Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Niger : deux attentats frappent Agadez et Arlit


International
Jeudi 23 Mai 2013 - 08:47

Deux attentats à la voiture piégée ont frappé jeudi 23 mai au petit matin un camp militaire à Agadez et un site d'Areva à Arlit, dans le nord du Niger, faisant plusieurs blessés. Le gouvernement nigérien accuse le groupe jihadiste Mujao implanté au Mali voisin.
Mis à jour à 10h30.


Niger : deux attentats frappent Agadez et Arlit

Comme le craignait de nombreux observateurs, les jihadistes étendent désormais leurs actions au-delà des frontières du Mali. Jeudi 23 mai, aux premières heures de la matinée, deux véhicules piégés ont explosé devant un camp militaire à Agadez et un site d'Areva à Arlit, dans le nord du Niger. Il s'agit des premiers attentats du genre dans l'histoire de ce pays sahélien, engagé depuis début 2013 au Mali voisin contre des mouvements jihadistes.

« Il y a eu une explosion due à un véhicule bourré d'explosifs devant le camp militaire d'Agadez », a déclaré le ministre nigérien de la Défense Mahamadou Karidjo. « Les assaillants ont été neutralisés », a-t-il ajouté, précisant : « ce sont des 'peaux rouges' », en allusion à des membres des communautés touareg ou arabe.

Attentat-suicide contre un site d'Areva

Pratiquement au même moment, aux environs de 5h30 du matin, un autre 4x4 piégé a sauté à Arlit, sur la mine de la Somaïr (Société des mines de l'Aïr), exploitée par le groupe français Areva. D'après un communiqué de la compagnie française, « 13 collaborateurs ont été blessés » et « pris en charge par les services de secours locaux ». Selon un employé de la société, le kamikaze serait mort dans l'explosion. « Un homme en treillis militaire conduisant un véhicule 4x4 bourré d'explosifs s'est confondu aux travailleurs de la Somaïr. Il a pu faire exploser sa charge devant la centrale électrique de l'usine de traitement d'uranium », a également affirmé cet employé.

Les forces de sécurité nigériennes ont renforcé les dispositifs de sécurité sur les sites d'Areva. L'armée est par ailleurs en train de ratisser la zone.

De son côté, le gouvernement nigérien a rapidement pointé du doigt le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), un des groupes islamistes armés qui contrôlait le Nord-Mali avant l'intervention militaire franco-africaine. Ce mouvement jihadiste, composé en grande partie d'Africains subsahariens (contrairement à ses alliés d'Aqmi ou d'Ansar Eddine), a revendiqué plusieurs attentats-suicides ces derniers mois, dont plusieurs à Gao, la plus grande ville du nord malien.

Source:JeuneAfrique
Noorinfo


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire