Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Nouadhibou ville écologique, économique et touristique ?


Blogs
Dimanche 11 Mars 2012 - 18:07


Nouadhibou ville écologique, économique et touristique ?
Autres articles
L’actuel gouvernement engagerait-il  un paradoxe par la création d’une zone franche à la fois économique écologique et touristique  à Nouadhibou ?  
Nouadhibou  presque- île  avec un climat quasi doux, représente incontestablement en  période d’automne une ‘‘orientation’’ des afflux  touristiques internes nationaux. Cependant, cette ville manque de toutes formes d’infrastructures urbaines pour accueillir les touristes externes venant des autres pays.

Une  nouvelle politique  s’inscrivant dans une perspective de l’aménagement du territoire a été déjà envisagée   depuis 2008, actualisée par les autorités en place,   en faveur de Nouadhibou, qui a été et demeure  la capitale économique du pays sans que des traces du développement économique y soient reflétées.  'Manque cruel  de prospérité économique', ville sale, désorganisée, elle   a été une  vache à traire. Et  les grands   opérateurs économiques étrangers et nationaux   invertissaient depuis longtemps  dans le secteur de la pêche sans effet, quant aux simples opérateurs de la ville et  les pécheurs artisanaux, ils   n’ont aucun soutien,   m’explique-t-on.       
  
Ville disposant du deuxième port du pays qui permet d’acheminer  le fer et le poisson à l’exportation. Cet avantage reste un handicap écologique. Car cette même ville n’est pas loin du banc d’Arguin qui  constitue, pourtant,  une  destination  de milliers d’oiseaux ‘migrateurs’.  Le naufrage d’un navire  dans cette zone sensible peut déboucher sur une catastrophe écologique sans précédent.

Mohamed Ould El Kory, Directeur de la communication à l’ENER et coordinateur de la commission politique de l’UPR cité  par le site  Mauritanie 24  s’explique, par ailleurs, : «le Président de la République sera accompagné le 13 mars  d’une dizaine de ministres pour les besoins des différentes inaugurations de nouvelles structures et projets de plusieurs dizaines de milliards d’Ouguiya au profit de la ville de Nouadhibou . Un record dans l’histoire de la Mauritanie et une bonne rampe de lancement pour le projet de la "Zone industrielle de Nouadhibou" qui offrira une plate-forme capable d'attirer l'investissement privé international tout en érigeant Nouadhibou en pôle d'excellence de développement économique et social »
 
 D’où des questionnements axés sur ‘la préservation de la biodiversité et de l’écosystème de ce pôle’.  
En effet, en économie de l’environnement deux choses sont  essentielles : « il s’agit du processus par lequel les agents économiques prennent des décisions qui ont des effets sur l’environnement et de  l’étude des politiques et des institutions à mettre en place pour préserver l’environnement ».  A la question  que recherche cette nouvelle  discipline, l’universitaire Martin YELKOUNI,  spécialiste en économie d’environnement,  argue   que « la plupart des ressources environnementales sont hors marché. Et l’économie de l’environnement et des ressources naturelles cherche à donner un prix à des ressources qui ne sont pas vendues sur un marché et de trouver les mécanismes afin que ce qui est  pris à la nature, lui soit rendu ». Il ajoute, ainsi, que «  le coût du changement climatique est égal  aux coûts des actions de prévention + coûts d’adaptation + coûts des dommages qui se réaliseront malgré la prévention et malgré l’adaptation ». En outre, « les évaluations monétaires des ressources naturelles, malgré leurs limites, orientent les décisions en faveur de l’environnent, est-ce durable ? Quelle alternative ? » S’interroge-t-il 

La non rationalité des ressources environnementales telles que la non préservation et  l’utilisation irrationnelle  des ressources halieutiques et  la  navigation des navires industriels sans que des mécanismes fiables de   leur contrôle soient mis en place   afin d’éviter des séquelles écologiques      nécessitent, à cet égard, une  remise en question  de décisions économiquement  étatiques. Une action   en faveur de la protection de nos  ressources non gratuites,  base essentielle du développement urbain  durable  et socio-économique  de la capitale économique qui se situe pas loin du banc d’arguin, représente un vrai défi, étant donné les politiques actuelles de création des zones franches essentielles pour la relance économique.  
 
Source: http://barrada.unblog.fr/
 
Les Echos de Mohamed Fouad Barrada


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter
Les + populaires