Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Nord-Mali : Lettre ouverte à son Excellence Madame Mary Beth LEONARD Ambassadeur des Etats Unis au Mali


Tribunes
Mardi 11 Septembre 2012 - 11:21

Excellence l’Ambassadeur, A quatre (4) jours du onzième anniversaire du 11 septembre 2001 (date inoubliable d’un acte inhumain de la terreur de l’extrémisme injustifiable), je viens au nom de la jeunesse de mon peuple, militante de la liberté et de la démocratie présenter notre soutien du fond du cœur à toutes les américaines et tous les américains à l’approche de ce jour dont les commémorations ne sauraient être festives.


Mary Beth LEONARD Ambassadeur des Etats Unis au Mali
Mary Beth LEONARD Ambassadeur des Etats Unis au Mali
Nous tenons aussi à vous remercier pour les efforts que le Peuple américain déploie pour soulager les souffrances de nos populations en ce moment difficile de notre histoire.
Nous sommes particulièrement touchés par la visite il y’ a quelques semaines de la secrétaire particulière du président des Etats Unis au camp de nos réfugiés au Burkina Faso.
Nous croyons également à la volonté incontestable de votre pays à la défense de la liberté des peuples.

En tant que membres et militants du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA), nous tenons aussi vous rappeler notre intérêt pour la confiance comme le stipule votre commentaire sur la situation au Mali en ces termes : « Nous exhortons donc le gouvernement de transition à organiser des élections dans les plus brefs délais possibles, et en travaillant avec la CEDEAO, d’entreprendre les reformes militaires nécessaires et de s’engager dans des négociations avec les groupes modérés afin d’assurer la sécurité au nord et de défendre l’intégrité territoriale du Mali ».

Le Peuple de l’Azawad s’efforce de sortir d’une véritable crise qui est la conséquence de 52 ans de combinaisons d’injustices historiques, de mascarades démocratiques et institutionnelles, de manipulation et coopération inavouées au plus haut niveau de l’Etat avec des organisations de tous genres, de manque de volonté politique et historique des différents régimes maliens de circonscrire véritablement les maux des populations de cette zone.

Son excellence,

Je suis membre fondateur du Mouvement National de l’Azawad (MNA), un embryon pacifique du MNLA crée suite au congrès de jeunes tenu en Octobre 2010 à Tombouctou. Je suis parmi les jeunes qui ont émis la copie d’un document de 128 pages intitulé « Mémorandum consultatif » sur la question de l’Azawad en Novembre 2010 aux représentations diplomatiques de toutes les chancelleries étrangères accréditées au Mali, y compris la votre bien sure.

Nous avions voulu dans un esprit démocratique et en tant qu’organisation de jeunes cadres de notre peuple, ouvrir au cœur même de Bamako, un dialogue franc et sincère sur la question.

Mais, le pouvoir en place, ainsi que tous ceux là qui sentaient leurs intérêts sordides menacés, ont choisis la violence, les arrestations, les intimidations pour nous répondre. D’où mes différentes interpellations illégales à la DGSE malienne à Bamako et les arrestations arbitraires de mes camarades de lutte Mossa Ag Acharatoumane et Aboubacar Ag Fadil pendant plus de deux (2) semaines.

A cela s’est ajouté la répression violente contre nos militants durant le sit-in qu’ils ont organisé contre la détention arbitraire de mes camarades le 12 Novembre 2010 devant la cour d’appel de Bamako. Elle s’est soldée par l’arrestation supplémentaire de Chaka Sylla et Mohamed Ag Ahmedou ; sans compter les arrestations dans les régions de plus de 16 de nos militants qui ont subit tortures, intimidation permanente, contrainte à l’exil et j’en passe.

Il nous a fallu user de tous les moyens y compris ceux du système en place au Mali (les rapports de poids de certains cadres et notables sur les décisions de justice dans ce pays, la saisine d’organisations de défenses des droits de l’Hommes…) pour sortir nos membres des griffes d’un pouvoir doué en manipulation d’informations.
Bref, en essayant de croire au Mali chanté, modèle de démocratie et de justice en Afrique, nous avions tenté par là d’éviter de prioriser la prise d’armes pour revendiquer les droits de notre peuple.

Même lors du passage au mouvement militaro-politique (MNLA), nous n’avions pas cessé d’appeler à la nécessité de dialoguer, de solution politique, de lancer l’alerte sur le danger terroriste et sur la coopération du pouvoir avec des narcotrafiquants.

Son excellence,

En ce moment, nos forces militaires ont décidé de quitter des villes de Tombouctou, Gao et Kidal. Une façon pour nous de démontrer notre différence des mouvements extrémistes avec lesquels nous sommes sans cesse accusés de connivence par les médias de la désinformation (AFP, Agence Reuters) dont les représentants à Bamako roulent sans doute au compte du système en place. Nous avions fait ce choix aussi et surtout pour épargner les populations civiles sur place des retombées directes d’affrontements devenus inévitables avec les mouvements terroristes. Ces mouvements ont attendus notre retrait complet des villes pour accentuer leurs actes de barbaries (Destruction complètes des mausolées, application stricte de leur charia…). En réalité, ils sentaient notre réticence et notre non indifférence à leurs agissements.

Nous sommes un mouvement aux valeurs laïques et démocratiques et nous le resterons. Nous sommes des autochtones de l’Azawad et nos revendications sont légitimes.
Au moment où vous lirez cette lettre, rappelez vous que grâce au MNLA, des milliers d’hommes positionnés autours des trois villes occupées par les islamistes, avec armes et bagages ont fait le choix de ne pas se laisser entrainer par les importantes offres des mouvements extrémistes. Ils ont préféré passer à l’ouverture d’une guerre contre ces mouvements qui sans doute reçoivent chaque jour d’importants appuis aux origines certainement puissants et inavoués.

Nous ne menons certainement pas notre combat au nom de quelques dizaines de familles azawadis aisées de Bamako ; mais plutôt pour ceux qui ont souffert et qui souffrent encore de l’irresponsabilité chronique des différents régimes du Mali. Ceux là qui sont sans voix et inaccessible aux caméras du monde.

Les tractations clientélistes depuis Bamako de ceux qui continuent à s’autoproclamer représentants légitimes des populations de l’Azawad qu’ils n’ont même pas su protéger encore moins prévenir de ce qu’elles subissent en ce moment, ne constituent que pour nous que leur droit de voix pour la défense de leurs intérêts personnels qu’ils ont battus sous le système.

Notre mouvement (MNLA) a accepté et ne reconnait que le seul médiateur de la CEDEAO proposé par la communauté internationale, et depuis nous attendons des propositions concrètes. C’est pourquoi nous avions tenu dans un communiqué récent à condamner et à mettre en garde le Mali contre une quelconque tentative de légitimisation des mouvements étrangers et de nature extrémiste à travers des médiations parallèles à celles convenues avec la communauté internationale.

Nous ne manquons ni d’hommes, ni de capacité, encore moins de volonté pour venir à bout de ceux qui veulent anéantir tout espoir de paix dans l’Azawad, mais nous attendons des préalables politiques fermes et garantis de la part de la communauté internationale.

«Ce que les putschistes de Bamako ainsi leurs corollaires de mouvements de soutien utilisent en justification de leur coup d’Etat 22 Mars 2012, ne fait qu’une fine partie des maux qui nous ont contraint à la création du MNLA et à notre objectif séparatiste».

Son excellence,

Est-il nécessaire de rappeler que l’armée du MNLA a mené l’une des guerres les plus modérées en Afrique. Aucune victime directe civile, aucun règlement de compte, aucun prisonnier de guerre victime de torture ou mort en détention (conformément aux dispositions de la convention de Genève), aucune violation des vraies limites physiques du Mali depuis notre déclaration unilatérale de cessez le feu du 04 Avril 2012 (pas au delà de l’Azawad)…

Toutes les ONG qui ont émises des rapports faisant état d’actes de lâcheté les plus condamnés par les mœurs de mon peuple(viols) contre le MNLA n’ont jamais servit dans la région encore moins y être durant les événements dont ils parlent. Leurs rapports purement littéraires fondés sur des témoignages aux véracités incohérentes.

Excellence,

Bien que par vos dernières interventions responsables sur la nécessité de passer à des solutions concrètes au problème qui prévaut dans l’Azawad, nous sollicitions encore plus d’attention particulière de la part de votre gouvernement sur les souffrances de nos populations à la base.

Sachez que nous avions prévenus le monde du danger terroristes qui se manifeste chaque jour de plus dans l’Azawad et qui risque si rien ne fait d’atteindre toute la sous région et même au-delà.

Venir à bout de ce qui ne saurait en profondeur être anéantie que par une justice sociale et historique en faveur des azawadis à la base ; c’est probablement prévenir contre une menace terroriste à Washington, à Madrid, à Berlin , à Jérusalem etc.

Nous croyons à l’esprit de justice de votre puissance qui a sans doute son mot à dire pour ce qui est de la danse de concert des nations à travers le monde.

A la France ancienne métropole de la région; nous ne cesserons simplement de demander une correction des erreurs historiques qu’elle a commise dans le découpage territorial. Il n’est jamais trop tard de restaurer ce qui doit l’être et que jamais le principe incohérent « d’intangibilité des frontières » dans la pratique ne saurait continuer à justifier.

Excellence,

Tout en reconnaissant que ma lettre a été trop longue, je vous assure qu’elle ne nous suffira pas pour exprimer les souffrances de nos populations et décrire les défaillances fondamentales du pouvoir central de Bamako. Ainsi, je m’arrêterai là en espérant que notre message de soutien et d’appel à l’action parviendra de vive voix au peuple américain.

Encore, nous tenons à réitérer notre sincère solidarité au peuple américain à l’approche de la date du 11 Septembre. Que les victimes de cette barbarie reposent en paix !

Amine !

Veuillez agréer son excellence Madame l’ambassadeur, l’expression de notre haute considération.

Nouakchott, le 07 Septembre 2012

Attaye Ag Mohamed
Chargé de Mission information
Département Information Et Communication du Conseil Transitoire de
L’Etat de l’Azawad (CTEA)



Mamoudou Kane


              


1.Posté par Ould Ehlou le 15/09/2012 09:16
Que Monsieur Attaye Ag Mohamed garde ses larmes pour ses concitoyens du Mali et de l'Azawad, en particulier. Pour les "victimes" américaines du 11 Septembre, les larmes de crocodile versées par l'équipe Bush et la CIA ont noyé toutes les pistes pour la découverte des vrais auteurs du massacre.
L'ambassadrice à laquelle vous adressez votre lettre doit bien rigoler, en la lisant, elle qui connait qui a fait le coup...

2.Posté par Moha le 28/09/2012 19:57
Toujours "الحمير " qui répondent mal comme leur culture. Le bédoin reste bédoin.
Cesse de se mêler des affaires des autres sale gueule.
Qu'est -ce qu'on trouve dans la terre Arabe (Jazirate koum) : le chameau et la vipère aux cornes; est-ce qu'on trouve les Agrumes, le Bananier, le Pommier,......., le plus simple une Oliveraie; le Tigre, le Lion, le Chien, le Chat,......, le plus connu comme toi un âne.

Alors fermes-là et stoppes de ce que tu saches le Blabla!!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter