Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

On m’avait pourtant prévenu…


A.O.S.A
Vendredi 27 Mars 2015 - 01:48


On m’avait pourtant prévenu…

Hier soir, je reçois un mot de la chercheuse me remerciant pour mon article à propos de son essai mais en se plaignant du titre qu’elle n’aime pas trop. Je lui ai rappelé que le titre n’engage que moi vu que c’est nécessaire pour augmenter l’audience de ce genre de papier sinon il aurait le succès des articles savants qui n’intéressent personne sinon le cercle des initiés. 


En la félicitant d’avoir dit les choses comme il faut à propos de la démission des chercheurs, je l’ai prévenue qu’elle risquait de recevoir en retour une volée de bois vert, rançon du succès… La pauvre a dû avoir très peur, puisque il y a quelques années, un serpent de la secte a écrit un papier à propos de son génie avec pour titre «  l’horreur anthropologique » qu’elle semble n’avoir pas encore avalé.


Du coup, ce matin de bonne heure, elle m’envoie une tartine hystérique, me demandant de retirer avant midi le titre pour lui éviter le travail d’une mise au point à ce sujet.


J'ai répondu que le titre n’engageait que moi vu que j’ai précisé qu’il n’était pas d’elle, je n’ai donc aucun compte à rendre à ce sujet vu que ses propos ont été délivrés tels quels sans aucun montage ni déformation, le tout agrémenté d’un lien renvoyant au texte complet. De plus, je n’ai aucune leçon de déontologie à recevoir d’elle qui m’encourage quand je republie le texte de maître Alice Bullard, qu’elle Dr Mariella a fait retirer de tous les sites au nom d’Alice qui lui reproche d’avoir fait publier ses mots sans son autorisation ; ce que notre anthropologue engagée dément en bloc ce qui ne l'empêche pas de demander d'une part le retrait de l'article qu'elle avait envoyé aux webmasters au nom Alice et de l'autre elle m'encourage quand je republie le texte, en prenant contact avec Alice alors à Dakar pour un entretien avant son départ aux USA afin qu’on sache pourquoi elle a demandé le retrait de son article. 


J’ai écris à Alice pour m’excuser car je n’ai actuellement pas le temps d’un entretien mais je l’ai priée de répondre juste à une question à savoir pourquoi exactement a-t-elle demandé qu’on retire son article. J’ai rajouté que le mieux serait qu’elle écrive un autre article aussi fameux que le premier retiré pour nous dire ce que devient Ould Mkheitir et où en sont les avocats avec la terreur. Alice n’a jamais répondu.  Peut-être qu’elle s’est vexée que je n'ai pas pris le temps de l’appeler pour l’entretien.


Mille excuses, je n’ai pas que ça à faire.


J’ai donc invité, de bonne heure, Mariella à écrire sa mise au point que je publierai en rentrant à 20H accompagnée de la mienne. Depuis, aucune réponse jusqu’à ce soir. Je reçois à l’instant du directeur de noorinfo un lien vers la mise au point que Mariella lui a envoyée sans me prévenir comme si j’allais la censurer, moi qui lui ai donné, il y a quelques semaines, les coordonnées de ce monsieur de sorte à traiter directement avec lui pour ses futures publications.


On m’avait prévenu à propos de Mariella sans me dire l’essentiel : c’est une brave femme qui a été marginalisée par un groupe d’anthropologues mauritaniens et pas des moindres pour des raisons discutables et souvent injustifiées autrement que par le caractère indomptable de la dame.

Je mets sa mise au point sur le compte de la terreur car le milieu anthropologique comme tous les milieux est capable de tuer quelqu’un rien que par la calomnie ou la critique malsaine pleine d’humour vu qu’avec les mots on peut à peu près tout faire, la loi du nombre faisant le reste en achevant la victime qui refuse de suivre le troupeau fût-il de savants.

chezvlane


              

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires