulle part un étranger. En France comme en Espagne, il est accueilli en ami. Car ceux qui le connaissent et aiment ses tableaux savent qu’entre la beauté de la toile et le sourire du jeune peintre, il n’y a pas de distance, pas de frontière : à travers ses visions et ses souvenirs, c’est bien lui-même qu’il ne cesse de représenter. »

Jean-Louis Chambon

www.institutfrancais-mauritanie.com


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires