Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs


Actu Mauritanie
Jeudi 16 Janvier 2014 - 14:03

Alors que la crédibilité du régime du Président des Pauvres est déjà largement entamée par la multiplication des affaires.d'enrichissement illicite le concernant (lui et son clan) depuis son accession au pouvoir, un blog apparu récemment démonte pièce par pièce le système Aziz et ses mécanismes bien huilés..


Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Nous sommes un groupe de cadres spécialisés, installés, pour certains, dans les rouages de l’État mauritanien et pour d'autres résidents à l'étranger où nous exerçons au sein d'organismes internationaux. Nous avons décidé, à l'instar de nombre d'acteurs sociaux dans les pays comparables au  nôtre, de nous attaquer frontalement à la corruption, aux biens et avoirs mal acquis et à toutes les formes d'enrichissement illicite dont se rendent coupables nos dirigeants.
 
Dans le cas particulier de notre pays, la Mauritanie, nous avons découvert, avec horreur, que Mohamed Ould Abdel Aziz est en passe d'installer autour de sa personne et aux seuls profits de cette dernière un système de détournement d'une rare efficacité. Nous nous proposons ici de commencer à en démonter les mécanismes en attendant de constituer les dossiers nécessaires pour le traduire devant les tribunaux internationaux compétents.

En fait, en guise de réduction de la gabegie et du détournement des deniers publics, Mohamed Ould Abdel Aizi en a considérablement augmenté les volumes. Certes, l'augmentation du volume des détournements c'est  accompagnée d'une réduction de son assise et du nombres de ses bénéficiaires qui se comptent sur les doigts de deux mains et qui sont tous dans l'entourage familial immédiat du chef de l’État, comme nous le verrons.
Pour commencer, voici le dispositif que Mohamed Ould ABdel Aziz a mis en place pour transformer les ressources de l’État mauritanien en une gigantesque entreprise familiale tournant à plein régime au seul bénéfice de la personne présidentielle.
 
Pour introduire ce premier document, nous donnons ici quelques clés de lecture pour comprendre le fonctionnement du système.
 
 Depuis la prise de pouvoir de la part de Mohamed Ould Abdel Aziz (août 2005 puis août 2008), les impôts directs et indirects, les taxes douanières, les redevances et autres prélèvements obligatoires ont commencé à couler à flot dans les caisses de l’État. C'est, de l'avis de tous, la grande réalisation de Ould Abdel Aziz que de mettre l'Administration au service de l’État. Mais à regarder de plus près, on se rend compte que Aziz a surtout mis l’État au service de Aziz et voici comment:
 
 a- Tous les contribuables sont désormais obligés de payer l'impôt et notamment l'impôt sur les sociétés, sauf un groupe restreint d'entreprises et d'intermédiaires liés au cercle rapproché du Président. Ainsi, les rentrées augmentent, les caisses de l’État se garnissent mais c'est Aziz qui s'enrichit;
 
 b- Une fois l'argent des contribuables encaissé, une multitude de projet sont annoncés, des investissements sont lancés, des "inaugurations" sont organisées. Le gouvernement annonce, à grand renfort de publicité, le financement de nombreuses réalisations sur le budget de l’État. Des routes, des aéroports, des villes nouvelles... sont "inaugurées" (très curieusement, on confond souvent en Mauritanie, "inauguration" et "coup d'envoi") . Mais, comme par hasard, les marchés tombent toujours, directement ou indirectement, dans les escarcelles d'entreprises ou d'intermédiaires liés au cercle rapproché du Président. L’État redore son blason, le citoyen voit que ses impôts sont affectés à des infrastructures qui pourraient lui servir. Ainsi  l’État dépense son argent et c'est Aziz qui s'enrichit;
 
c- Quelques mois après les "inaugurations" de tels projets, la réalisation de ces derniers connait, en général, une phase de léthargie suivie d'un arrêt cardiaque prolongé. Pour les relancer, les promoteurs se retournent vers l’État qui accordent, en général, de généreuses rallonges (l'exemple le plus emblématique à ce sujet est celui du Projet  du nouvel aéroport  de Nouakchott pour l'achèvement duquel la SNIM s'est vue intimer l'ordre d'accorder une rallonge de 15 milliards d'UM, soit 50 millions de dollars). Ainsi les projets redémarrent mais c'est Aziz qui s'enrichit;
 
 d- Des catastrophes naturelles sont annoncées telles une sécheresse, des inondations, une invasion de criquets pèlerins... Des centaines de milliers de tonnes de vivres, d'intrants...sont achetés. Là aussi, ce sont les mêmes entreprises et intermédiaires liés au cercle rapproché du Président qui remportent le marché de fourniture, d'acheminement et d'entretien (la fourniture et l'acheminement des produits du programme d'intervention Emel 2012 sont entièrement captés par les proches du Président). Ainsi, l’État vole au secours des populations sinistrées, combat les prédateurs, approvisionne les agriculteurs mais c'est Aziz qui s'enrichit.
 
Ce sont ces mécanismes d'enrichissement continus et multiformes que nous voudrions mettre lumière.

Notre démarche s'articulera autour de trois axes:
 
Ø  la mise à nu systématique des inter-relations et des connections entre les maillons de la chaîne de détournement (qui fait quoi avec qui?) et de collection de biens mal acquis; Une campagne internationale sera lancée pour le recensement et la restitution de ces biens et avoirs;
 
Ø  la divulgation des affaires les plus emblématiques dans lesquelles trempent ou ont trempé les segments de cette chaîne;
 
Ø  l'inscription de telles investigations dans le cadre d'une démarche judiciaire à l'échelon national et international, profitant, à ce propos, de la jurisprudence des affaires des "biens mal acquis" (clan Sassou Nguesso, Bongo...) et celle l’ancien chef de la marine de la Guinée-Bissau, José Americo Bubo Na Tchuto, arrêté par les Marines américains pour trafic de cocaïne dans les eaux internationales de l’Atlantique.
 
Comme s'est le cas de tous les clans au pouvoir en Afrique, le système s'articule autour de deux axes, celui du Président et celui de son épouse sans que l'étanchéité ne soit parfaite entre les deux. Dans le cas de la Mauritanie, un événement tragique avait aidé à souder le clan, il s'agit de l'affaire du "Tir ami" qui avait failli emporter le Président un 13 octobre 2013. Il semble que l'influence de la Première dame sur son mari de président avait connu, à cette occasion, une montée en puissance sans précédent. La période de soins, d'incertitude puis de convalescence fut, pour Tekeyber, l'occasion de remettre le grappin sur un Ould Abdel Aziz proie à la peur, à la maladie, au doute et aux risques de renversement. Les Marabouts de la Première dame (Cheikh Rida, Yaye Diow, notamment) n'ont pas chômé ces jours là, ni à Paris, ni en Mauritanie. Ould Abdel Aziz s'est trouvé, pendant cette période, entouré de son épouse, son fils (Ahmed) et de son beau-frère (mari de la sœur de Tekeyber) et ambassadeur de la Mauritanie à Paris, Med Mahmoud Ould Brahim Khlil.  D'ailleurs, depuis cette période de soins, le clan a élu domicile dans la capitale française où les acquisitions immobilières de la Première dames se multiplient  par le truchement de l'Ambassadeur et sous  la surveillance directe du fils (on y reviendra).
 
En attendant, nous livrons ici une galerie de portraits des principaux éléments de la chaîne de détournement systématique articulée autour de Mohamed Ould ABdel Aziz. Il s'agit d'une poignée de personnes sans envergure. Nous indiquerons, pour chacune d'entre, sa situation connue avant le coup d'Etat de 2005 qui porta Aziz au pouvoir et depuis ce coup d'Etat. Au lecteur de comparer et d'en tirer les conclusions.

Pour la suite de notre travail, nous lançons un appel solennel à tous les Mauritaniens et Mauritaniennes, où qu'ils se trouvent, pour qu'ils nous rejoignent dans ce combat pour la restitution des biens mauritaniens mal acquis.

Nous mettons cet e-mail (obama.rim@gmail.com) à la disposition de tous pour nous communiquer tout élément utile pour étoffer les dossiers de poursuites pénales que nous comptons engager. Nous recouperons les sources et garantissons discrétion et honnêteté dans le traitement des données que nous recevrons par ce canal.

Mohamed Ould Abdel Aziz

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
55-56 ans, Marié, 3 garçons, 25, 23 et 13 ans, et 3 filles dont l'une a épousé le fameux Ould Mssabouh, dont le recrutement à la SNIM, par ordre de son beau-père est désormais mémorable (test VIP). La famille compte un frère, petit homme d'affaires sans envergure, 3 sœurs dont l'une est l'épouse d'un colonel, chef du Bureau d’Études et de Documentation (BED) de l'Armée. Le père est  éleveur de caprins, quelque peu simplet.
 
 Avant le coup d'Etat de 2005:
 
Ould Abdel Aziz vivait de son traitement de chef du Bataillon de Sécurité de la Présidence (BASEP) à l'ombre et au service de son mentor Ould Taya qu'il trahira, sans état d'âme, par la suite.

Depuis le coup d'Etat:
 
 Aziz a amassé une fortune incommensurable sur laquelle veillent les éléments de la chaîne d'intermédiaires qu'il a personnellement et méticuleusement sélectionnés.
------------------------------------------------------------------------------------------

Tekeyber Mint Maalainine

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Tekeyber Mint Maalainine Ould Nour, épouse Med Ould Abdel Aziz. Son père est de Nationalité marocaine.

Avant le coup d'Etat de 2005:
 
 Propriétaires de bains publics (Hammam) au Ksar. Cette dame était utilisée par l'ex-première dame de Ould Taya, Mint Tolba, comme agent de protocole.
 
 Depuis le coup d'Etat de 2005:
 
 Tekeyber a tissé sa toile. Son frère, Cheikh Ennema, est le Directeur de la lucrative Société du Bac de Rosso. Sa sœur (épouse du Sénateur d'Awjeft, Yahya Ould Abdel Ghahar, Avocat attitré de nombreuses grandes entreprises publiques) est la belle-mère de l'actuel ambassadeur de Mauritanie à Paris, Med Mahmoud Ould Brahim Khlil, homme à tout faire de Aziz.

Elle serait à la tête d'un empire immobilier qui ne cesse de s'étendre à Paris et au Maroc. Elle aurait des comptes bancaires à Dubai. Elle pratique le trafic d'influence à grande échelle et en tire des dividendes considérables qui viennent s'ajouter à sa richesse colossale. Le train de vie de la Première dame mauritanienne en dit long sur l'origine de ces ressources (longs séjours en France, au Maroc et dans le Golf avec serviteurs, enfants et belle famille).

Sidi Med et Bahaye Ould Ghadda

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Les deux frères Ghadda (Bahaye et Sidi Mohamed) sont cousins de Med Ould Abdel Aziz.
 
Avant le coup d'Etat de 2005:
 
Importateurs de produits alimentaires de première nécessité, les deux frères gagnaient honnêtement leur vie  grâce aux circuits commerciaux du richissime homme d'affaires Noueigued.

Depuis le coup d'Etat de 2005:
             
 Ces deux là, et particulièrement Sidi Mohamed, ont vu leur fortune exploser. Jugez plutôt:
 
Ils ont le monopole de l'importation des produits de l'agroalimentaire. Ce sont eux qui fournissent, de façon exclusive,  le juteux programme Emel 2012 (programme lancé pour amortir les effets de la grande sécheresse de 2011-2012) et le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA). Ils possèdent une entreprise de travaux publics (Entreprise Mauritanienne de Construction) qui s'est vu attribuer les marchés des routes de Fdeirick-Choum, Kankossa-Kiffa ainsi que les voiries de la ville de Nouakchott. En plus de cette entreprise, il possèdent une banque, une télévision (TV Sahel).

Ils sont exonérés de la plupart des droits de douanes (facilités douanières). Ils sont présents dans le secteur minier (viennent de revendre un permis de recherche pour une valeur de 6 millions d'euros). Ils sont présents dans le projet Guelb II dont ils viennent d'obtenir le retard du lancement pour satisfaire aux exigences d'une société espagnole dont ils sont les intermédiaires. Ils ont un accès privilégié aux devises de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM). Enfin, ils usent et abusent du trafic d'influence grâce à leur proximité du Chef de l’État.

Feil Ould Lahah

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Feil Ould Lahah est un cousin de  Mohamed Ould Abdel Aziz (du côté de sa mère).
 
Avant le coup d'Etat 2005:
 
Obscur agent transitaire
 
Depuis le coup d'Etat de 2005:
 
 Ould Lehah investit dans tous les secteurs les plus porteurs de l'économie du pays. Pour commencer, ils acquiert un réseau de distribution des hydrocarbures constitué d'une constellation de stations services opérant sous la marque "Nationale Pétrolière" (NP "Notre Président", pour certains); Il investit dans l'assurance avec Wafa Assurance. Il est actionnaire fondateur de la nouvelle banque dite "Banque des jeunes".

Il acquiert le monopôle de la location d'engins et autre camions à l'ATTM (Assainissement, Travaux, Transport et Maintenance). Il devient le principal fournisseur de camions et engins de Tasiast (Mine d'or). Il est spécialisé en trafic d'influence au près de la douane et du ministère de l'équipement. 

Mohamed Abdallahi Ould Iyahi

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Un autre cousin de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Avant le coup d’État de 2005:

Cet ancien Commissaire à l'investissement sous le gouvernement de SIDIOCA, était déjà un homme d'affaires présent dans le secteur de la pêche.
 
Depuis le coup d’État de 2005:

Ould Iyah est l'homme du Président chargé des montages aux rétro commissions juteuses et des conventions peu regardantes de l'intérêt du pays, de ses ressources et de ses habitants. Il est, par exemple, l'artisan de la très controversée convention de pêche passée entre l’État mauritanien et l'entreprise chinoise  Poly Hondong Pelagic Fishe.

Il est aussi à l'origine d'une mirobolante transaction passé avec l'entreprise minière Tasiast. Dans cette affaire, Ould Iyahi achète un terrain à Monsieur Taki Ould Salimou à 15 millions d'UM. Il revend ce terrain à Tasiast à la bagatelle de 2 millions de dollars américains (soit 570 millions d'UM). Comme pour le remercier pour avoir réalisé une plus value de cette nature sur son dos, Tasiast octroie à Ould Iyah le contrat de construction (pour le compte de la société chinoise COVEC), sur ce même terrain, d'un immeuble que l'homme du Président louera, très cher, à l'entreprise minière pour en faire son siège social à Nouakchott.
------------------------------------------------------------------------------------------

Sidi Mohamed Ould Bouh

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Encore un cousin de Mohamed Ould Abdel Aziz.
 
Avant le coup d’État 2005:
 
Facilitateur des opérations de fret pour les voyageurs des vols Casablanca-Nouakchott. Il récupérait les droits à bagages non utilisés et en faisait un petit trafic au sein de l'aérogare de l'aéroport Mohamed V. Il se livrait aussi aux trafic de devises.
 
Depuis le coup d’État de 2005:
 
Convoyeur de fonds au bénéfice de la Première dame (dans ces milieux, les "ceintures" de Ould Bouh sont bien connues...notamment sur le vol Nouakchott-Dubai). Ould Bouh investit au Maroc dans l'immobilier ainsi qu'à Dubai. A Nouakchott, il est le représentant exclusif  du camionneur IVECO. Il est aussi le fournisseur privilégié de la société publique de l'électricité (Somelec) en matière de câblerie et de groupes électrogènes.

Mais Ould Bouh a surtout été utilisé en politique. C'est à ce personnage que Aziz a confié la tâche d'accueillir les transfuges du Parti au pouvoir (UPR) au sein d'un parti créé pour l'occasion (Karama). Pour mieux crédibiliser l'opération, la Première dame avait reçu comme mission de se montrer le plus souvent possible au siège de ce parti. La manœuvre est liée à une loi que l'Opposition mauritanienne avait imposée à Aziz et qui interdisait les candidatures indépendantes. 

Mrabih Ould Elwely

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Encore un cousin de Mohamed Ould Abdel Aziz.
 
Avant le coup d’État 2005:
 
Mrabih était agent à l'Union des Banques de Développement (UBD) puis cadre à la Générale de Banque de Mauritanie (GBM). Il exerçait dans le domaine du transport du gaz butane.
 
Depuis le coup d’État de 2005:
 
Ould Elwely est devenu l'Administrateur Directeur Général de la nouvelle Agence Nationale du Registre des Populations et des Titres Sécurisés (ANRPTS). C'est un État dans l’État qui raquette les populations en imposant des tarifs exorbitants pour l'acquisition de documents personnels mais   surtout qui donne la main mise à Ould Abdel Aziz sur l'état civil, le fichier électoral... Ce désormais grand commis de l'Etat a gardé son activité de transporteur et l'a même développé. C'est lui qui a obtenu le marché très juteux du transport des denrées du programme Emel 2012.

Lehmer Ould Wedady

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Autre cousin de Mohamed Ould Abdel Aziz
 
Avant le coup d'Etat de 2005:
 
Ce personnage était connu surtout par la mise en banqueroute de l'entreprise Mauritanie-Leasing.
 
Depuis le coup d'Etat de 2005:
 
Ould Weddady investit dans tous les secteurs de l'économie. Dans le secteur agricole, il obtient le monopole de la fourniture d'intrants (engrais, pesticides..) ainsi que celui du décorticage. Il se lance aussi dans la construction de route et obtient le chantier de la route Atar-Tidjikja. Il obtient aussi une licence pour une télévision (Wataniya TV). 

Mouhydine Ould Ahmed Saleck, dit "Sahraoui"

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Avant le coup d'Etat de 2005:
 
Cet homme d'affaire possédait déjà l'entreprise Top Technology, ainsi que l'hôtel Khaima.
 
Après le coup d'Etat de 2005:
 
Sahraoui s'est investi dans l'intermédiation occulte entre la Première dame (Tekeyber) et ses Marabouts attitrés (Cheik Rida, notamment). Il obtient , par la suite, le rocambolesque contrat du nouvel aéroport de Nouakchott dans lequel le foncier de l'Etat mauritanien a été gracieusement et irrémédiablement dilapidé. Ainsi la "ceinture verte de Nouakchott" a-t-elle été emportée dans cette transaction et très rapidement lotie et revendue à grands frais.

Les terrains de l'actuel aéroport ainsi qu'une importante réserve foncière qui lui est attenante tombent aussi dans l'escarcelle de Sahraoui. Tout cela pour un projet de nouvel aéroport pour l'achèvement duquel Sahraoui est revenu exiger une rallonge de 15 milliards d'UM que la SNIM (société à économie mixte et complètement étrangère au dossier) a été sommée de payer.
Le groupe Sahraoui spécule aussi dans le domaine des mines. C'est lui qui a le projet d'exploitation du Phosphate de Bofal (Sud du pays). 

Colonel Cheikh Ould Baye

Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis : La Mauritanie sous le feu des projecteurs
Avant le coup d’État de 2005:
 
Chef de l'état major de la Marine nationale
 
Après le coup d’État de 2005:
 
Alors qu'il aurait dû être encouragé à faire valoir ses droits à la retraite en 2006, Ould Baye est "prolongé" de  5 années supplémentaires par Mohamed Ould Abdel Aziz  qui le nomme "Délégué général chargé de la surveillance maritime", poste clé, s'il en est, de l'économie de la mer. C'est lui qui contrôle les gardes côtes, surveille les bateaux... (poste hautement stratégique par ces temps de lutte contre l'immigration clandestine et le trafic de matières illicites).

C'est lui qui est à l'origine d'un décret instituant une pénalité spéciale supportée par les bateaux de pêche et destinée au fonctionnement de La Délégation Générale, autrement dit à lui-même. Depuis 2011, il est à la retraite mais occupe le poste de conseiller spécial du Ministre des pêches et de l'économie maritime. C'est lui qui négocie avec les Européens. Il est propriétaire  d'immeubles à Nouakchott et d'une usine de farine de poisson à Nouadhibou (gérée par son beau-frère).
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Après avoir parcouru cette galerie de portraits de proches de Mohamed Ould Abdel Aziz, on est en droit de se poser un certain nombre de questions. D'où vient l'argent que brassent ces personnes qui, pour la plupart sont sortis du néant économique? A qui appartient-il exactement? Pour qui travaillent ces personnes? 
 
L'Observatoire des Biens et Avoirs Mal Acquis (OBAMA) travaille à répondre à ces questions. Votre concours lui sera utile. Alors, si vous avez accès à des documents, des procès verbaux, des comptes rendus, des factures, des adresses de biens... n'hésitez pas à nous contacter, soit sur ce blog, soit sur l'e-mail: obama.rim@gmail.com; la Mauritanie vous le rendra.

Source : OBAMA
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires