Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

ONU: Ban Ki-moon appelle à l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie


International
Mardi 9 Avril 2013 - 08:07

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exhorté à un "règlement urgent" de la question du Sahara en raison de "la montée de l'instabilité et l'insécurité" dans la région du Sahel et appelé à l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie dans l'intérêt de la région et de la communauté internationale.


ONU: Ban Ki-moon appelle à l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie


"La montée de l'instabilité et de l'insécurité dans et autour de la région du Sahel requiert un règlement urgent de ce conflit de longue durée", a affirmé le Secrétaire général dans son dernier rapport sur le Sahara rendu public lundi après-midi à New York.

Dans ce rapport, le Secrétaire général a fait part de "sa grande préoccupation" concernant la sécurité du personnel de la MINURSO, soulignant que les "opérations, en cours au nord du Mali, peuvent menacer sur le long terme" la région.

Il a, dans ce contexte, expliqué la "poursuite de la suspension de patrouilles de nuit de la MINURSO", car exposées à de grands risques en raison notamment des "possibles infiltrations d'éléments armés et de lacunes en matière de coordination au niveau de la sécurité régionale".

Le Chef de l'ONU a rappelé l'enlèvement dans les camps de Tindouf de trois humanitaires européens en octobre 2011 et le rappel en 2012 de 17 humanitaires qui opéraient dans les camps.

"Tous les gouvernements consultés" lors de la visite de son Envoyé personnel, Christopher Ross, dans la région ont émis de "sérieuses préoccupations quant au risque posé par les combats en cours au Mali sur la région et leur contribution à la radicalisation des populations des camps" de Tindouf, a-t-il dit.

"Le temps est venu pour les parties d'aller de l'avant vers une solution soutenue et encouragée par la communauté internationale", a plaidé Ban Ki-moon, appelant les "parties à s'engager dans de véritables négociations" pour mettre fin à ce conflit qui n'a que trop duré.

Cependant, a-t-il déploré, durant la période examinée, des difficultés ont continué d'entraver les progrès vers une solution politique durable juste et mutuellement acceptable, regrettant l'absence "d'avancée sur le coeur de la question", chaque partie campant sur "sa position respective".

"La persistance de ce conflit est une entrave à une intégration des pays du Maghreb, qui est aujourd'hui plus que jamais nécessaire pour faire face aux défis communs de l'instabilité et de l'insécurité dans la région", a-t-il ajouté.

Il a de même souligné que son Envoyé personnel continuera à encourager le "développement des relations entre le Maroc et l'Algérie", exhortant les deux parties (Maroc et Algérie) "à redoubler d'efforts pour tirer avantage de meilleurs relations et de l'ouverture des frontières dans l'intérêt de la région et de la communauté internationale dans son ensemble".

Christopher Ross va redoubler d'efforts "pour encourager l'Algérie et le Maroc à développer davantage leurs relations bilatérales, sur la base des visites ministérielles et des secteurs prioritaires préalablement identifiés par SM le Roi Mohammed VI et le Président Bouteflika".

Et d'insister sur "l'importance critique" de traiter la question du Sahara dans le cadre d'une stratégie plus large pour le Sahel, estimant que ce conflit est "en premier lieu un conflit nord-africain".

Dès lors, pour M. Ban Ki-moon, une "intégration régionale", à travers le renforcement de l'UMA, est un "élément clé" pour "surmonter l'instabilité actuelle et récolter les fruits" aux plans économique, commercial et social.

Il s'est dit "confiant que les avancées dans ce domaine aideront à améliorer la confiance entre les parties et à réunir les conditions propices" à une solution à la question du Sahara.

S'agissant du recensement, il a souligné qu'en "vertu des recommandations contenues dans mon rapport du 5 avril dernier et de la dernière résolution du CS de l'ONU 2044 demandant à l'UNHCR de maintenir l'examen de l'enregistrement des réfugiés dans les camps, en droite ligne avec son mandat et principes, le Haut Commissariat poursuit toujours son dialogue avec le pays hô te", en l'occurrence l'Algérie, comme stipulée dans la résolution 2044 (2012).

Abordant la question des droits de l'Homme, il a évoqué le discours royal du 6 novembre 2012 dans lequel SM le Roi Mohammed VI a appelé à "une forte implication de la communauté internationale pour mettre fin au drame enduré par nos enfants à Tindouf, à l'intérieur du territoire algérien, où sévissent, dans toute leur cruauté, la répression, la coercition, le désespoir et les privations, en violation flagrante des droits humains les plus élémentaires".

Ban Ki-moon a relevé, dans ce sens, la "coopération du Maroc avec les procédures spéciales" du Conseil des Droits de l'Homme (CDH) et s'est dit "encouragé" par les récentes recommandations du Conseil National des Droits de l'Homme "endossées" par le Royaume.

SM le Roi s'est félicité de l'esprit, de la démarche et de la teneur des rapports thématiques soumis à la Haute appréciation de Sa Majesté par le Conseil national des droits de l'Homme, rappelle-t-on.

A cet égard, Ban Ki-moon a qualifié de "développement positif" la création du CNDH et de ses antennes régionales et souligné que les autorités marocaines ont "facilité l'accès" aux procédures spéciales des Nations Unies.

Dans la même veine, Ban Ki-moon a reconnu les "efforts du Maroc visant à améliorer les conditions sociales" dans la région du Sahara et pris note "de la nouvelle stratégie de développement régional" entreprise par le Royaume dans les provinces du sud.

Le modèle de développement régional du Conseil économique, social et environnemental (CESE) a pour "objectif de permettre à la population locale de jouir pleinement des droits de l'Homme dans leurs dimensions économique, sociale et culturelle et de préparer les conditions pour le succès de l'initiative d'autonomie marocaine, une fois négociée au sein de l'ONU".

Evoquant les mesures de confiance, il a salué l'extension du programme d'échanges de visite qui a permis de multiplier par 3 le nombre de bénéficiaires. Il a, de même, salué la tenue de séminaires sur la culture. Sur un autre registre, il a relevé les progrès continus en matière de déminage.

En conclusion, le Secrétaire général a recommandé au Conseil de sécurité de proroger de 12 mois le mandat de la MINURSO.

Le conflit du Sahara dit "occidental" est un conflit artificiel imposé au Maroc par l'Algérie, rappelle-t-on. Le polisario, un mouvement séparatiste soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d'un Etat factice au Maghreb.

Cette situation, rappelle-t-on, bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une solution du conflit basée sur une autonomie avancée dans un cadre souverain marocain et une intégration économique et sécuritaire régionale.

Source:Atlasinfo
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire