Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Omnipotence d'une élite d'impunis : Non, les Mauritaniens ne sont pas égaux devant la loi !


Tribunes
Lundi 11 Février 2013 - 10:37

Jamais dans l’histoire de la Mauritanie, un pays qui en a connu pourtant des dictatures, des actes tels que ceux constatés aujourd’hui n’ont eu cette forme aussi crue d’arrogance. La loi et la Constitution sont régulièrement piétinées, par ceux-là même qui sont sensés les respecter et les faire respecter. Entre des administrateurs qui se taillent de petites républiques bananières, au grand dam de leurs administrés, d’anciens ministres qui cabossent les biens d’autrui et s’attaquent aux journalistes dans l’exercice de leur fonction et des agents des forces de l’ordre qui leur prêtent main forte au nom d’on ne sait quelle divinité, la Mauritanie glisse lentement mais sûrement vers l’oligarchie. C’est comme si la transition de 2005 et la chute de Ould Taya, n’étaient qu’une petite parenthèse, une petite erreur de l’histoire, un grain de sable venu s’incruster dans les mailles du système et qu’il fallait vite enlever, afin que l’ondée des années 78 puissent recouler en toute quiétude.


Omnipotence d'une élite d'impunis : Non, les Mauritaniens ne sont pas égaux devant la loi !
Les abus de pouvoir et les passe-droits se sont en effet amplifiés, à l’ombre d’un pouvoir politique qui fonctionne selon des règles contraire à toute forme républicaine. L’affaire de Mauritanie Airways est en train en effet de prendre le corps d’un règlement de compte dont l’ambition est de détruire un empire économique, même s’il faudra pour cela sacrifier au passage le gagne-pain de plusieurs centaines de citoyens, déstabiliser l’économie nationale et horrifier des investisseurs potentiels.

Avec cette facilité de faire et de défaire les riches, le régime en place offre aux observateurs de la scène politique, économique et sociale de la Mauritanie, cette impression de déjà-vu. Dans ce cas de figure où la justice, le fisc et l’institution monétaire ont tous été instrumentalisés pour abattre un magnat de l’économie nationale, en emportant au passage ses proches collaborateurs, l’inquiétude s’installe à l’orée d’un pouvoir en dérive. Si déjà au sommet de la hiérarchie du pays, les lois et la Constitution sont piétinées avec une telle désinvolture, que dire alors des roitelets qui végètent sous son ombre.

Selon le site Tawary, l’ancien ministre des pêches et Directeur général de Mauritanie Airlines, Hassana Ould Ely aurait ainsi, lundi dernier, tamponné une voiture près du Rond Point Ould Mah. Il décide de ne pas s’arrêter. Alors qu’il tentait de prendre la fuite, selon le site, un journaliste de Taqadoumy immortalise la scène. Furieux, il s’en serait pris au journaliste, aidé par trois autres personnes qui se trouvaient dans sa voiture. N’ayant pas pu arracher l’appareil photo des mains du paparazzi, il aurait sollicité le renfort d’agents de police qui se sont jetés sur le pauvre, lui intimant l’ordre d’effacer les images.

Après quoi, Hassane Ould Ely et ses passagers auraient quitté les lieux, laissant sur place, le pauvre automobiliste, sans qu’un constat dans les formes n’ait été diligenté. Pire, l’infortuné a été sommé de dégager sa bagnole sous peine d’être mise à la fourrière.

A Toujounine, c’est une royauté en dehors de l’Univers qui a été installé, avec un préfet superpuissant, dont ni les marches de protestation des populations, ni leur sit-in devant les grilles de la présidence, n’a réussi à ébranler le socle. En effet, ce préfet serait en train de se bâtir une mauvaise réputation, accusée de brader les terrains à son profit et ceux de sa parenté ou des potentats du pays, n’hésitant pas à mater la moindre résistance.

Le nombre d’éplorés, victimes de son diktat ne cesse de grossir de jour en jour. Transformés en damnés de la terre, ils ont élu domicile devant la présidence de la République depuis des mois, mais sans que leur malheur n’ait trouvé oreille attentive.

D’autres roitelets sévissent dans d’autres coins du pays, dans d’autres structures de la République, semant sur leur passage des injustices d’une ampleur inédite. Et la Mauritanie se perd ainsi entre le dictat d’un potentat à l’échelle nationale et de petites dictatures locales.

JOB
Pour l'authentique
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter