Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Nouakchott en voie de disparition : Sous la menace des eaux et du sable


Actu Mauritanie
Mardi 18 Juin 2013 - 10:24

La ville de Nouakchott est menacée de disparition. Elle croule sous l’effet conjugué et contradictoire de plusieurs aléas climatiques : d’un côté les eaux de mers, les eaux souterraines et les eaux de pluies, et de l’autre, l’avancée du sable du désert.


Nouakchott en voie de disparition : Sous la menace des eaux et du sable
Autres articles
C’st ainsi, le constat à propos, présenté par une ONG hollandaise aux Autorités nationales, qui a remis la question de la situation de Nouakchott au devant. En fait, même si nul n’ignore que l’emplacement de la capitale du pays n’est pas des meilleurs, d’aucuns refusent toujours de croire à l’apocalypse, où à ce jour où Nouakchott ne serait plus qu’un fantôme de ville. Au demeurant, une fois n’est pas coutume, les Autorités ont bien réagi au S.O.S lancé par els experts hollandais qui auraient proposé leurs services pour la mise en place d’infrastructures capables de « limiter les dégâts attendus » voire de sauver la ville de Nouakchott. Abordant le sujet, le ministre délégué chargé de l’Environnement et du Développement Durable, Amadi Camara, a bien reconnu l’urgence d’une action salvatrice pour la ville. Selon lui, Nouakchott vit sous la menace de l’avancée des dunes de sable à l’Est et au Nord, alors que dans sa façade occidentale, elle est menacée par les vagues de l’Océan Atlantique.

Pour contenir l’avancée du désert, le ministre a évoqué des actions qui avaient été engagées tel le lancement en 2010 d’un projet de plantation, qui en est à sa phase finale, sur 2000 hectares pour protéger la capitale. Mais l’absence d’un système d’assainissement à Nouakchott et son raccordement aux eaux du Fleuve par le biais de l’Aftout Essahili, qui a quadruplé la consommation, ont transformé la cité, selon les experts, en un îlot flottant sur une mer d’eau souterraine (eaux de pluie, sources hydriques, fosses septiques, etc). S’ajoute à cela, la destruction de la façade dunaire qui séparait la ville de l’océan et qui a duré pendant des décennies à des fins de construction. Cette érosion anthropique de la formation dunaire océanique fait que Nouakchott est aujourd’hui sous le risque d’un ensevelissement marin.

La menace s’étendrait selon le ministre sur toute la bande côtière qui va de Nouadhibou à Rosso, mettant en péril les trois quart de la population mauritanienne. La catastrophe qui pourrait résulter de toute inondation marine sera incalculable pour le pays, dira le ministre, qui fait remarquer que la ville de Nouakchott renferme à elle seule toutes les administrations publiques, les universités, les commandements militaires, les hôpitaux, les ports…Le danger est assez plausible pour être pris au sérieux.

Le ministère de l’Environnement aurait ainsi réalisé plusieurs études de solution, dont une étude d’experts de l’institut local IRC. Plusieurs scénarios ont été proposés, dont la construction de remparts en béton sur toutes les brèches situées entre le Port de Nouakchott et la plage des pêcheurs. Une autre étude, hollandaise celle-là serait sur le point de réalisation. En priorité, le gouvernement semble déterminé à réaliser le système d’assainissement de Nouakchott le plus rapidement possible pour stopper l’alimentation des eaux souterraines par les eaux provenant des fosses septiques. Cela pourrait atténuer les risques que Nouakchott se noie dans ses eaux. A ce propos, les experts hollandais auraient été saisis pour présenter le coût de l’opération. De sources concordantes, la Mauritanie devrait tantôt se tourner vers des bailleurs de fonds pour la réalisation d’un tel projet.

Sur un tout registre, le ministre de l’Environnement est revenu sur l’application du texte interdisant l’utilisation des sachets plastiques dont l’application a débuté en janvier 2013. Les résultats de la mesure sont jugés de satisfaisant par le ministre, qui s’appuie sur un sondage réalisé par le GRET auprès de 800 citoyens vivant à Nouakchott. Ce sondage montre que 15% de la population continue d’utiliser les sachets, comparés aux 91% de 2012. Ainsi, 90% des sondés ont relevé le caractère nuisible de l’utilisation des sachets. La société Pizzorno chargée des l’ordures ménagères à Nouakchott affirme que la quantité de sachets plastiques dans les déchets a beaucoup diminué.

Source:Lauthentic
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires