Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

On n’y croyait plus ! Nous avons fini par les trouver in extremis…


A.O.S.A
Mercredi 5 Novembre 2014 - 04:28


On n’y croyait plus ! Nous avons fini par les trouver in extremis…
Visiter un campus d’étudiants en journalisme sans les voir malgré un lunch et une réception prévus à cet effet : ça, nous l’avons fait. Nous pensions qu’ils n’allaient pas nous échapper aujourd’hui en allant visiter le siège du journal étudiant « The Red and Black » : incroyable aventure qui fit que ce journal vit en totale indépendance financière grâce aux publicités et tire à 10.000 exemplaires par semaine en plus du quotidien en ligne.

Eh ! bien,  arrivés sur place, quelle ne fut pas notre surprise de voir les locaux vides… Toutes les salles vides ! Du service de com à celle de la rédaction. Pas âme qui vive, étudiants volatilisés… Il y avait pour nous accueillir qu’une femme et nous avons trouvé à chaque étage une autre en plus de celle de l’accueil, soit en tout 4 femmes dans tout le bâtiment à étage. Tous les autres étaient on ne sait où…

On a voulu poser la question mais à quoi bon vu qu’il semblait clair que l’opération quarantaine se poursuivait… Comment imaginer qu’il n’y ait personne sachant qu’une délégation de journalistes africains allait passer et cela était prévu de longue date ? Comme à l’université dans la salle de réunion et lors de la réception, les mêmes causes produisant les mêmes effets : personne ou presque…

C’était tellement flagrant que je n’ai posé aucune question attendant la fin de la visite  dans ce bâtiment vide pour  partir au plus vite. En vérité, si à l’université, notre délégation n’a pas déplacé les foules, là les étudiants fantômes avaient l’excuse des élections... Peut-être que toute la compagnie était partie en reportage…

Reste que c’est un journal géré de façon étonnante après avoir échappé de justesse à la faillite. Une équipe de managers  éclairés a pris les bonnes décisions, fait les économies qu’il fallait : bilan aujourd’hui le bâtiment appartient au journal étudiant où travaillent une centaine de personnes dont 5 à temps plein pour des postes que ne peuvent pas occuper des étudiants.

Cela fonctionne apparemment à merveille. Chez nous, aucun journal ne peut prétendre à ce tirage, dix fois supérieur à celui de nos plus illustres hebdos. Quant aux locaux, comme les équipements du campus notamment l’incroyable salle de sport héritée des jeux d’Atlanta quand certaines délégations voulaient être logées et s’entraîner loin de la pollution, ça laisse rêveur surtout pour une université publique... Faut le voir pour le croire ! J’aimerais vraiment redevenir étudiant…

De là, nous étions censés aller couvrir les élections mais apparemment le programme annoncé était allé vite en besogne juste à cause d’un problème de timing car les bureaux de vote à 18H
commençaient à peine à fermer ici et là. C’est dommage, c’eût été une expérience formidable. Peut-être que l’année prochaine, cela sera possible pour d’autres. C’est tout ce que nous leur souhaitons.

 
Quant à nous, nous avons déjà vécu mille expériences formidables, on s’en remettra. La journée ne s’est tout de même pas terminée sur cette déception. Bien au contraire ! Nous avons enfin pu mettre l’œil sur quelques étudiants en journalisme qui étaient en pleine action dans la télé du Grady Collège.

Au détour d’une porte, voilà qu’on tombe sur ces jeunes frimousses toutes pleines d’énergie et déjà assez sûres d’elles pour être dignes de présenter une émission sur CNN. C’est un véritable laboratoire pour préparer les étudiants à leur métier. Ils sont seuls maîtres à bord mais après chaque journal, une séance de commentaires pour critiquer le travail se fait en live comme dans le journal The Red and Black après chaque parution, des conseillers discutent du travail publié mais pas avant.

Pour nous présenter les lieux et l’expérience du laboratoire, un personnage détonant, plein d’énergie, le regard brillant de passion pour son métier. Il est le père de ce labo, allant jusqu’à élaborer les logiciels qui servent sur place, ingénieur de son état avant d’être journaliste, le professeur David Hazinski  a eu plusieurs vies avant d’être journaliste et s’occuper de ce projet comme bien d’autres dans les pays en développement pour promouvoir les talents locaux.

lire la suite...
chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires