Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Nord-Mali : La rébellion touareg du MNLA accusée d'actes de barbarie


Lu sur le web
Dimanche 28 Octobre 2012 - 07:50

«Les populations commencent à être essoufflées» déclare la député malienne Aïchata Haïdara, élue de Bourem, près de Gao au Nord-Mali, dans une interview donnée au blog Africamix du Monde le 26 octobre.


© AFP Thomas Samson     Le Député de Tombouctou El Hadj baba Haidara et son épouse, Aichata Cissé députée de Bourem
© AFP Thomas Samson Le Député de Tombouctou El Hadj baba Haidara et son épouse, Aichata Cissé députée de Bourem
De passage à Paris avec son confrère El Hadji Baba, député de Tombouctou, elle veut sonner l'alerte quant à la dégradation de la situation dans laquelle se trouve le nord du Mali occupé par les djihadistes.

Or, plus que le Mujao (Mouvement pour l’Unicité du Jihad en Afrique de l’Ouest), qui contrôle Bourem, la députée Aïchata Haïdara en veut particulièrement au MNLA (Mouvement National de Libération de l'Azawad). Elle accuse la rébellion laïque touareg, d’avoir elle-même pratiqué des exactions sur les populations du Nord-Mali.

«C’est le MNLA qui a fait les viols. C’est le MNLA qui a saccagé. C’est le MNLA qui a fait tout ce que vous pouvez vous imaginer au moment de l’offensive» a-t-elle expliqué.

Le MNLA, c’est aussi la bête noire d’El Hadj Baba, député de Tombouctou. Pour lui, les hommes du mouvement «ont fait le travail des djihadistes qui les ont ensuite chassés».

Selon lui, «ils veulent tromper la communauté internationale» en expliquant qu’ils veulent désormais une autodétermination. «Le Mali est un et indivisible» a-t-il expliqué.

Selon le député El Hadj Baba, le véritable danger qui se cache derrière le MNLA, Ansar Dine (les défenseurs de la foi) et le Mujao, c’est al-Qaida au Maghreb Islamique (Aqmi), qui est financé grâce au trafic de drogue et aux otages. Il a en outre indiqué que selon lui, le Mujao aurait été créé pour développer une assise locale et permettre que les rançons des otages restent au Nord-Mali, plutôt qu’elles ne s’échappent en Algérie.

Au sujet d’une intervention militaire, El Hadj Baba a affirmé que la position de la France était très importante, et que François Hollande était depuis très populaire au Mali. De la même manière, il a estimé que les groupes islamistes radicaux n’auraient aucune chance face à une armée organisée et déterminée.

Lu sur Africamix
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
Inscription à la newsletter
Les + populaires