Connectez-vous S'inscrire
Noorinfo

Nelson Mandela, un cadeau de l’Afrique à l’Humanité


Tribunes
Dimanche 8 Décembre 2013 - 11:40

Le charismatique leader de l’African National Congress (ANC) a tiré sa révérence jeudi 5 décembre dernier pour un repos éternel après 95 ans, un siècle entier, d’une vie de turpitudes et de combats. Le guerrier est parti ne laissant pas simplement les partisans de l’ANC et les sud-africains orphelins mais l’Afrique dans sa globalité et le monde dans toute sa diversité.


Nelson Mandela, un cadeau de l’Afrique à l’Humanité
L’ANC n’a en effet été que le tremplin, pour ce fils de l’Afrique des plus illustres, le plus illustre du 20ème siècle, pour s’installer le plus naturellement et le plus majestueusement du monde sur le piédestal des Hommes politiques de son époque. L’émotion suscitée à travers le monde par la disparition de Madiba, comme l’appellent affectueusement les sud-africains, en dit long sur l’apport de l’homme à ses contemporains, en particulier, et à ses semblables, de manière plus générale.

Jamais, en effet, la mort d’un homme politique n’avait entrainé autant de drapeaux en berne. Des Etats-Unis à la Guinée en passant par la France et bon nombre d’autres pays, les drapeaux ont été mis en berne en hommage au symbole mondial de la lutte contre la discrimination. Mais la force de celui que l’on appelle Rolihlahla (l’empêcheur de tourner ne rond en xhosa), de son nom africain, est justement d’avoir su concilier l’intransigeance pour tout ce qui touche à sa dignité et à celle de son peuple, allant jusqu’à prendre les armes face à un ennemi, l’apartheid, qui ne comprenait d’autre langage que celui de la violence, et la tolérance, face à ce même ennemi qu’il a entre-temps mué en adversaire, pour l’émergence de la Nation arc-en-ciel qu’il voulait faire de l’Afrique du Sud.
 
Les vingt-sept longues années de sa vie passées en prison, dont dix-huit au sinistre bagne de Robben Island, au lieu de développer en lui un esprit d’aigreur, de haine et de vengeance, ont été pour lui au contraire une source d’inspiration pour mieux appréhender les bourreaux de son peuple, an se mettant notamment à l’afrikaans, et parvenir ainsi à les apprivoiser.
 
Aux brimades et à l’humiliation de l’ennemi raciste, Mandela a opposé la dignité du résistant, à la haine aveugle du régime d’apartheid et à son cortège de massacres, Madiba a répondu, suprême générosité, par un désir de vie pour tous. C’est ce sens de la générosité, qui a fondé la réconciliation sud-africaine et jeté les bases de la nation nouvelle, que le Président Obama a voulu saluer déclarant que Madiba était un homme « profondément bon ».
 
Cette « magnanimité constructrice» envers l’ennemi d’hier, cette main tendue dont la plus parfaite illustration a été le Nobel de la paix partagé avec Frederik de Klerk, dernier président du régime honni de l’apartheid, dont il fera d’ailleurs son vice-président une fois élu, en déroutant plus d’un, est une attitude profondément africaine et confère à Mandela sa stature unique ; il est le double symbole de la lutte sans merci contre l’injustice la plus abjecte puisque fondée sur l’appartenance raciale, et l’artisan de la réconciliation de ce pays de toutes les différences. C’est en cela que l’Afrique peut l’exhiber en toute fierté à la face du monde, un monde qui consacre la dimension planétaire de ce natif de Mvezo que la lignée familiale prédestinait à des fonctions de chef traditionnel en pays xhosa, en l’érigeant en exemple.
 
Tel était d’ailleurs le destin de Nelson Rolihlahla Mandela; être un exemple pour ses contemporains et pour  les générations futures. Puissent simplement les chefs d’etat du continent, en conclave à Paris à l’annonce du repos du guerrier, s’inspirer de cette mine de sagesse que la Providence a offert à une Afrique bien mal en point, en bien des égards, sous les coups de boutoir conjugués de ses enfants et des tenants du néo-colonialisme. Qu’ils s’inspirent de lui ne serait-ce que pour mettre fin aux tripatouillages incessants de constitutions taillées sur mesure pour les maintenir au pouvoir.
 
Puisse la Mauritanie, notre pays, qui entretient un apartheid qui ne dit pas son nom, et qui entrainera fatalement le recours à une violence aux conséquences incalculables, s’inspirer de l’exemple de ce grand homme devant l’éternel et du pays arc-en-ciel dont il a jeté les bases.
 
Alassane DIA
Président de Touche pas à ma nationalité
Mamoudou Kane


              

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Actu Mauritanie | Actualité | Economie | Sport | Culture | Société | Lu sur le web | International | Tribunes | Vu de Mauritanie par MFO | Blogs | videos | A.O.S.A | Communiqué | High-Tech | Politique | Sciences | Insolite | Histoire





Suivez-Nous
Rss
Recherche
En clair
Inscription à la newsletter